Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/public/parametrer.php on line 95

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/public/parametrer.php on line 100

Strict Standards: strtotime(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: strtotime(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: strtotime(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: strtotime(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: strtotime(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: strtotime(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: strtotime(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: strtotime(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: strtotime(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: strtotime(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: strtotime(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: strtotime(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: strtotime(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: strtotime(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: strtotime(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: strtotime(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: strtotime(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: strtotime(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: strtotime(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: strtotime(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: strtotime(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: strtotime(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: strtotime(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: strtotime(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: strtotime(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: strtotime(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: strtotime(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: strtotime(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: strtotime(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: strtotime(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: strtotime(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: strtotime(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: strtotime(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: strtotime(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: strtotime(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: strtotime(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: strtotime(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: strtotime(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: strtotime(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: strtotime(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: strtotime(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: strtotime(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: strtotime(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: strtotime(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: strtotime(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: strtotime(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: strtotime(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: strtotime(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: strtotime(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: strtotime(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: strtotime(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: strtotime(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: strtotime(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: strtotime(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: strtotime(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: strtotime(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: strtotime(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: strtotime(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: strtotime(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: strtotime(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: strtotime(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/filtres.php on line 645

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/12/d268188310/htdocs/JJ-cv/ecrire/inc/log.php on line 47
IMG/rubon1.png /.../parce que les lieux nous informent, nous transforment, voire nous déforment, ici et maintenant, là tout de suite ; tels des medias, ils nous immergent vers de certains possibles ; nos corps plongent dans ces vides physiques, distordus par autant de pratiques sub-gérées/.../ Cette position architecturale s’entend à s’appliquer aux mécanismes et processus mettant en relation étroite l’Homme et son environnement. Les instances de l’entropie (dynamique naturelle) et de l’anthropie (dynamique humaine) sont désignées comme les garants de l’établissement d’une architecture du vivant, seule capable d’engager de réels échanges loin des valeurs formelles et maniérées du postmodernisme encore en vigueur. L’Homme et la Nature placés dans un état fertil, non éteint, non fini, produisent un état stimulé propice au vivant et aux possibles. S’engager à produire un artefact comme interface entre ces deux Mondes sert la Réalité loin des Simulacres. Produire des dispositifs suggérant de réelles pratiques immersives engage l’Homme dans une véritable rencontre avec le territoire, dans ses limites absolues, ses franges. Alors, l’empreinte existentielle humaine saurait prendre corps avec ce qui l’environne, au plus profond du vide physique qui s’en dégage. Les projets, souvent radicaux, situeront l’architecture dans l’immédiateté d’une expérience physique du monde, qui se préoccupe plus de qualifier des relations que de produire des formes. Une architecture d’une part en étroite relation avec l’homme dans sa dimension physiologique et, d’autre part, en lien avec la réalité physique du territoire. Une architecture qui se veut strictement l’interface entre ces deux échelles, le micro relatif à l’homme et le macro relatif au territoire. Cette pensée s’ouvre à la fois aux contingences de l’écologie contemporaine mais également aux larsens culturels et allégoriques auxquels elles peut renvoyer. Qualifier ces interfaces c’est produire du sens dans le champs de l’infiltration. Un sens écologique qui mène le corps architectural, humain et territorial dans un dialogue fertile, tres souvent invisible et toujours propice à l’Existence.

]]>
IMG/rubon2.png 2008 Architecte Libéral _Paris, F Intervenant/Conférencier Master _Ecole d’Architecture de Paris Malaquais, F 2006/2007 1er Assistant Master _Ecole Polytechnique de Lausanne, CH 2005/2006 Assistant Master _Académia di Archittetura di Mendrisio (Lugano_CH) Collaborateur _Officina del Paisaggo (Lugano_CH) Collaborateur _Agence d’architecture Kunz Molo (Lugano_CH) Vit à Mendrisio (Suisse Italienne) 2004/2008 Collaborateur/Associé _Philippe Rahm Architectes (Paris) 2003/2005 Atelier Cinéma _Ecole Supérieure des Arts Visuels Genève, CH 2002 Collaborateur _agence d’architecture MPH (Lausanne_CH) 2001 DPLG/Architecte _Ecole d’Architecture du Languedoc-Roussillon, F vit à New-York, Brooklyn_USA 1999/2004 Collaborateur _Décosterd & Rahm, ass. (Lausanne) vit à Lausanne (Suisse Romande) 1997 vit à Londres 1996/1997 Ecole de Jazz _le Jam (Montpellier_F) 1995/1996 D.U Ecopathologie humaine _Ecole de Medecine de Montpellier 1994/1995 Educateur _Centre social Mas des Moulins (Montp._F) 1993/1994 Collaborateur _Agence d’architecture Doumenc (Montp._F) 1992/1999 vit à Montpellier 1992 DEFA Ecole d’Architecture de Bretagne 1989 Baccalauréat D (sciences naturelles) 1988/1992 vit en Bretagne 1982/1988 vit à l’ile de la Réunion (DOM) 1978/1982 vit à l’ile de la Guadeloupe (DOM) 1970 naissance à Ris Orangis (Essone-France)

]]>
IMG/rubon3.jpg Jerome Jacqmin Architect rue des Gobelins 75013 Paris

]]>
IMG/arton6 implants
2007

projet performatif pour la requalification d’une friche en mémorial végétal anthropique En partenariat avec le paysagiste Gilles Clément et l’artiste Monte Laster, Paris_F /

]]>
Perhaps the earth can teach us as when everything seems dead and later proves to be alive. Pablo Neruda Parce qu’un territoire délaissé n’appartient qu’à celui qui l’use. Patrick Bouchain / Le projet consiste en la mise en situation d’une esthétique relationnelle capable d’engager la voie de la réappropriation anthropique d’un territoire en friche portant en lui les signes sous-jacents de la reconquête. Les territoires considérés se situent dans les 4000 Sud du territoire communal de la Courneuve ; des territoires en mutation, chargés d’affects et de prospectives, mis en débat dans le cadre de cette rencontre sur la thématique universelle et duale de destruction création. Le substrat de ces territoires contiennent en eux les résurgences physiques d’une présence humaine caractérisée par deux barres de logements démolies pour raison de non cohérence urbanistique et précarité architecturale. Deux immeubles de près de 800 logements détruits, laissant place à des friches en demeure, mise en jachère foncière et garantissant l’avenement de nouveaux projets dans la voie d’une cohésion urbaine salubre. / La situation épisodale de ce cadre urbain nous laisse à penser à son renouveau tant à sa lecture du moment. Un moment caractérisé par ce Tiers Paysage laissant se développer un microcosme biologique riche en espèces pionnières s’adaptant à un géométral tourmenté caractéristique des territoires altérés. Agir dans le sens de cette reconquête sauvage et brutale, consisterait à prolonger une énonciation de résistance et de fertilité. A l’allégorie d’une entropie colonisante, nous voulons engager le processus de celui d’une anthropie pionnière, usant de son droit d’engager une prise de position sur un sol chargé d’un usure passée, un habiter de plus de trente années ayant déjà bouleversé un paysage de cutures maraichères. / Le projet consistera à implanter, aléatoirement et à la guise des participants de cette journée, des bulbes ou semences végétales dans ces champs territoriaux. Ainsi la reconquête de la nature laissera entrevoir celle des hommes qui contribueront alors à sa redécouverte, à sa recréation. Faisant suite à la destruction, la réappropriation donnera lieu à une identification allégorique du champs humain se définissant par là-même par son orchestration dans les strophes d’un temps engagé. Apprendre à mieux habiter le monde c’est aussi s’infilter dans ses espaces publics en suspend. C’est ouvrir à l’interstice social qualifiant les communautés d’échanges trans-individuelles liant nos affects et nos percepts. C’est faire surgir un espace transitif comme le lieu géométrique d’une négociation avec d’innombrables correspondants et destinataires afin de créer un état de rencontre, avec pour horizon empathique le partage des liens nous unissant à cette terre si féconde et si libre. / Ainsi, plus que définir des espaces à parcourir et à percevoir, cette journée donnera lieu à éprouver une durée prolongée, une ouverture à une identification engagée, une forme d’immersion interactive. Un territoire en friche est celui qui préfigure un processus de renouvellement mais aussi celui d’une prise en main de possibles : à l’inverse d’une colonisation hermétique, l‘espace public peut aussi et surtout se charger d’affects mis en culture par les acteurs/habitants d’un paysage urbain, menant à un dayly art d’identification par appropriation.

]]>
IMG/jpg/070500NAV.jpg IMG/jpg/070501.jpg IMG/jpg/070502.jpg IMG/jpg/070503.jpg IMG/jpg/070504.jpg IMG/jpg/070505.jpg IMG/jpg/070506.jpg IMG/jpg/070507.jpg IMG/jpg/070508.jpg IMG/jpg/070509.jpg IMG/jpg/070510.jpg IMG/jpg/070511.jpg IMG/jpg/070512.jpg
IMG/arton37 la mort chaude
2005

Projet chorégraphique et spatial pour Gilles Jobin à la Fondation Cartier, Paris_F collaborateur du bureau d’architecture Rahm architectes, Paris_F /

]]>
Notre projet se veut le lieu d’une rencontre organique entre l’architecture et la danse. Un lieu où disparait la séparationentre le spectacle et le décor, entre le corps et l’espace, entre les acteurs et les spectateurs, le mouvement et le vide. Un espace, un climat, une chorégraphie, une musique, des costumes. Des danseurs, des musiciens « live ». Un espace : Il s’agit de travailler sur une disparition de la séparation entre intérieur et extérieur, acteur et spectateur, corps et espace, dans le sens d’un nivellement, d’une homogénéité croissante jusqu’à atteindre un maximum indépassable. Il y a la constitution progressive d’un même milieu : un climat à la fois corporel et extracorporel, à 37 °, à 75 % d’humidité, 150 mEq/l H2O de Na+, à 100 mEq/l H2O de Cl-, à 10 000 lux. Habiter son propre corps, quelque part entre l’alvéole pulmonaire et le milieu intracellulaire. Une représentation peut-être de la mort, (être à la même temperature que l’extérieur) mais sous sa forme chaude, (c’est l’extérieur qui a la même température que le corps, à 37). C’est une croissance de l’entropie, atteindre progressivement un climax, celui d’une disparition des limites, la constitution d’un milieu homogène ambiant uniforme, sans plus aucune variation, sans plus aucune évolution possible. On atteint un système clos. Les différences individuelles, la variété des températures, la fragmentation de l’ombre et de la lumière, les mouvements, se nivellent. Nous passons progressivement à une immobilisation générale à un degré maximum, où les différences n’existent plus, où tout se fige dans une absence d’individualité, de variation, de vide. L’espace intérieur est à créer entièrement. Un volume où l’on génère et contrôle l’éclairage, le taux d’humidité, la température, le son, la composition chimique de l’air. La place des spectateurs sera peut-être autour de celle des danseurs dont l’emprise progressivement s’étendra à l’ensemble de la salle. / Une durée : La durée du spectacle est celle d’une progression implacable, un crescendo des différents paramètres physiques de l’espace jusqu’à une correspondance parfaite avec le milieu intra-corporel du corps : en 45 minutes, passer de : Température : 15 °C à 37 °C / Humidité : 30 % à 75 % / Lumière : 0 lux à 10 000 lux / Battement : 1 battement par minute à 70 battements / mn / Sel : 0 à 150 mEq/l H2O de Na+ / Son : d’un son unique à 16 Hz, à un ensemble de son couvrant toutes les fréquences sonores audibles, de 16Hz à 20kHz. Le spectacle est comme un processus d’entropie, passer de la multitude des énergies, des individualités, pour finalement, progressivement, s’homogénéiser, se stabiliser, s’immobiliser dans une impossibilité d’évolution. Passer de la vie à la mort entropique, celle d’un univers tiède, gris, où toutes les différences ont disparu. Le chaud et le froid se nivellent dans la tiédeur, le blanc et le noir deviennent gris, sans retour possible, une tragédie. Les corps sur scène sont au départ de l’ordre de l’individualité, chacun à ses propres mouvements, indépendamment des autres, comme une multitude d’énergie. Puis progressivement, la température, l’humidité de la salle augmente jusqu’à correspondre à celle du corps humain. Les mouvements se font plus lents, plus lourds, la gravité gagne jusqu’à mettre tout à terre, immobile, sans plus d’espace entre, plus de mouvement possible. / La musique, nous l’imaginons comme une commande d’une composition originale passée à un musicien. Une musique avec des instruments classiques à vents (du hautbois au cor), une histoire aussi de contamination de l’espace par le souffle rejeté du corps. Et un rythme qui s’accélère jusqu’à se synchroniser au battement du corps, à 70 pulsations minutes. Et les sons aussi devraient progressivement occupé tout le spectre sonore, du grave à l’aiguë. D’abord une faible intensité (100 lux), la lumière se recompose progressivement, en partant du violet jusqu’à recouvrir tout le spectre du visible jusqu’à devenir blanche : une lumière blanche a une intensité maximale, elle occupe tout le spectre électromagnétique du visible, à une intensité de 10 000 lux. La fin du spectacle, c’est ce moment où tous l’espace est occupé, où toutes les longueurs d’onde sont occupées, où la salle de spectacle est aussi chaude, salée et humide que le corps du spectateur lui-même : le grand même.|section| Une chorégraphie : Du point de vue de la chorégraphie, il s’agira de travailler sur un mouvement qui se répand, un mouvement qui d’unité devient unifié. Le dedans dehors et le dehors dedans. Quel sera le rôle de la peau et de la sueur ? Les odeurs et les chaleurs qui se dégagent des corps ? La courbe de progression au niveau corporel ne sera pas nécessairement régulière, elle pourra fonctionner par à-coups. Jouer sur les différences thermiques des corps ou de leur emballage, en fonction de leur mouvement, de leur vêtement, On jouera sur le dehors-dedans. La question de l’habillement sera donc à envisager, puisque le vêtement isole le corps du froid ou de la chaleur, aussi de l’humidité. Et le souffle. Un corps consomme de l’oxygène et dégage du Co2. Il remplit l’air d’humeurs, le pollue, le transforme. Il y a une consommation mesurable de l’air ingéré, de l’air rejeté. Un rythme qui s’accélère avec l’intensité du mouvement. Le souffle participera à la transformation, à la « mise à niveau » de l’air, à l’homogénéisation de son entourage. Ingère et rejette. Le souffle est le seul élément externe qui entre aussi profondément dans le corps et en ressort transformé plusieurs fois par minute. L’air est fait de gaz et de particules qui ont accès aussi bien à l’extérieur du corps, les parties dures, la peau, les poils, qu’a son intérieur, ses muqueuses, ses organes internes, son sang... Et le corps du spectateur ? Quel sera son rôle ? Puisqu‘il partagera l’expérience physique des danseurs, il fera aussi partie de la transformation du milieu. Il ne s’agira pas d’être « interactif », mais de tenir compte de la présence de ces corps, de leur souffle, de l’énergie et des calories qu’ils dégagent. De leur présence dans un espace partagé et de leur participation à l’entropie finale.

]]>
IMG/jpg/050200NAV.jpg IMG/jpg/050201.jpg IMG/jpg/050202.jpg IMG/jpg/050203.jpg IMG/jpg/050204.jpg IMG/jpg/050205.jpg IMG/jpg/050206.jpg IMG/jpg/050207.jpg IMG/jpg/050208.jpg IMG/jpg/050209.jpg IMG/jpg/050210.jpg IMG/jpg/050211.jpg IMG/jpg/050212.jpg IMG/jpg/050213.jpg IMG/jpg/050214.jpg IMG/jpg/050215.jpg
IMG/arton35 mise en seine
2004

Installation artistique in situ Off Festival Nuit Blanche, Paris_F / /

]]>
[...] Antonin et les autres s’éclaboussaient, quant à justine, elle brassait aux côtés de son petit frère ; parfois, des têtes remontaient à la surface comme des bouchons ; les badauds s’étaient transformés en voltigeurs et la berge se vidait [...] / Infiltrer le réel, orchestrer des possibles dans un lieu suggérant des pratiques immersives. La ville contemporaine n’engage bien souvent que le regard du promeneur et s’oppose aux échanges avec son socle. Ici il s’agit de la Seine, trop longtemps reléguée à la décharge des égouts et à la navigation fluviale. S’imaginer un devenir plus fertil pour les citadins, c’est prendre possession du corps naturel et artificiel même de la ville. C’est exercer le pouvoir de l’espace public dans son organe plus sensible, celui-là même qui se mèle, se tord, se fond. S’imaginer tout cela, c’est dire que la Seine pourrait être le spectacle éprouvant de baignades, de nages intempestives, de plongeons en tout genre afin que la ville se produise et s’offre réellement tel un corps se mèlant à ceux de ses pratiquants.

]]>
IMG/jpg/041000NAV.jpg IMG/jpg/041001.jpg IMG/jpg/041002.jpg IMG/jpg/041003.jpg IMG/jpg/041004.jpg IMG/jpg/041005.jpg IMG/jpg/041006.jpg IMG/jpg/041007.jpg IMG/jpg/041008.jpg IMG/jpg/041009.jpg IMG/jpg/041010.jpg IMG/jpg/041011.jpg
IMG/arton33 human be_in
2004

film format DV_2’30 Production_ESBA Genève /

]]>
La question des besoins de l’Homme se trouve ici questionnée à travers une lithote simpliste et édifiante. Ce film renvoie à l’identité, au but de l’Homme parfois absurde mais également à sa colonisation, à sa territorialisation, à sa disposition et plus concrètement à l’usage de l’eau, l’or du XXIème siècle. L’intemporalité sous-jacente traduit l’ivresse universelle de l’Homme et sans doute la probable destinée ubesque qui en fait sa marque. La formulation du film émet également un constat par le caractère véloce du format qui révèle l’orientation consumériste et publicitaire de notre environnement mis en juxtaposition, voir en conflit, à un format interlude plus propice au champs musical d’une destinée naturaliste. / Ce film fut conçut telle une véritable performance. Il fut tourné en plein désert tunisien sous l’emprise d’une forte tempête de sable avec les conséquences désastreuse que cela procure au matériel. Les prises de vues ne durèrent que 30 minutes avec une seule prise par plan. Nous fîmes stopper par les autorités qui nous épiaient depuis le début de notre entrée sur le territoire du fait que l’acteur, musicien expatrié opposant au régime actuel, était fiché par les renseignements généraux et que le but du tournage n’était pas clair. Nadjeh Ben Saad est sans aucuns doutes l’essence même de ce film, signant une interprétation dépassant les directives morales de sa provenance religieuse. / Distribution_Najeh Ben Salam Réalisation/Scénario/Caméra/Montage/Son_Jérôme Jacqmin Mixage_Adrien Kessler / Sélectionné aux Festivals "Mittelmeer" (Lucerne, Suisse), "Victo" (Victoriaville, Québec), "Leuven" (Leuven, Belgique), "Lichtspieltage" (Winthertur, Suisse), "Dada festival" (Zurich, Suisse), "Cinestud’05" (Amsterdam, Pays Bas), "Images en vues" (Iles de la Madeleine, Québec),...

]]>
IMG/jpg/040800NAV.jpg IMG/flv/human_be_in2.flv
IMG/arton31 Le second été
2004

Projet d’aménagement paysager d’une île à Schloss Eybesfeld, Styrie, Autriche collaborateur de Philippe Rahm architectes, Paris_F /

]]>
Notre projet prend place sur une île marécageuse, dans le bras mort d’une rivière. C’est un autre temps que nous cherchons à produire, hors des rythmes astronomiques, un temps en dérive, une saison en glissement, peut-être un été, qui devient d’abord indien pour s’étirer encore plus profondément dans l’année jusqu’en décembre. C’est une sorte de second été, égaré dans l’hiver autrichien, un climat en suspension. Au cœur de l’île, derrière une épaisse ceinture de hauts arbres à feuilles caducs, nous choisissons de définir une clairière comme un été. Ici, l’été se prolongera indéfiniment. Il s’étirera dans l’année, passera l’automne, traversera l’hiver jusqu’au printemps suivant. C’est une sorte de second été, une altération saisonnière, un été indien plus vigoureux encore, égaré dans l’hiver autrichien, un climat en suspension. Sur une l’île, derrière une épaisseur obscure constituée de hauts arbres à feuilles caducs, nous définissons une clairière comme un espace improbable et surnaturel. / C’est d’abord un périmètre d’environ 200 m2 définit par une température de sol qui restera chaude tout au long de l’année. Alimenté par une pompe à chaleur, un circuit d’eau, à la température de 35 °, est installé dans le sol à 25 cm de profondeur. La chaleur irradiera dans le sol, se propagera jusqu’en surface. Ici, le sol ne gèlera jamais. Durant l’hiver, ce sera une population nouvelle de plantes et d’arbustes en décalage climatique et temporel qui s’y développera, égaré dans cet été improbable. / C’est ensuite une lumière, celle du solstice d’été, du 21 juin, avec son intensité et ses variations, qui est ici perpétuée tout au long de l’année. Ici, le jour se lèvera tous les jours à 5 heures 03 et se couchera à 23 heures 51. Dans la clairière, les jours auront toujours une durée de 15 heures et 53 minutes. Même le 21 décembre, alors qu’au-delà de la clairière, le jour ne dure que 8 heures 30. La végétation de la clairière restera dans cet été, ne changera pas vraiment de couleur. Les attaches des rameaux ne rompront peut-être pas, les feuilles ne tomberont pas tout à fait, parce que ces phénomènes saisonniers sont induits par la diminution de la longueur du jour. Une lumière artificielle dont le spectre électromagnétique reproduit celui de la lumière du soleil, compensera chaque jour la diminution de la durée du jour, prolongeant la photosynthèse par-delà l’automne, au-delà de l’hiver.

]]>
IMG/jpg/040600NAV.jpg IMG/jpg/040601.jpg IMG/jpg/040602.jpg IMG/jpg/040603.jpg IMG/jpg/040604.jpg IMG/jpg/040605.jpg IMG/jpg/040606.jpg
IMG/arton70 collective intelligence
2004

Projet d’installation interactive sur le parvis du Muséum d’Histoire Naturelle de Paris / /

]]>
A l’instar de l’intelligence collective naturelle (définie par le chercheur sur la Complexité Jean Michel Penalva à propos notamment des insectes), le projet se présente comme un territoire suggérant la mise à profit de processus cognitifs d’apprentissage, de représentation, de décision, mais aussi de processus sociaux comme le partage, l’échange, la négociation, l’auto organisation, ou encore de processus relationnels comme la reconnaissance, la compétition, l’implication. / Ce territoire se présente comme un dispositif socio-technique, une plate-forme supposant une mise en situation d’acteurs engagés dans une action commune : une coalition d’intérêt d’agents cognitifs mettant à profit une problématique. En outre le projet constitue un réseau dont l’idée révèle que l’objectif d’une meilleure performance collective nécessite de mieux reconnaître l’existence et l’intérêt des actions et interactions individuelles ainsi que des construits individuel. / Le projet est constitué d’une embase en béton de 9 m x 2 m x 0.3 m sur laquelle sont disposés 4 parois de verre à cristaux liquides (produit Priva-Lit, Saint Gobain) de 1 m x 2.2 m montées sur des châssis de 30x30 mm. Des capteurs de présence sont situés dans l’embase afin de rendre transparent les parois de verre opaques à mesure qu’un individu se place de part et d’autrede la paroi. / Ainsi, au même titre que les insectes, le projet considère le signal corporel comme principal émetteur dans les relations d’échange et de colonisation d’espace.

]]>
IMG/jpg/NAV-9.jpg IMG/jpg/1-6.jpg IMG/jpg/2-4.jpg
IMG/arton30 daytime
2004

Installation audio-visuelle Off Oslo Open_N en collaboration avec l’artiste Simone Dominique Tschachtli, Zurich_CH /

]]>
Sur ma route, j’aperçus le jour tel qu’il était.. / Durant l’été 2003 nous prirent la route au sein de notre espace mobile, un utilitaire mercedez 409 dont l’espace intérieur fut évidé afin d’intervenir dans l’espace public. En Norvège 3 différentes installations conçues in situ -"tesalong", "nachtigall" , "daytime""- prirent place dans les rue d’Oslo durant l’évenement culturel "Oslo Open". Chacune relevait d’un concept urbain, LIVING THINGS PARKED : installations relevant d’une approche territoriale d’édification éphémère de la ville, donnant lieu à "habiter" les espaces mono-fonctionels dévolus usuellement au parcage des véhicules, définissant un continuum de l’espace public au sein même de l’espace public et établissant un lien bien précis avec le contexte de leur situation. / L’espace qualifié réside ici dans le différé d’une situation temporelle : un véhicule telle une station d’observation et d’enregistrement du ciel (présent à la vertical de l’emplacement du parcage durant la journée), reproduisant cet évènement durant la nuit à l’intérieur du véhicule sur un fond sonore accentuant cette altérité. Les "voyageurs" (jusqu’à 16 personnes et pour une durée aléatoire) prendront place dans un espace immobile les conduisant à un voyage dans le temps.

]]>
IMG/jpg/040501.jpg IMG/jpg/040502.jpg IMG/jpg/040503.jpg IMG/jpg/040504.jpg IMG/jpg/040505.jpg IMG/jpg/040506.jpg IMG/jpg/040507.jpg IMG/jpg/040508.jpg IMG/jpg/040509.jpg IMG/jpg/040510.jpg IMG/jpg/040511.jpg IMG/jpg/040512.jpg IMG/jpg/NAV-5.jpg
IMG/arton29 elle balance elle
2004

film format DV_3’ Production_ESBA Genève /

]]>
Il est des lieux qui nous transportent dans notre mémoire et qui la font vivre dans les méandres de nos questionnements ; un lieu, celui de l’enfance, chargé de celui d’aujourd’hui et de demain ; un lieu où une femme prendra la mesure de sa vie à travers le temps, celui là même de son existence. / Ce travail procède à la mise en image d’un territoire mental reliant une femme à son environnement. Ici, le champs contextuel sert d’interface à la mise en lumière d’une temporalité en épisode de sa vie passée, présente et à venir. Le square dans sa disposition physique, par ses arômes, ses chants sonores et ses lieux servent de relais à la mémoire qui s’ouvre à la virtualité de ses pensées et questionnements par des visions projetées. Le jeu procède d’une rytmique qui temporise les accès à des niveaux temporels et orchestrent le déroulement séquenciel de ses échos psychiques. / Distribution_ Claire Lorenceau et Jasna Kohoutova Voix Off_ Loana Joanou Réalisation/Scénario/Montage_Jérôme Jacqmin Caméra_ Delphine Perreau Son_ Elvira Isenring

]]>
IMG/flv/ELLE_BALANCE_ELLE.flv IMG/jpg/NAV-6.jpg
IMG/arton25 Parc d’Assainissement des Dépouilles Animales
2003

Concours pour le Festival des Jardins de Lausanne_CH en partenariat avec Mathias Vust, botaniste /

]]>
Le projet propose d’étirer les composantes identitaires et sous-jacentes d’un vaste territoire en friche portant encore les stigmates d’un passé industriel productif et ceux d’un présent déviant vers d’autres types d’usage et de pratiques. Une zone désaffectée par les transports ferroviaires vouée à l’abandon et au parasitage d’espèces végétales pionnières venues d’autres terres conquises par un sol sableux, rocailleux et pollué ; un micro-système très sec mis à nu au soleil conférant à ce lieu une particularité spécifique de certains territoires méditerranéens. / Le Parc d’Assainissement des Dépouilles Animales jouxtant le nouveau Centre de Crémation des Dépouilles Animales, situé à l’est du périmètre, aux abords des anciens abattoirs et d’un centre d’assainissement de déchet, propose de relayer voir de se coordonner à ces nouvelles vocations industrielles de traitement des déchets urbains. / À l’instar de l’usine végétale, le monde animal appartient encore à un système d’autorégulation conférant à certaines espèces un rôle majeur dans l’équilibre de la vie animale. Ainsi, les rapaces se constituent en acteurs indispensables dans ce scénario. Le vautour fauve, Gyps Fulvus, quant à lui, va plus loin dans la logique en jouant le rôle d’éboueur. Ce grand charognard, désigné comme espèce nécrophage, ne se nourrit que de cadavres. Originaire des Pyrénées orientales, on le retrouve également dans la Causses française où il vient d’être réintroduit après son extermination par l’homme au début du siècle. On peut également le voir dans certaines régions méditerranéennes dans de basses montagnes. En été, il parvient même à s’aventurer dans des régions plus au nord telle que la Belgique. / Le P.A.D.A , telle une annexe ou un futur du C.C.D.A, prendrait ainsi place dans le territoire le plus sec, sur la partie est du périmètre, et délimité par des clôtures en fil de fer existant. Au centre, trois grands pylônes d’éclairage présents également servirait de promontoires à des nids, constitués de brindilles et autres branchages collectés sur le territoire, définissant l’unique ouvrage visuel manifestant la présence des vautours fauves. Un dispositif sonore installé autour des nids à l’emplacement des luminaires émettra le cri strident de ces volatiles étranges perchés dans leur nid, leurs battements d’ailes dont l’envergure peut environner les 2m80, leur cri de ralliement lors du festin appelé aussi la Curée, … / Ainsi, ce Parc produira un paysage sonore rajoutant une note de plus dans la diversité des sons d’oiseaux présents sur le site, perchés sur les lignes CFF, les bosquets d’arbres, dans les cabanons des jardins ouvriers, … Une symphonie ornithologue composés de corneilles, de corbeaux, de mésanges, de pie, de moineaux, de pigeons, d’hirondelles, de volailles, de buses et maintenant de vautours fauves.

]]>
IMG/jpg/030300NAV.jpg IMG/jpg/030301.jpg IMG/jpg/030302.jpg IMG/jpg/030303.jpg IMG/jpg/030304.jpg IMG/jpg/030305.jpg IMG/jpg/030306.jpg IMG/jpg/030307.jpg
IMG/arton24 peinture placebo
2003

Installation au Musée d’Art Moderne de Paris collaborateur bureau d’architecture Décosterd & Rahm ass., Lausanne_CH /

]]>
The placebo paint© offers the kind of stimulation characteristic of a placebo. Odorless and invisible, placebo paint© acts solely via the placebo effect by imparting a psychological attribute to the space. It is our ambition to act on a presensory level, to create a sort of infrafunctionalist architecture, generating its forms within the neurological and endocrine space of the body. / By incorporating an infinitesimal amount of ginger or orange blossom into industrial white paint, we seek to designate the intended purpose of a room outside the realm of any visual or plastic representation. For instance, we, first, offer a paint containing a high dilution of orange blossom of 1 / 10 power 30, i.e. 15 CH. At this dilution ratio, no active ingredient can be documented by academic pharmacology. Placebo paint© gives off no odor other than the industrial odor of the base product. Secondly, we propose an erotic stimulation space painted with a placebo paint© containing a 15 CH dilution of ginger. The orange blossom room will be relaxing. The ginger room will be charged with eroticism. / There has been tremendous interest of late in so-called “natural” medicine, the irrational adjunct to the incredible scientific developments that have taken place in genetic engineering and chemical therapy. These natural modalities include aromatherapy, homeopathy and flower-based remedies, not to mention anti-stress perfumes, birch-juice depuratives, linden relaxing massage cream and tonic hydrating oil with green maté and ginger. The alternative medicines and other natural therapeutic methods, which are termed “irrational” because they have no scientific foundation, are unquantifiable, and cannot be reproduced experimentally, seem to be the expression of a superstitious ideology celebrating harmony of the senses, ecology and a certain form of humanism that resists the reductive technicality of modern science. To avoid thinking of magic in order to understand and accept alternative medicines on a rational basis, we must revert to the scientific notion of the placebo, which, although still quite mysterious, nevertheless points to certain neurobiological and endocrine mechanisms at work in this type of therapy. A placebo stimulates the production of endogenous substances. By this fact, and since their action is completely dependent on the psychological make-up of the individual, the placebo seems to be a humanistic key within the organic nature of man. As such, it is an expression of free will. Given the disconcerting simplicity of action of genetics and its terrible efficacy, its effective reduction of human nature to the organic level, the notion of the placebo restores to a scientific context the elements of freedom and humanism that seem to have been marginalized for a number of years.

]]>
IMG/jpg/030100NAV.jpg IMG/jpg/030102.jpg IMG/jpg/030103.jpg IMG/jpg/030104.jpg IMG/jpg/030105.jpg IMG/jpg/030106.jpg IMG/jpg/030107.jpg IMG/jpg/030108.jpg IMG/jpg/030109.jpg IMG/jpg/0-7.jpg
IMG/arton22 hormonorium
2002

Pavillon suisse pour la 8ème Biennale d’Architecture de Venise_I collaborateur du bureau d’architecture Décosterd & Rahm ass., Lausanne _CH /

]]>
L’Hormonorium* est une proposition pour la conception d’un nouvel espace public. Il s’appuie sur la disparition des limites physiques entre l’espace et l’organisme révélée par la biologie et les neurosciences. Dépassant la médiation visuelle et métrique, établissant une continuité entre le vivant et le non-vivant, l’Hormonorium* ouvre à l’invisible, aux déterminations électromagnétiques et biologiques. La compréhension des mécanismes physico-chimiques régissant les organismes engendrent une modification de la compréhension de l’espace et par là même de notre mode d’habitation de l’environnement. L’Hormonorium* s’offre comme un espace im-médiat, ne recourant plus aux moyens sémantiques, culturels ou plastiques pour la fabrication d’architecture. On peut en cela établir la même différence entre l’Hormonorium* et l’espace moderne, qu’entre la génétique et la chirurgie plastique, ou entre les thérapies chimiques et la psychanalyse : il s’agit d’agir en amont de la forme, à un niveau infra-formel, en modifiant l’information elle-même donnant naissance à la forme, au comportement, à la pensée. Par thérapies chimiques, par modification des causes organiques, en amont des manifestations formulées psychologiquement, par modification de la matière de la pensée plutôt que la pensée. En exerçant une influence en deçà des sens et de la peau, l’Hormonorium* établit une synthèse de l’organique, de l’humeur et de l’espace en établissant une continuité entre l’architecture et le métabolisme humain, entre l’espace, la lumière et les systèmes endocriniens et neurologiques. L’Hormonorium* est un espace physiologiquement stimulant, sans libre-arbitre humaniste, participant en cela à l’inquiétude contemporaine quant à l’évolution actuelle de la nature humaine, entre déterminisme biologique, espoir thérapeutique et mort ontologique du sujet. / L’Hormonorium* s’offre comme un espace public intérieur, à la mesure d’une piscine, d’un hammam ou d’une église : des espaces climatiquement déterminés, par la lumière, par la température, par la qualité de l’air, lesquels impliquent le corps, mais où certaines fonctions restent indéterminées : se reposer, se muscler, s’oxygéner, se rencontrer, draguer, discuter, se regarder, se recueillir, se laver, se tonifier, etc. L’Hormonorium* se donne comme un climat, proche de celui de la haute montagne, mais aussi comme un ensemble de dispositifs physiologiques, agissant sur le système endocrinien et neurovégétatif. On peut y voir une sorte de représentation physiologique de la haute montagne, à ingérer, par la respiration, par la rétine, par le derme. Le sol est constitué d’un faux plancher lumineux éblouissant, réalisé en plexiglas pour laisser passer les UV. Il est constitué de 528 tubes fluorescents lesquels émettent une lumière blanche reproduisant le spectre solaire avec UV-A et UV-B. A cause de son rayonnement inversé, émis depuis le sol comme c’est le cas sur la neige, les paupières, les cils et l’inclinaison naturelle de la tête ne font plus obstacle au rayonnement lumineux. Cette lumière très intense, entre 5 000 et 10 000 lux, stimule la rétine, laquelle transmet à la glande pinéale des informations entraînant une diminution de la sécrétion de la mélatonine. En baissant ainsi le taux de cette hormone dans le corps, on participe à la diminution de la fatigue, à l’augmentation probable du désir sexuel ainsi qu’à la régulation de l’humeur. Par la présence d’UV-A, on bronzera dans l’Hormonorium*, tandis que les UV-B permettront la synthèse de la vitamine D. / En augmentant le taux d’azote dans l’Hormonorium*, on réduit la quantité d’oxygène en passant d’un taux de 21 % à un taux de 14,5 % d’oxygène correspondant à celui que l’on trouve en altitude, aux environs de 3000 mètres. L’espace raréfié en oxygène engendre une légère hypoxie pouvant tout d’abord se manifester par des états cliniques tels que confusion, désorientation ou conduite bizarre, mais aussi une légère euphorie par la production d’endomorphine. À partir d’une dizaine de minutes, on peut mesurer une augmentation " naturelle " du taux d’Erythropoïetine (EPO), de l’hématocrite et un renforcement des systèmes cardiovasculaires et respiratoires. L’Erythropoïetine est produite par les reins. Cette hormone protéique gagne la moelle des os, où elle stimule la production des globules rouges, ce qui accroît l’apport d’oxygène aux muscles. La diminution du taux d’oxygène aura ainsi un effet dopant pouvant améliorer les capacités physiques du corps jusqu’à 10%. / L’Hormonorium* constituera donc un climat stimulant physiologiquement l’organisme tout en offrant un nouveau modèle d’espace public décontextualisé, dégéographisé. Un lieu physico-chimique, un déplacement partiel de climat de la haute altitude au bord de la mer, pour le bien être, pour la santé, pour l’équilibre de l’organisme à travers la régulation du système neurovégétatif, mais aussi un lieu de potentiel transformation de nos performances corporelles, par dopage, par modification physiologique de la nature humaine. Une architecture infra – fonctionnaliste, un lieu dont la visibilité s’élargit dans les hautes et les basses longueurs d’ondes du spectre lumineux, dans l’invisibilité des compositions chimiques de l’air, une architecture endocrinienne, à respirer, à s’éblouir.|section| SUBDESIGN L’ameublement que nous envisageons pour l’hormonorium est de l’ordre de la stimulation invisible. Le mobilier devient un lieu où l’on modifie localement la qualité de l’air par sa mise en vibration. Notre ambition est d’étendre la relation entre le corps et le mobilier aux autres dimensions que celles habituellement traitées, de l’ordre de la forme, de la matière et de la couleur. S’asseoir ou se coucher ; nous choisissons cette deuxième position comme activité complémentaire possible dans la pratique de l’hormonorium. Ce que nous cherchons, c’est d’intégrer une dimension temporelle et animée dans la stimulation habituellement inerte et statique du mobilier sur le corps. Nous traitons avant tout du corps dans son étendue physique et charnelle, à côté du dessin du mobilier relevant du visuel, par la couleur, par la forme. Nous cherchons ici une contiguïté charnelle qui peut dans le cas présent se référer à une avalanche de neige dont le phénomène est l’une des sources naturelles les plus puissantes d’infra basse. À la distance médiative et immobile de l’image, nous explorons une proximité immédiate du meuble sur et dans le corps selon une durée. / Le lit est composé d’une caisse en bois aggloméré de type médium ou mdf très dense séparée en deux parties. Dans ces deux caissons sont installés deux haut-parleurs de 46 cm de diamètres. Le caisson est recouvert de mousse puis en finition, d’un tissu simili - cuir blanc. Les pieds du caisson sont en caoutchouc pour éviter la propagation du son au sol. / La musique est une composition originale du groupe AIR (Nicolas Godin / Jean-Benoit Dunckel) dont la fréquence oscillera entre 10 hertz et 63 hertz, avec parfois des moments plus aiguës. Dans la majeure partie de la durée, la musique sera inaudible, mais perceptible par la mise en vibration de l’air et du squelette. L’enregistrement de la musique se fera en faisant varier l’enregistrement entre –6dB et 0dB : les fréquences les plus hautes et audible (63 hertz) seront enregistré autour de –6dB, les fréquences en infra basse seront enregistré autour de 0dB. La musique sera sur deux canaux, lesquels correspondrent aux deux hauts - parleurs situés au niveau du dos pour l’un et des jambes pour l’autre. La musique sera enregistrée et diffusé avec un lecteur NAGRA suivit par un dsp puis par deux ampli 1000 W qui diffuseront chacun un canal.

]]>
IMG/jpg/020700NAV.jpg IMG/jpg/020701.jpg IMG/jpg/020702.jpg IMG/jpg/020703.jpg IMG/jpg/020704.jpg IMG/jpg/020705.jpg IMG/jpg/020706.jpg IMG/jpg/020707.jpg IMG/jpg/020708.jpg IMG/jpg/020709.jpg IMG/jpg/020710.jpg
IMG/arton19 corps sonore
2002

Street sound performance au Festival de la Musique, Montpellier_F en collaboration avec le vidéaste Jérôme Alary _Norway /

]]>
Dehors, la foule se rue à l’assault des ondes… Emergeant des entrailles de la cite, des corps se déplacent. Suspendus à des octaves sauvages, ils émettent leur presence au monde. Des gallops de jambs piétinant le sable des travers, des équilibres bousculant les masses d’air, des suitements de peau sous l’emprise de la chaleur, des plongeons, des sauts, des vrirevoltes,… Des corps sonores pour des chants de ville. / Si nous courons de plus en plus vers le non-mouvement, celui qui n’a plus besoin que d’un battement de cil pour se répandre, nous ne pouvons nous soustraire encore de la gravité qui fait de nous des cimbales criant le vivant… nos corps ne cesseront de battre.

]]>
IMG/jpg/020300NAV.jpg IMG/jpg/020301.jpg IMG/jpg/020302.jpg IMG/jpg/020303.jpg IMG/jpg/020304.jpg IMG/jpg/020305.jpg IMG/jpg/020306.jpg
IMG/arton18 jardin électromagnétique
2002

Installation artistique pour la Galerie Valentin à Genève_CH collaborateur du bureau d’architecture Décosterd & Rahm ass., Lausanne_CH /

]]>
Nous voulons établir une relation symbiotique quasi autarcique entre l’homme, la plante et l’ordinateur selon des interactions physiques, biologiques et électromagnétiques générées par le réseau. Un jardin évident et essentiel qui devient nécessaire comme préfiguration d’une nouvelle nature. Notre jardin est celui de ce climat nouveau généré par les réseaux électroniques dans lequel nous sommes physiologiquement immergés. Champs électromagnétiques, lumières artificielles, fenêtres électroniques et rayonnements non-ionisants, Internet déterminent des interfaces physiques à chaque connexion lesquelles génèrent un lien chimique entre l’écran et la rétine, la lumière émise et les photopigments chlorophylliens. Ce que nous reconnaissons, c’est la part physique du réseau, la géographie invisible qu’elle instaure, des flux électromagnétiques plus ou moins puissants qui définissent de nouveaux territoires lesquelles modifient notre métabolisme. Architectures électroniques et hormonales, urbanisme électromagnétique et physiologique, une dimension nouvelle de l’espace se dessine selon les nouveaux moyens de télécommunication, Internet et téléphonie mobile. En tirant sa raison uniquement du web, notre jardin analyse les interfaces concrètes entre le corps et l’écran, entre la plante et l’écran, entre la plante et notre corps ; une équation à trois paramètres chimiquement dépendants. / Ce Jardin Electromagnétique est une prospective, une base pour une recherche à venir. Il s’appuie sur des indices scientifiques sérieux mais sans preuve établie. Le premier indice montrerait qu’une exposition prolongée de l’homme à des champs électromagnétiques pourrait engendrer des problèmes de santé et notamment des cancers comme la leucémie. Ces indices sont aujourd’hui pris en compte par les différents pays européens lesquels ont défini selon le principe de précaution des distances minimales entre les lieux d’habitations, les écoles et les antennes de téléphonie mobile par exemple. Le gouvernement anglais vient pour sa part de recommander d’éviter l’usage de téléphone portable par les enfants pour les mêmes raisons. Autre indice, cette fois-ci beaucoup moins solide, celui donné après des expériences menées par l’Institut de Géobiologie en Suisse et notamment par Madame Blanche Merz, laquelle aurait constaté une neutralisation du rayonnement électromagnétique des écrans d’ordinateurs ou de téléviseurs par un cactus mexicain - le Cereus Peruvianus. Des tests scientifiques à l’objectivité douteuse, tel le georythmogramme, prouverait l’effet correcteur du cactus. Notre « Jardin Electromagnétique s’appuie sur ces deux indices. Il est conçu comme la base d’une expérimentation à venir et non pas comme un principe validé. Il est une expérience sur plusieurs années laquelle étudie l’influence des champs électromagnétiques sur la santé et la capacité du cactus Cereus Peruvianus à neutraliser les rayonnements néfastes provenant des écrans d’ordinateurs. Tous les internautes volontaires peuvent ainsi participer à cette expérience en réalisant par eux-mêmes leur « Jardin Electromagnétique selon le modèle présenté. Si l’expérience menait à des conclusions positives quant à l’efficacité du Cereus Peruvianus, nous suggérions alors aux fabricants de Hardware de l’inclure directement dans la coque plastique du moniteur. / Le « Jardin Electromagnétique » est conçu pour des espaces déterritorialisés sans contexte climatique naturel. Seul un apport d’eau est nécessaire. La photosynthèse des cactus est rendue possible par le rayonnement de l’écran. Nous proposons ainsi de réserver une partie du cyberspace à une seule émission de lumière dans les longueurs d’ondes correspondantes au spectre d’absorption des photopigments chlorophylliens des cactus, c’est-à-dire dans le violet (autour de 420 nm) et dans le rouge (autour de 680 nm), ce qui donne une lumière légèrement rosée. Cette zone du cyberspace, sans information pour l’homme, mais uniquement destinée aux plantes devient une sorte de jardin sur Internet, selon les mêmes raisons que celles qui ont prévalu à la création de parc dans la ville des raisons à la fois sanitaires et esthétique, une sorte d’espace culturellement et économiquement improductif mais physiologiquement prometteur.

]]>
IMG/jpg/020100NAV.jpg IMG/jpg/020101.jpg IMG/jpg/020102.jpg
IMG/arton11 centre de vaccination au round-up
2000

Concours pour le Festival des Jardins de Lausanne_CH collaborateur du bureau d’architecture Décosterd & Rahm ass., Lausanne_CH /

]]>
Ces dernières années ont vu le jardin devenir refuge de la poésie et du bonheur, de la nature comme matrice, avec la nostalgie et l’inquiétude en toile de fond. Nous aimerions aujourd’hui quitter cet imaginaire timoré et restituer au jardin sa vocation de laboratoire, qu’il devienne un lieu d’expérimentation de la nature désormais entre manipulations génétiques et perturbations écologiques. A la façon de l’herbularius, ce jardin d’herbes médicinales du Moyen Âge ou des parcs urbains du 19ème siècle à vocation sanitaire, c’est le lien physiologique entre l’homme et la plante qui nous intéresse, un lien utile, nécessaire, vital, une relation alimentaire, médicale, énergétique autant qu’allergique ou toxique. Proposer un centre de vaccination au Roundup, ce désherbant total le plus vendu dans le monde, c’est prendre conscience de l’interaction élargie qui existe aujourd’hui entre la plante et l’homme. Cette évolution engendrée par les biotechnologies et l’agro-alimentaire a supprimé la barrière des espèces, autorisant des hybridations génétiques entre le végétal et l’animal autant qu’un bouleversement des chaînes alimentaires. Entre le règne minéral, végétal et animal, les passages sont devenus monnaie courante, par les prions, par les gènes et nul ne peut plus affirmer aujourd’hui que telle substance ou telle maladie propre à un règne naturel ne deviendra pas active un jour ou l’autre. Notre jardin se donne comme un lieu de transmission et de dissémination du glyphosate, le principe actif du Roundup, selon une optique de prévention de santé publique et de précaution écologique. Deux méthodes sont adoptées : tout d’abord un programme de vaccination homéopathique pour les animaux et les êtres humains, lequel sera soumis à l’approbation de l’Office fédéral de la santé publique à Berne. Ce programme a pour fonction de sensibiliser voir d’enrichir le patrimoine génétique des hommes et des animaux, en résistance à la présence du Roundup dans les chaînes alimentaires. D’autre part, un champ de maïs transgènique Roundup Ready® Corn sera installé en ville de Lausanne afin de permettre une pollinisation libre des autres espèces végétales par le gène Roundup Ready® CP4EP SPS DNA contenu dans ce maïs ; séquence génétique propriété de la firme Monsanto, laquelle rend la plante résistante à ce désherbant. Ce programme de dissémination dans l’environnement de ce nouveau gène a comme objectif de rendre possible des hybridations génétiques avec n’importe quel végétal, mauvaise herbe ou plante d’appartement, les rendant à leur tour résistantes au Roundup : une garantie pour l’avenir de la biodiversité.

]]>
IMG/jpg/000502.jpg IMG/jpg/000503.jpg IMG/jpg/000504.jpg IMG/jpg/000505.jpg IMG/jpg/000506.jpg IMG/jpg/000507.jpg IMG/jpg/0.jpg IMG/jpg/000500NAV.jpg
IMG/arton10 campement electromagnétique
2000

Plein-air / exposition Galerie Valentin, Paris_F collaborateur du bureau d’architecture Décosterd & Rahm ass., Lausanne_CH /

]]>
Notre intention est de mettre en place dans la galerie Chez Valentin une architecture de la dépense laquelle agit sur l’espace lui-même, sur l’air comme une matérialité concrète bien qu’invisible. Une architecture qui se dissipe, qui rayonne et transforme la constitution électrique, physique et chimique de l’air plutôt qu’une architecture qui façonne les limites de l’espace en construisant une structure, une architectonique, en organisant la délimitation physique de l’espace. / Notre espace est fluide, éthéré, émanant, rayonnant, sans limites autre que le déploiement physique de l’énergie dépensée localement. Le mythe est déjà là, comme le formule l’architecte Luc Baboulet dans un récent article intitulé “L’énergie contre la structure”. En arrivant pour la première fois dans un lieu, deux possibilités s’offrent à l’homme s’il veut y habiter : ou bien il brûle simplement le bois pour se chauffer, pour modifier localement et momentanément les conditions thermiques de l’espace ; ou bien il prend ce bois pour construire une cabane dans laquelle le climat intérieur sera protégé. Il y a là deux stratégies d’habitation. La seconde est structurelle ; elle construit, elle érige des limites, elle constitue l’espace sans le toucher, chaste, en le délimitant, en le revêtant. Mais ici, on reste à côté de l’espace, on reste à distance, dans une sorte d’incapacité à rencontrer le vide, à faire corps avec l’air. L’autre stratégie, la première, est énergétique. Elle est celle à laquelle nous aspirons aujourd’hui, une architecture archaïque, rudimentaire, sans intermédiaire, brutale laquelle est une dépense d’énergie sur l’air, une opération immédiate sur l’espace lui-même. Elle relève du plein-air, du nomadisme, du minimum d’effort investi, une architecture comme une simple combustion, un simple dégagement de rayonnements électromagnétiques qui constitue un espace graduel, entre un centre brûlant et une périphérie de moins en moins chaude, un espace qui se dissipe, sans fin annoncé, sans limite mesurable, un espace qui se refroidit jusqu’à l’infini, qui se mêle sans fin, un rayonnement électronique qui agite les cellules de notre peau, s’enfonce plus à l’intérieur, réchauffe notre corps : dynamogénie, une architecture physiologique. Pas de ruine ici, rien que des cendres, fertiles et volatiles quand il s’agit de brûler du bois. Du CO2, aussi, alimentant la photosynthèse. Une simple combustion, une simple dépense énergétique, passagère, sans conséquence, à habiter, à délaisser. A l’intérieur de la galerie, de l’énergie dépensée, de l’électricité, l’aboutissement d’une longue chaîne énergétique, entre pollution et nécessité, pillage et confort. Des ondes électromagnétiques dont le spectre reproduit la lumière solaire, une émission de longueurs d’ondes visibles, mais aussi invisibles, des ultraviolets, des infrarouges comme ouverture à une relation hormonale entre l’homme et l’architecture, une stimulation du système endocrinien, une régulation du système neuro-végétatif. / Ce que nous cherchons à produire est un espace sans devoir de représentation. L’architecture trouve son champ d’action réel, sans plus avoir à se cantonner dans une fonction décorative et formelle sur les limites de l’espace. L’architecture devient une pure dépense, un acte violent, prédateur, qui brutalise nos yeux, notre peau. Essentielle et archaïque, offensive et physiologique, sans intermédiaire, sans forme, sans carcan, agissant dans la corporalité de l’air et de notre corps, une architecture invisible, une puissance immédiate qui se déploie, libérée, qui conquière le vide. Ici, l’architecture met en place une source d’énergie première, de la chaleur, de la lumière, des longueurs d’ondes invisibles mais nécessaire au métabolisme de notre organisme. Le lieu habitable devient cet environnement modifié, un champ électromagnétique dans lequel on pénètre, dans lequel tout notre corps, tous nos organes sont en relation, physiologiquement en relation. Cinq tubes fluorescents composent cette source, cinq tubes spéciaux de lumières, violentes, brutes, qui diffusent des rayonnements reproduisant le spectre solaire, visible et invisible. Une architecture de plein-air, une architecture concrète, corporelle, hormonale, qui agit sur notre peau, sur nos yeux, qui touche le système endocrinien avant toute chose : on va bronzer aussi dans la galerie et ce n’est pas une métaphore.

]]>
IMG/jpg/000400NAV.jpg IMG/jpg/000401.jpg IMG/jpg/000402.jpg IMG/jpg/000403.jpg
IMG/arton9 melatonin room
2000

installation _art in technological time au Museum Of Modern Art of San Fransisco collaborateur du bureau Décosterd & Rahm, Lausanne_CH /

]]>
La mélatonine est une hormone produite par la glande pinéale située dans le cerveau, dans le haut du crâne. Cette glande répond directement à la lumière à travers les yeux. Les sécrétions de mélatonine se font normalement la nuit car elles sont activées par l’absence de lumière. La journée, la glande pinéale ne sécrète pas de mélatonine. En 1980, A. Lewy, TA Wehr, FK Goodwin ont démontré qu’une exposition à une lumière intense inhibait la production humaine de mélatonine (Science 210, 1980). En 1998, GC. Brainard démontre que la suppression maximum de la mélatonine est atteinte avec une lumière verte à près de 509 nm de longueur d’onde. L’effet contraire est atteint avec les ultraviolets sur les yeux et la peau lesquels provoquent la sécrétion de mélatonine (American Psychiatric Press, 1998). / La sécrétion de la mélatonine donne au corps et à l’esprit des informations liées au sommeil, à la fatigue. Au contraire, la sécrétion de la mélatonine supprime ces informations hormonales. La mélatonine est liée aux rythmes circadiens et aux horloges biologiques. Elle intervient chez l’humain à la puberté ainsi que dans la production de sperme. / Melatonin Room se présente comme une installationt lumineuse. Melatonin room fonctionne dans deux états : une phase stimulante met en fonction une série de spots et d’ampoules de lumière verte produisant une lumière d’une très forte intensité d’un minimum de 2500 lux (une chambre ordinaire a une luminosité de 200 lux). Cette lumière à une telle intensité supprime la production de mélatonine réduisant ainsi physiologiquement les informations liées à la fatigue. La seconde phase, au contraire, constitue un espace calmant. L’espace est plongé dans une luminosité faible produite par des ultraviolets lesquels stimulent la production de mélatonine et donc des informations liées à la fatigue. Des lettres en néon de couleur violet s’allument à ce moment là, diffusant le nom de l’installation "MELATONIN ROOM" tout en éclairant faiblement l’espace. / Cette installation est une recherche sur une qualification électromagnétique de l’espace et de ses conséquences physiologiques sur le métabolisme humain. La qualité spatiale de l’espace n’est plus supposée et passive mais devient émise et physique. L’espace devient dopant, rencontrant concrètement le métabolisme humain. De l’architecture sans plus de matière visible, une qualification abstraite de l’espace, la matière est invisible mais totalement physique. Une architecture électromagnétique.

]]>
IMG/jpg/000300NAV.jpg IMG/jpg/000301.jpg IMG/jpg/000302.jpg IMG/jpg/000303.jpg IMG/jpg/000304.jpg IMG/jpg/000305.jpg
IMG/arton7 parasitisme et symbiose
2000

commande d’avant projet habitats nomades pour artistes sur les territoires du Conservatoire du Littoral, Commune de Sérignan_France en collaboration avec le bureau Décosterd & Rahm, Lausanne_CH /

]]>
Notre rapport aux bêtes est plus intéressant, je veux dire aux bêtes que nous mangeons. Nous nous délectons du veau, de l’agneau, du bœuf, de l’antilope, du faisan ou du coq de bruyère, mais nous ne laissons pas leur dépouille pourrir. Nous nous vêtons de cuir, nous nous parons de plumes. Nous dévorons le canard, comme les Chinois, sans en gaspiller une miette, ou le porc, comme chez nous, sans en omettre la queue ni l’oreille, mais nous entrons dans leur peau même, dans leur plumage ou dans leurs soies. Les hommes vêtus vivent à l’intérieur des animaux qu’ils ont vidés à belles dents. Je le dirai encore des plantes. Nous mangeons le riz, le blé, ou la pomme, la divine aubergine ou le pissenlit tendre, mais nous tissons la soie, le lin ou le coton, nous habitons la flore tout autant que la faune. Nous sommes parasites, donc nous nous vêtons. Donc nous habitons des tentes de peau, comme nos dieux leurs tabernacles. Voyez-le habillé, paré, magnifique, il fait voir, il faisait voir surtout, la carapace propre de son hôte. Du parasite mou, on ne voit plus que le visage glabre et les mains, quelquefois, ôtés les gants de pécari.Nous parasitons nos semblables et nous vivons au milieu d’eux. Autant dire vraiment qu’ils constituent notre milieu /.../ Michel Serres, Le parasite / La constitution physique de l’architecture procède d’ordinaire en deux étapes. D’une part la définition de l’espace, à la fois périmètre et volumétrie. Ici, on a recourt à une structure dont les formes mettent en tension l’espace et engendrent un intérieur et un extérieur. Ensuite, on recouvre cette structure en tirant entre les éléments structurels une peau, laquelle assure le conditionnement climatique du bâtiment. Cette manière de faire est aujourd’hui la plus courante en raison des normes énergétiques auxquelles sont soumises les constructions. Notre projet pour des habitats nomades sur les territoires du Conservatoire du Littoral se donne de réévaluer ce système en engageant l’architecture dans un ensemble de cycles chimiques et biologiques, mais aussi dans l’immanence géométrique et mathématique de la structure. C’est donc une volonté d’habiter la matérialité du monde, d’engager le corps dans un ensemble de processus physiologique et physique. Ainsi, nous proposons deux actions conjointes visant chacune à rétrécir le monde jusqu’à des échanges primordiaux entre l’architecture et son environnement, entre l’homme et l’espace, où notre corporalité parasite autant la géométrie de l’étendue que les matières dont elle est faite. La structure proposée est du type “tensigrity” : une structure autotendante composée de barres travaillant à la compression et de tirants travaillant à la traction. La configuration polyédrique est indéformable, résistante, stable, légère et démontable. Cette structure formellement aléatoire, mais structurellement exacte, crée un espace unique, résultant de l’ensemble des forces en action commune. L’espace est ici l’exacte résultante d’un ensemble de tensions et c’est dans cet espace, sans aucune prédétermination où nous qualifions de géométrie énergétique spatiale, que nous créons un habitat. Habiter la géométrie, c’est habiter dans la tension énergétique de la structure. Voici un espace intelligible, où l’on enjambe les tirants, où l’on se baisse pour passer, où la violence des forces en présence nous oblige à mesurer notre propre corps. Le recouvrement de cette structure est en peaux de vache, levées au couteau, proprement écharnées, immédiatement salées et repliées sur elles-mêmes jusqu’à la pose. Les peaux, disposées en écailles, s’appuient sur la structure et sont tirées jusqu’au socle de bois de l’habitat. Les poils sont à l’intérieur et constituent, entre la fleur du cuir et le lin de l’habitat, une épaisseur climatique isolante. La viande est dehors. Les peaux sont constamment dans un équilibre précaire entre le putrescible et l’imputrescible. Le sel, contre lequel on a lutté sur ces rivages marins pour y établir une agriculture, devient maintenant l’allié dans le maintien de l’espace habitable sous forme de tannage provisoire. Ici se dévoile de façon alimentaire et essentielle, l’échange énergétique entre l’homme et son environnement. Posé dans les enganes, acceptant les vents salés et nécessitant fréquemment un apport de sel, le revêtement de l’habitat s’offre néanmoins comme un élément nutritif possible pour la faune et les micro-organismes qui se présentent dès que l’habitant s’absente. L’entretient de l’habitat n’a plus d’alibi esthétique comme c’est le cas avec un crépi à repeindre tous les dix ans, mais se dévoile comme un équilibre énergétique jamais définitif qui est finalement celui en place dans n’importe quelle architecture. La putréfaction est un maillon du cycle du carbone et en cela un principe de vie. Les déchets du parasite sont alors utiles et l’architecture s’accepte dans l’immanence du sol sensible.

]]>
IMG/jpg/000100NAV.jpg IMG/jpg/3.jpg IMG/jpg/2.jpg IMG/jpg/1.jpg IMG/jpg/4.jpg
IMG/arton63 seuil humide
2009

projet de réhabilitation d’un appartement à Paris _F / /

]]>
Le projet consiste en l’élaboration d’un espace d’entrée, un territoire pivot définit comme un seuil exterieur dans l’intériorité d’une maison. Tel un mà, distingué dans le lexique japonais comme un espace intérieur exterieur, réel, voir dans l’absolu résolument qualifié tel un intermédiaire, le hall d’entrée de cet appartement restructuré en deviendra le refuge. La salle de bain s’y invitera renforçant les qualifications intrasèques de ce type de lieu dont la nature s’y développe entre les pièces d’eau et les déambulatoires imaginaires pensés tel un attribut nécessaire avant l’entrée dans l’espace privé. Cette cour intérieure minérale, définissant un parallélépipède rectangle sera ouvert sur un "ciel" créé par un dispositif lumineux disposé à l’arrière d’une toile tendue ; un ciel aux variations lumineuses changeantes et variables définies par un rythme opposé à l’exterieur recréant ce même exterieur dans une altérité masquée. Ce périmètre ponctué de portes en bois massif, mènera vers les chambres, cuisine, toilettes, salon, salle de shiatsu au même titre que les espaces domestiques des maisons japonaises. / Ainsi, ce projet se veut être une ode à l’entremèlement du corps avec une nature artificielle mais présente, une allégorie de l’espace zen conduit dans l’intériorité d’un appartement rendu maison.

]]>
IMG/jpg/1-11.jpg IMG/jpg/2-9.jpg IMG/jpg/3-9.jpg IMG/jpg/NAV-2.jpg
IMG/arton55 aire à émission compensée
2007

projet scénographique pour le Ministère de l’Ecologie au Salon Pollutec 2006 En partenariat avec ELCO ingénierie électronique, Enghien les bains_F /

]]>
Le projet consiste en l’élaboration d’un territoire scénographique tres économe dans son émissivité de dioxyde de carbone tant dans sa consommation propre que dans sa production et mise en oeuvre. L’objet porteur et allégorique de cette installation éco-technologique est assurré par un système d’éclairage inter-dépendant du contexte de positionnement du stand au sein du Salon Pollutec. Le territoire se situe en partie sous une verrière zénithale orchestrant par là-même l’illumination naturelle de cette partie du Salon. Le système d’éclairage projeté a pour but de compenser en temps réel par variation automatique les besoins en lumière sur le stand estimée à 240 Lux / mesure correspondant aux besoins suffisants. Ce système, tres peu consommateur d’énergie électrique car composé essentiellement de leds, s’organise par pixels carré à une hauteur optimisée au dessus du territoire. Chaque blocs lumineux possède en extension un capteur luxométrique enregistrant les données et les compensant automatiquement. Un journal lumineux (LED BOARD) périphérique affiche la compensation en %LUX nécéssaire pour atteindre les 100% voulu. Ce sytème in-situ prends ainsi en compte les apports naturels de l’ensoleillement et les comblant pour atteindre l’optimisation souhaitée. Le géométral projeté de l’espace du stand composé d’une nappe de gazon cultivé prendra également la mesure de l’économie et de la compensation notamment en produisant par photosynthèse de l’oxygène. Ce matériau cultivable idéalement adaptée à ce type d’évenement éphémère repartira en culture à la fin du Salon afin de poursuivre sa production d’oxygène et compenser son transport. Enfin, les matériaux du mobilier seront quant à eux tourner vers le recyclage issus d’un design ready-made consolidant la chaine de reformulation des matériaux indispensables à la marche d’une industrialisation durable. / Ainsi, cette Aire à Emmissivité Compensée présentera tous les ingrédients en faveur d’un Aménagement du Territoire Durable en participant par là-même à sa régénération et à son orchestration controlée d’un point de vue énergétique et spatial. La rigueur et la simplicité dégagées par cet aménagement alliant technologie, végétalisation et recyclage témoigneront de l’impact salutaire d’un Ministère de l’Ecologie orienté et soucieux des besoins pressant d’une planète en dérive.

]]>
IMG/jpg/1-13.jpg IMG/jpg/2-11.jpg IMG/jpg/3-11.jpg IMG/jpg/4-11.jpg IMG/jpg/5-7.jpg IMG/jpg/NAV-4.jpg
IMG/arton54 en jeu pour la planète
2006

projet scénographique pour le stand du Ministère de l’Écologie Salon de l’agriculture 2006_Villepinte Projet lauréat

]]>
/ Le projet consiste en l’énonciation d’une urgence quant à notre responsabilisation dans le processus du bouleversement écologique planétaire. Nos éco-gestes, une fois conjugués dans les champs des problématiques des besoins en eau, du dérèglement climatique et de la fragilité de la biodiversité, participent à leur amélioration, voire à leur stabilisation. Le territoire projeté traduit l’ensemble de nos actions de dépense, de discussion et d’information interagissant sur la pluralité des paramètres mis en jeu pour un développement durable. / UNE EAU ESSENTIELLE : 7 robinets standards de jardin, indépendamment raccordés à un aquarium volumineux, à une distance variable ; sur chacun des montants des "bornes robinet" une plaque d’information nous signale du fonctionnement en jeu ; chacune d’entre elles est composée de deux messages type gravés dans du plexiglas et éclairés indépendamment par des diodes rouges ou vertes ; le message correspondant à un état d’alerte s’illumine en rouge lorsque la molette du robinet est ouverte et lorsque l’on entend le bruit d’un goutte à goutte ; en réponse, le réseau émet en terminaison une bulle d’air dans le bassin ; lorsque l’on tourne la molette pour stopper l’écoulement, le son se coupe, un message correspondant à un éco-geste s’illumine en vert et en bout de réseau l’émission de bulles d’air s’interrompt. / UN DEREGLEMENT CLIMATIQUE : 7 vannes reliées à une bonbonne de gaz CO2 factice, indépendamment raccordées à un cadre lumineux composé de tubes à diode orange, à une distance variable ; sur chacun des montants des "bornes CO2" une plaque d’information nous signale du fonctionnement en jeu ; chacune d’entre elles est composée de deux messages type gravés dans du plexiglas et éclairés indépendamment par des diodes rouges ou vertes ; le message correspondant à un état d’alerte s’illumine en rouge lorsque la vanne est ouverte et lorsque l’on entend le bruit du gaz s’échappant ; en réponse, le réseau émet en terminaison la mise en lumière du tube correspondant ; lorsque l’on ferme la vanne pour stopper la consommation de gaz, le son se coupe, un message correspondant à un éco-geste s’illumine en vert et en bout de réseau l’émission lumineuse s’interrompt. / UNE BIODIVERSITE FRAGILE : 7 fleurs du type de la scorzonera humilis*, indépendamment raccordés à une boite à papillons du type isabelle d’Espagne*, à une distance variable ; sur chacun des montants des "bornes fleur" une plaque d’information nous signale du fonctionnement en jeu ; chacune d’entre elles est composé de deux messages type gravés dans du plexiglas et éclairés indépendamment par des diodes rouges ou vertes ; le message correspondant à un état d’alerte s’illumine en rouge lorsque le flexible du montant de la tige est courbé ; lorsque l’on axe la tige à la verticale, un son de cigales est diffusé, un message correspondant à un éco-geste s’illumine en vert et un papillon sort de la boîte.

*Scorzonera humilis est une plante pérenne, caractéristique des prairies et landes humides peu amendées. Autrefois l’espèce était assez répandue mais elle est devenue beaucoup plus rare durant les dernières décennies. Actuellement elle est menacée dans une grande partie de l’Europe. Les raisons principales de ce déclin sont l’utilisation d’engrais, le drainage, l’utilisation du sol ainsi que le manque de gestion adéquat des réserves naturelles. La plupart des populations actuelles sont très petites et isolées à cause de la fragmentation intense des habitats. *L’Isabelle d’Espagne, Graellsia isabellae (Alpes françaises et Espagne du centre) est certainement le plus beau nocturne d’Europe ! : elle est, depuis peu, protégée. La destruction de l’habitat des papillons est la plus grande menace de leur extinction. Sont appliquées maintenant, dans de nombreux pays, des lois pour limiter les collectes excessives. Mais, c’est surtout le défrichement de la forêt tropicale d’Amérique centrale, dû à l’extension des villes et aux labours des terres qui mettent en péril les populations. Beaucoup d’insectes inoffensifs sont aussi tués par les herbicides et les insecticides.

]]>
IMG/jpg/0-5.jpg IMG/jpg/1-10.jpg IMG/jpg/2-8.jpg IMG/jpg/3-8.jpg IMG/jpg/4-9.jpg IMG/jpg/5-6.jpg IMG/jpg/6-5.jpg IMG/jpg/enjeuNAV.jpg
IMG/arton36 kisogawa
2005

Scénographie pour le lancement des Tissus Japonais J-Bishu au Musée des Arts Décoratifs, Le Louvre, Paris_F en partenariat avec l’agence d’architecture intérieure Atelier Sophie Jacqmin, Paris_F /

]]>
" the golden age of the culture of the textile in Japan " / La région de Bishu, située dans la plaine de Nobi formée par les eaux limpides de la rivière Kisogawa, est située au cœur du Japon. Les industries textiles y ont prospéré depuis l’ère de Nara, il y a 1300 ans, dans cette région fertile aux paysages pittoresques. Après le lin, la soie et le coton, ce sont les textiles de laine qui sont devenus les principales matières traitées à partir des ères Meiji et Taisho. Afin de satisfaire la demande accompagnant le passage aux vêtements à l’occidentale, le gouvernement établit alors les manufactures lainières de Senju en 1879 (an 12 de l’ère Meiji) alors que, pratiquement au même moment, le développement et la production de textiles de laine nationale, principalement effectués dans le secteur privé, progressent dans la région de Bishu également. Depuis 125 ans, la région productrice de Bishu, de par son expérience des textiles de laine destinés aux kimonos, puis des lainages destinés aux costumes faits sur mesure, a su rapidement comprendre la tendance à la propagation des vêtements prêts à porter, tirer avantage de cette nouvelle vague, et se développer à vue d’œil pour devenir aujourd’hui une des régions de production de textile de laine les plus renommées du monde. / Le projet scénographique consiste à concevoir un dispositif capable de suggérer le paysage de la région de Bishu en particulier, la rivière Kisogawa. Telle une allégorie, une ligne d’acier miroir, sinueuse et limpide s’étend, s’étire, « s’écoule » de la salle des Maréchaux jusqu’au hall d’entrée. Comparables à des joncs aux florescences diverses plantés dans le lit de la rivière, de fines tiges d’acier, pourvues de tambours de broderie, supportent les quelques 250 échantillons de tissus pour les offrir en spectacle aux visiteurs. Un paysage retraduit scandant le rythme d’une région en prise avec les éléments stimulant et supportant la production textile. Une scénographie minimale mêlant une partie de la culture et de l’histoire du Japon à celle d’un Louvre historique. Un paysage intérieur s’infiltrant dans une minéralité profonde.

]]>
IMG/jpg/050100NAV.jpg IMG/jpg/050101.jpg IMG/jpg/050102.jpg IMG/jpg/050103.jpg IMG/jpg/050104.jpg IMG/jpg/050105.jpg IMG/jpg/050106.jpg IMG/jpg/050107.jpg IMG/jpg/050108.jpg IMG/jpg/050109.jpg IMG/jpg/050110.jpg IMG/jpg/050111.jpg IMG/jpg/050112.jpg
IMG/arton67 les strates minérales
2010

projet de maison individuelle à Malakoff_F En cours /

]]>
Le projet consiste en l’expression d’une résurgence géologique du site d’implantation. Les carrières calcaires de Malakoff résultent d’un découpage par extractions horizontales du sous-sol selon une stratigraphie conventionnelle. Ces couches successives exploitent et mettent en lumière les veines des concrétions sédimentaires en place. Le volume de surface de la parcelle existante présente des mitoyennetés périphériques toutes hauteurs rendant par là-même le site totalement aveugle sur ses faces sud, est et ouest à l’instar d’une carrière à ciel ouvert ; la face nord reste la seule ouverte sur la rue et sur le parc du centenaire de Malakoff. / La construction hors sol est réalisée entièrement en ossature bois posée sur un socle en béton armé constituant la cave. Ce socle BA est disposé sur des micro-pieux de 18m de profondeur réalisé après comblement des fouilles de carrière conformément aux réglementations en vigueur. Les façades et les héberges à hauteur du projet sont revêtues d’une parure en panneaux bois ciment de couleur roche claire, aux allures de concrétions sédimentaires, dans lesquelles se nichent au nord, des failles verticales vitrées et au sud, de larges baies ouvertes sur la cour jardin. / Le projet consiste ainsi en l’expression d’une situation singulière en faisant resurgir ses composantes de stratification par l’étalage vertical et minéral de ses volumes intérieurs.

]]>
IMG/jpg/0_2.jpg IMG/jpg/1_2.jpg IMG/jpg/2_2.jpg IMG/jpg/3_2.jpg IMG/jpg/4_2.jpg IMG/jpg/5_2.jpg IMG/jpg/6_2.jpg IMG/jpg/lesstratesNAV.jpg
IMG/arton66 la serre
2010

projet de maison individuelle à Villecresnes_F En cours /

]]>
Le projet consiste en l’élaboration d’une maison reprenant les archétypes formels et typologiques environnants, à savoir les serres horticoles. Afin d’engager le projet dans un dialogue avec son territoire d’inscription plutôt que d’introduire une forme nouvelle, voire étrangère aux instances riches et harmonieuses des us agricoles, le processus de conception propose de s’appuyer sur un gabarit faisant référence à un paysage culturel, à son histoire architecturale et sociologique. / À l’intérieur de ce gabarit longiligne, un découpage programmatique fonctionnaliste et rigoureux fait écho aux chronologies distinctes de séjour au sein du linéaire construit ainsi qu’aux dispositions paysagères mises en séquences parallèles. D’abord stocker, travailler et nettoyer puis cuisiner, se nourrir, se détendre, se baigner et enfin se laver, se reposer, se cultiver et cultiver... 3 ensembles de séquence mise en continuité adjonctive dans un corps de plain-pied rendant par là-même une facilité d’orientation et une grande praticabilité. Chacune de ces 3 séquences est découpée à son tour dans le sens de la longueur en 3 entités distinctes : au nord, les espaces humides (cellier, buanderie, cuisine, salles de bain, wc), au centre, le couloir de distribution, au sud, les espaces de séjour (bureaux, atelier, salle à manger, salon, chambres). Tout le long des espaces humides, un bandeau vitré aérien joue un rôle d’éclairage naturel et de ventilation naturelle d’été. De même, le long du couloir de distribution, un bandeau vitré intérieur disposé à une altimétrie identique permettra de prolonger cet apport de lumière naturelle. Enfin, pour les espaces de séjour, de larges baies vitrées s’ouvriront vers le sud afin d’apporter lumière et bioclimatisme d’hiver. / Afin de minimiser l’impact sur le territoire, la construction en ossature bois est disposée sur pilotis. Un bardage primaire en bac-acier permet de garantir l’étanchéité de la couverture et des pignons. À l’instar des claies de serres, une vêture secondaire, composée de chevron de pin douglas diposés à claire-voie, recouvre l’ensemble du corps bâti laissant seuls présents les bandeaux vitrés de la façade nord. Sur la façade sud, des claies boisées amovibles composées de doubles panneaux dépliants verticalement produisent un réglage plus fin des apports luxométriques, un accès pour chacune des pièces sur le jardin, un auvent de protection solaire et enfin un jeu volumétrique aléatoire et attrayant. Les menuiseries sont toutes à rupture de pont thermique à faible émissivité. Le système de chauffage est assumé par une chaudière à condensation renforcée par l’usage d’une ventilation double flux couplée à un puits canadien. Les parties humides du projet présentent un revêtement de sol et de mur minéral, jouant un rôle de stockage inertitique. Ainsi ces choix constructifs et techniques permettent à la maison un classement BBC. De plus, afin d’engager le projet dans une voie encore plus écologique, des coussins à récupération d’eau pluviale sont disposés en vide sanitaire et permettent d’alimenter le circuit d’arrosage du jardin, de nettoyage des véhicules, des bassins de lagunage et de baignade naturelle. / En bref, ce projet manifeste en son sein un état écologique global traduisant un archétype architectural dans la contemporanéité d’une époque soucieuse de son paysage culturel et de son environnement.

]]>
IMG/jpg/1-9.jpg IMG/jpg/2-7.jpg IMG/jpg/4-8.jpg IMG/jpg/5-5.jpg IMG/jpg/6-4.jpg IMG/jpg/laserreNAV.jpg
IMG/arton65 fraicheur et chaleur
2010

projet de maison individuelle à Montauroux_F En cours /

]]>
Le projet consiste, d’une part, en l’élaboration d’une maison de plain pied conforme aux directives esthétiques régionales particulièrement rigides et d’autre part, en son classement en bâtiment à basse consommation énergétique (BBC) nécessitant moins de 40 KWh/m2/an pour sa consommation de chauffage et sa production d’eau chaude sanitaire. / La réponse est traduite en premier lieu par une forme classique délivrant un volume compact et hautement isolé afin de conserver les apports énergétiques internes. La construction est en structure à ossature bois isolée à la laine de bois et garnie de menuiseries à haut pouvoir isolant conférant à l’enveloppe une parfaite étanchéité à l’air. Afin de garantir une inertie capable d’emmagasiner les apports de chaleur et de fraicheur pour les restituer par déphasage, la structure bois repose sur un socle béton garantissant des apports géothermiques quasiment stables en température toute l’année. En complément, à l’intérieur, un bloc central constituant l’essentiel des partitionnages, est entièrement revêtu de panneaux de gypse à haute densité capable de créer à nouveau de l’inertie. En été, une pergola en lame bois, disposée sur la périphérie est/sud/ouest de la bâtisse, vient pallier aux surchauffes créés par les rayonnements solaires directs et indirects. L’air frais emmagasiné la nuit par l’inertie du volume intérieur conserve sa capacité de rafraîchissement. En hiver, un insert bois installé dans le bloc central vient rayonner sur l’ensemble du volume intérieur. La chaleur produite est emmagasinée par l’inertie du socle et du bloc et retransmise par déphasage. De plus, la course du soleil étant plus basse, les rayonnements solaires échappent à la pergola, traversent les larges baies vitrées pour s’infiltrer dans la maison et par là même, réchauffent le volume intérieur par bioclimatisme. / Ainsi, cette maison aux accents régionalistes présente intrinsèquement un climat intérieur tempéré comparable aux maisons d’antan. Une maison qui s’intégrera harmonieusement dans ce paysage fait d’ilots individuels éparses offrant intimité et fraicheur.

]]>
IMG/jpg/1-8.jpg IMG/jpg/2-6.jpg IMG/jpg/3-7.jpg IMG/jpg/4-7.jpg IMG/jpg/5-4.jpg IMG/jpg/fraicheurNAV.jpg IMG/html/index.html
IMG/arton64 cube bioclimatique
2010

projet de maison individuelle à Rouvres en Plaine_F En chantier /

]]>
Le projet consiste en premier lieu en l’élaboration d’une construction à basse consommation énergétique. Afin de répondre à ces nécessités écologiques et économiques, la maison présente un langage formel épuré et compact, voire monolithique. Le volume est orienté vers le sud avec une facade totalement vitrée favorisant les apports bioclimatiques. Des stores verticaux en toile solaire micro-perforée viennent occulter cette transparence en été afin de pallier aux surchauffes. La technique constructive est celle de l’ossature bois isolé à la ouate de cellulose garantissant par la même un chantier sec, rapide et non polluant pour les nappes phréatiques. La véture des façades est réalisée en bardage de lames de bois résineux autoclave. Ainsi, la construction présente un bilan carbone satisfaisant par l’usage de matériaux issu de ce même cycle et aux capacités de stockage pérenne. Les menuiseries sont en aluminium naturel brossé à double vitrage très faiblement émissif. Un bloc minéral de distribution de l’étage est disposé au quasi-centre du volume afin de constituer une inertie capable de stocker les apports de chaleur en hiver et de fraicheur en été. Il forme en toiture un édicule recevant des panneaux solaires thermiques (6 m2 pour la production d’eau chaude sanitaire en ballon de 300 L.) ainsi qu’un bandeau vitré zénithal orienté au nord assumant un rôle d’éclairage naturel de l’escalier. Afin d’accroitre le haut pouvoir isolant de l’enveloppe, la toiture est végétalisée ; son évapo-transpiration garanti une climatisation naturelle de l’édifice. L’éclairage naturel intérieur est optimisé au même titre que la ventilation hygrothermique et le chauffage au sol rayonnant. / Ainsi, la silhouette de ce pavillon résulte d’un processus énergétique en fort accord avec le paysage par l’usage du bois se patinant avec le temps par l’effet de l’entropie. Des arbres seront plantés sur les parties nord, est et ouest afin d’insérer le volume dans un écrin originel et endémique : un pavillon ouvert sur son environnement et offrant le visage d’un ilôt boisé inscrit dans l’horizontalité des champs tel un paysage ponctuel bien souvent présent dans la cinétique rurale.

]]>
IMG/jpg/CUBE10.jpg IMG/jpg/CUBE11.jpg IMG/jpg/CUBE12.jpg IMG/jpg/CUBE13.jpg IMG/jpg/CUBE14.jpg IMG/jpg/CUBE15.jpg IMG/jpg/CUBE16.jpg IMG/jpg/CUBE17.jpg IMG/jpg/CUBE18.jpg IMG/jpg/CUBE19.jpg IMG/jpg/CUBE20.jpg IMG/jpg/CUBE21.jpg IMG/jpg/CUBE22.jpg IMG/jpg/CUBE23.jpg IMG/jpg/CUBE24.jpg IMG/jpg/CUBE25.jpg IMG/jpg/CUBE26.jpg IMG/jpg/CUBE27.jpg IMG/jpg/CUBE28.jpg IMG/jpg/CUBE29.jpg IMG/jpg/CUBE30.jpg IMG/jpg/CUBE31.jpg IMG/jpg/CUBE32.jpg IMG/jpg/CUBE33.jpg IMG/jpg/NAV_cube.jpg IMG/jpg/CUBE09.jpg IMG/jpg/CUBE08.jpg IMG/jpg/CUBE07.jpg IMG/jpg/CUBE06.jpg IMG/jpg/CUBE05.jpg IMG/jpg/CUBE04.jpg IMG/jpg/CUBE03.jpg IMG/jpg/CUBE02.jpg IMG/jpg/CUBE01.jpg
IMG/arton58 hémisphères
2008

projet de restructuration/surélévation d’un pavillon à Vanves_F / /

]]>
Le projet consiste en l’élaboration d’une concrétion planétaire résultant d’un partitionnage du territoire parcellaire en regard de son orientation nord/sud et de ses particularités thermiques et structurelles. À l’instar d’un découpage terrestre, des "parallèles" viennent orchestrer le champ territorial à l’emplacement même des murs préexistants, en prenant comme référence celui du centre de la maison, constitué comme ligne de l’équateur au degré zéro. Les murs de façade sont référencés comme parallèles des tropiques (23°N et 23°S) et les limites parcellaires comme parallèles des cercles polaires (66°N et 66°S). Ainsi naîtront deux hémisphères dans lesquels s’installeront des usages et climats propres à leur fonctionnalité. / Le parallèle de l’Equateur, positionné sur le mur porteur central de la bâtisse, est élargi afin de contenir le savoir (bibliothèque) et la toilette (sdb et wc). Il s’ouvre sur le ciel par une large bande zénithale découpant la toiture offrant par là-même une luminosité accrue. Son climat relativement chaud en hiver (20° à 28°) rayonne sur les espaces limitrophes. / Dans les zones tropicales, le climat est quant à lui, telle une allégorie de ces zones terrestres, stable et pratiquement sans saisons comme le nécessite le climat intérieur d’une maison. Leur disposition offre à la maison une lecture bicéphale orchestrée par la bande équateur centrale. Le projet de surélévation porte principalement sur ces limites quant à l’aspect esthétique délivré sur l’extérieur. Les facades reprennent le caractère vertical énoncé par certaines maisons environnantes. Les tableaux des fenêtres et portes existantes sont étirés en vertical et offrent trois bandeaux incrustés dans les facades. Ces bandeaux définissent également les couloirs ascentionnels intérieurs de la ventilation : la vmc double-flux récupérant l’air chaud de l’équateur en partie haute préchauffe l’air neuf qui resurgit à l’embase de ces bandeaux ; ainsi, cette ventilation reproduit le cheminement de convection des alizées qui se réchauffe à l’équateur pour venir balayer les tropiques par un vent doux incessant. / Dans les zones tempérées (boréales et australes), c’est-à-dire le jardin et la cour arrière, l’essence et la présence des arbres témoignent de leur positionnement géographique endémique. Dans le jardin, l’escalier d’accès principal est remplacé par un dédale ascendant minéral depuis l’entrée sur rue jusqu’à celle de la maison. Un dédale précisemment positionné sur les "parallèles des lattitudes successives". Sous ce dédale un puit canadien est installé afin de tempérer les apports d’air neuf. La clôture, positionnée sur le "le cercle polaire arctique" dont le rythme et l’ondulation formalise en quelque sorte les morcellements des banquises, fait office de dispositif de ventilation directionel orienté vers la source aérienne d’air neuf du puit canadien. / Ainsi, le projet se propose de générer un veritable parcours territorial sur l’ensemble de la parcelle en reliant les espaces intérieurs et extérieurs par un langage commun, quasi paysager, capable de scander l’allégorie d’une géographie terrestre fertile en dispositions et engageant ses usagers dans un véritable rapport au monde.

]]>
IMG/jpg/hemisp01.jpg IMG/jpg/hemisp02.jpg IMG/jpg/hemisp03.jpg IMG/jpg/hemisp04.jpg IMG/jpg/hemisp05.jpg IMG/jpg/hemisp06.jpg IMG/jpg/hemisp07.jpg IMG/jpg/hemisp08.jpg IMG/jpg/hemisp09.jpg IMG/jpg/hemisp10.jpg IMG/jpg/hemisp11.jpg IMG/jpg/hemisp12.jpg IMG/jpg/hemisp13.jpg IMG/jpg/hemisp14.jpg IMG/jpg/hemisp15.jpg IMG/jpg/hemisp16.jpg IMG/jpg/hemisp17.jpg IMG/jpg/hemisp18.jpg IMG/jpg/hemisp19.jpg IMG/jpg/hemisp20.jpg IMG/jpg/hemisp21.jpg IMG/jpg/hemisp22.jpg IMG/jpg/hemisp23.jpg IMG/jpg/hemisp24.jpg IMG/jpg/hemisp25.jpg IMG/jpg/hemisp25_2.jpg IMG/jpg/hemisp26.jpg IMG/jpg/hemisp27.jpg IMG/jpg/hemisp28.jpg IMG/jpg/hemisp29.jpg IMG/jpg/hemisp31.jpg IMG/jpg/hemisp32.jpg IMG/jpg/hemisp33.jpg IMG/jpg/hemisp34.jpg IMG/jpg/hemisp35.jpg IMG/jpg/hemisp36.jpg IMG/jpg/hemisp37.jpg IMG/jpg/hemisp38.jpg IMG/jpg/hemisp39.jpg IMG/jpg/hemispNAV.jpg
IMG/arton57 glissement géothermique
2008

projet de restructuration/extension d’un pavillon à Rueil Malmaison_F / /

]]>
Le projet consiste en l’énonciation physique d’un processus climatique et de sa contextualisation in situ. Des nappes écrans, minérales, quasi monolythiques, viennent inscrire le projet dans un territoire cuvette marqué par la présence de l’eau de par la submersibilité du site et la proximité quasi immédiate d’une nappe phréatique. Ces nappes écrans suggèrent le système de chauffage géothermique mis en place qui capte les calories dans le sous sol aqueux pour y produire une résonance thermique en surface dans l’inertie même de ces supports géologiques. Ces écrans minéraux verticaux et géométraux nous installent dans un glissement basaltique renvoyant à celui produit par un magma émergeant refroidi par la nappe phréatique. Un mapping de basalte disposé dans un intérieur constamment installé dans l’exterieur renvoyant à l’identité de ses occupants, originaires des plaines situées autour de l’Etna, en Sicile, dont chacun des fragments minéraux, taillés et sculptés proviennent ; des pierres chaudes pour un confort des corps en contact direct, une minéralité refaçonnant les instances d’un lieu et de ses usagers. / Ainsi, à l’instar d’une coulée basaltique voire d’un plateau volcanique, le projet répand ses espaces dans les confluences d’un glissement territorial en prise avec les contingences des flux d’eau en mouvance.

]]>
IMG/jpg/11NAV.jpg IMG/jpg/GG01.jpg IMG/jpg/GG02.jpg IMG/jpg/GG03.jpg IMG/jpg/GG04.jpg IMG/jpg/GG05.jpg IMG/jpg/GG06.jpg IMG/jpg/GG07.jpg IMG/jpg/GG08.jpg IMG/jpg/GG09.jpg IMG/jpg/GG10.jpg IMG/jpg/GG11.jpg IMG/jpg/GG12.jpg IMG/jpg/GG13.jpg IMG/jpg/GG14.jpg IMG/jpg/GG15.jpg IMG/jpg/GG16.jpg IMG/jpg/GG17.jpg IMG/jpg/GG18.jpg IMG/jpg/GG19.jpg
IMG/arton53 vestige hydrique
2008

projet de rehabilitation d’une maison à Capestang _F / /

]]>
Le projet consiste en l’élaboration d’un système hydrique participant à l’atmosphère d’un lieu écorché par les vices du temps et de l’entropie : un vestige vivant, en transfusion thermique. / L’impasse de l’Abreuvoir nous menerait à ce lieu chargé par une entité acqueuse en effervescence. Un immense radiateur composé de tubes inox colinéaire à une façade vitrée définissant un escalier permettant l’accès à trois niveaux ouverts sur le paysage. En hiver, ce réseau apparent serait garni d’une eau en circuit fermée et préchauffée par une pompe à chaleur air/eau en prise avec les variations climatiques extérieures. A l’écart, mais conférant à la bâtisse un socle minéral, un bassin d’eau douce en régénération constante maintenue pure par une filtration biologique lagunaire pourvu de plantes aquatiques. Dans les confins de la salle de bain, une saignée vitrée cadrant une partie de ce bassin et diffractant la lumière blanche des rayons solaires pénétrants. Enfin, sur les rives du bassin, adossée à la terrasse, une paroie vertigineuse couverte de plantes diverses et grimpantes prenant possession des lieux comme pour traduire l’emprise entropique d’un lieu traversé. / En bref, une bâtisse du XIXème siècle convergeant vers un territoire végétal irrigué offrant aux usagers et aux autoctones le visage et l’etreinte d’un terre fertile.

]]>
IMG/jpg/VH11.jpg IMG/jpg/VH12.jpg IMG/jpg/VH13.jpg IMG/jpg/VH14.jpg IMG/jpg/VH15.jpg IMG/jpg/VH16.jpg IMG/jpg/VH17.jpg IMG/jpg/VH18.jpg IMG/jpg/VH19.jpg IMG/jpg/VH20.jpg IMG/jpg/VH22.jpg IMG/jpg/VH23.jpg IMG/jpg/VH24.jpg IMG/jpg/VH06.jpg IMG/jpg/VH07.jpg IMG/jpg/VH08.jpg IMG/jpg/VH09.jpg IMG/jpg/VH10.jpg IMG/jpg/VHNAV.jpg
IMG/arton2 lumière chaude
2008

projet de restructuration/surélévation d’une maison à St Ouen_F / /

]]>
Le projet consiste en la surélévation d’une maison par la création d’une toiture terrasse accessible et habitée par une chambre. De part les contingences de réglementation d’urbanisme, cette dernière se situe au sud et offre sa façade sur la limite viaire. Sur cette face et celle de l’ouest, l’édification d’une double peau permettra d’établir un effet de serre profitable au confort thermique d’hiver. A l’intérieur de celle-ci prendra place des plantes et les usages sanitaires afin d’y garantir chaleur et humidité. La membrane exterieure sera traitée en verre dépolie afin d’accroitre les obligations de pare-vue déjà entrepris par les végétaux. La membrane interne sera traitée, quant à elle, en verre transparent, au même titre que celle donnant sur la terrasse située au nord ouverte sur l’arrière cour et ses arborescences. En demi saison et en été, ces différentes paroies pourront s’ouvrir au gré du temps afin d’entretenir ventilation et ombrage nécessaire au confort thermique. L’espace résultant, bien plus qu’un solarium, deviendra une niche de lumière et de chaleur conditionnée par les afflûts changeant du rayonnement solaire.

]]>
IMG/jpg/080800NAV.jpg IMG/jpg/080801.jpg IMG/jpg/080802.jpg IMG/jpg/080803.jpg IMG/jpg/080804.jpg IMG/jpg/080805.jpg IMG/jpg/080806.jpg IMG/jpg/080807.jpg
IMG/arton50 alvéoles thermiques
2006

projet de réhabilitation d’une grange à Marcorignan _F / /

]]>
Installées dans une ancienne grange, trois chambres perchées sous les toits, accessibles par un escalier en liane, une isolation acoustique transparente, une intimité se dévoilant à son gré, un vide ventilé et réglé par le toit, un volume aérien et naturaliste, un espace en couche tempérées...

]]>
IMG/jpg/1-12.jpg IMG/jpg/2-10.jpg IMG/jpg/3-10.jpg IMG/jpg/4-10.jpg IMG/jpg/0-6.jpg IMG/jpg/NAV-3.jpg
IMG/arton28 maison de printemps
2004

Appel à projet pour une maison pour artiste en Vendée_F collaborateur du bureau d’architecture Décosterd & Rahm ass., Lausanne_CH /

]]>
Le printemps précoce de Jéricho reproduit en temps réel dans une maison de Vendée. / Le travail porte ici sur la qualification invisible de l’espace par la climatisation moderne. Il s’agit d’élargir le champ de l’architecture au design de l’invisible, des champs électromagnétiques et des étendues chimiques. Ainsi, nous cherchons dans l’une des raisons premières de l’architecture domestique, à savoir la définition artificielle d’un climat habitable par l’homme, à définir une qualité, à la fois chimique et plastique. Cette maison est prévue dans la campagne vendéenne, dans une prairie, à l’écart des autres habitations. Nous l’imaginons comme une maison de printemps, un espace intérieur légèrement plus chaud qu’à l’extérieur, un printemps un peu plus précoce à habiter, à 19° C au mois d’avril. / Notre projet cherche à recouvrer, aux ingénieurs spécialisés, la charge de dessiner la technique du bâtiment, chauffage / ventilation / lumière en tant qu’éléments d’architecture. Il cherche à travers la technique du renouvellement d’air contrôlé, préconisée par les solutions de réductions de la dépense énergétique Haute Qualité environnement en Europe ou Minergie en Suisse, à redéfinir des liens géographiques dans l’artificialisation croissante de l’espace intérieur. Notre projet se donne de considérer la matière physique du chauffage et de la ventilation non plus seulement comme un aspect secondaire de l’architecture mais comme sa raison fondamentale. Posé dans une température moyenne extérieure printanière de 9° C au mois d’avril, l’intérieur de la maison est conditionné à 19 ° C, à un taux d’humidité de 30 %. Si la climatisation moderne de l’espace est abstraite et invisible, nous proposons ici de la comprendre comme la reproduction artificielle d’un climat, géographiquement localisé, chimiquement déterminé. / Ainsi, l’intérieur de la maison vendéenne au printemps devient un printemps légèrement plus précoce et plus chaud, et pour lequel nous constituons une architecture de l’air, invisible mais physiquement qualifié. La chaufferie, à moitiés enterrée, devient un espace de production de cet air, dans lequel nous ne trouvons plus seulement des appareils techniques mais aussi des plantes exotiques, de la terre, des micro-organismes et des substances minérales provenant de Jéricho. Ces plantes constitueront, par la photosynthèse et par leurs effluves, la qualité chimique de l’air qui surgira dans l’espace d’habitation aux endroits de transitions entre l’intérieur et l’extérieur, à la manière de radiateursaugmentés jusqu’à devenir de véritables espaces. Le climat intérieur sera déterminé, quant à sa lumière, par la reproduction en temps réel du rythme astronomique et de l’intensité lumineuse propre à la région délocalisée, avec ses levers de soleil plus précoces, son intensité plus vive.

]]>
IMG/jpg/040100NAV.jpg IMG/jpg/040101.jpg IMG/jpg/040102.jpg IMG/jpg/040103.jpg IMG/jpg/040104.jpg IMG/jpg/040105.jpg IMG/jpg/040106.jpg IMG/jpg/040107.jpg IMG/jpg/040108.jpg IMG/jpg/040109.jpg IMG/jpg/040110.jpg IMG/jpg/040111.jpg IMG/jpg/040112.jpg IMG/jpg/040113.jpg IMG/jpg/040114.jpg IMG/flv/maison_de_printemps.flv
IMG/arton1 maison d’hiver
2001

Maison d’accueil en Vendée, France, pour Fabrice Hybert collaborateur du bureau d’architecture Décosterd & Rahm ass., Lausanne_CH Collection permanente du Musée d’Art Moderne de Paris, Centre G.Pompidou_F

]]>
/ Le travail porte ici sur la qualification invisible de l’espace par la climatisation moderne. Il s’agit d’élargir le champ de l’architecture au design de l’invisible, des champs électromagnétiques et des étendues chimiques. Ainsi, nous cherchons dans l’une des raisons premières de l’architecture domestique, à savoir la définition artificielle d’un climat habitable par l’homme, à définir une qualité, à la fois chimique et plastique. Cette maison est prévue dans la campagne vendéenne, près d’une petite rivière, à l’écart des autres habitations. Nous l’imaginons comme un refuge d’hiver, un espace conditionné permettant de se protéger du froid et des intempéries dans la rigueur hivernale. Notre projet cherche à recouvrer, aux ingénieurs spécialisés, la charge de dessiner la technique du bâtiment, chauffage / ventilation en tant qu’éléments d’architecture. Ainsi, notre projet se donne de considérer la matière physique du chauffage et de la ventilation non plus seulement comme un aspect secondaire de l’architecture mais comme sa raison fondamentale. Posé dans une température extérieure hivernale de 5° par exemple, l’intérieur de la maison est conditionné à 20 °, à un taux d’humidité de 50 %. Si la climatisation moderne de l’espace est abstraite et invisible, nous proposons ici de la comprendre comme la reproduction artificielle d’un climat, géographiquement localisé, chimiquement déterminé. Ainsi, l’intérieur de la maison vendéenne en hiver devient, au choix, un climat méridional, ou tropical, et pour lequel nous constituons une architecture de l’air, invisible mais physiquement qualifié. La chaufferie devient un espace de production de cet air, dans lequel nous ne trouvons plus seulement des appareils techniques mais aussi des plantes exotiques, de la terre, des micro-organismes et des substances minérales provenant d’une région de la planète où, en tant réel, la température est de 20 ° avec 50 % d’humidité. Ces plantes constitueront, par la photosynthèse et par leurs effluves, la qualité chimique de l’air qui sera ensuite pulsé dans l’espace d’habitation. Celui-ci sera déterminé, quant à sa lumière, par la reproduction en temps réel du rythme astronomique et de l’intensité lumineuse propre à la région délocalisée.

]]>
IMG/jpg/010400NAV.jpg IMG/jpg/010401.jpg IMG/jpg/010402.jpg IMG/jpg/010403.jpg IMG/jpg/010404.jpg IMG/jpg/010405.jpg IMG/jpg/010406.jpg IMG/jpg/010407.jpg IMG/jpg/010408.jpg IMG/jpg/010409.jpg IMG/jpg/010410.jpg IMG/jpg/010411.jpg IMG/jpg/010412.jpg IMG/jpg/010413.jpg IMG/jpg/010414.jpg IMG/jpg/010415.jpg IMG/jpg/010416.jpg IMG/jpg/010417.jpg IMG/flv/Maison_dHiver.flv
IMG/arton61 UHBC
2009

Projet de 10 Unités d’Habitation Basse Consommation Commune de St Marcel sur Aude_F /

]]>
Une éco-résidence partagée La notion d’Unité d’Habitation provient des projets de Cités Radieuses de l’architecte Le Corbusier dans les années 1930/40 ; celui-ci avait regroupé des cellules d’habitation en duplex dans un même bâti car pour lui, la construction de l’urbanité procède par la densité : des habitats regroupés formant un tout compact disposés sur pilotis dans un espace vert étendu et fluide plutôt qu’un habitat individuel couteux dispersés dans un espace vert ramassé et bloqué. Des dispositifs architecturaux, tels que les couloirs élargis, les rues, viendraient stimuler des rapports sociaux. Jean Nouvel, dans les années 1980, avec le Némausus, reproduit ce shéma de regroupement de duplex et de dispositifs en coursive, et complémente les surfaces intérieures de chaques unités par des volumes généreux, car un grand logement restera l’indice majeur dans l’appréciation du confort. L’inscription de la résidence dans la parcelle va correspondre aux protocoles bioclimatiques suivant une orientation sud/nord, ici avec un léger décalage de 13° vers l’est, des données compatibles (facade nord quasi opaque, facade sud vitrée). La résidence comportera 10 Unités d’Habitation à Basse Consommation semblables. Leur largeur de 4m est conditionnée par celle des capteurs solaires thermiques (soit 4m2 de panneaux pour chauffer le ballon d’eau chaude sanitaire de 300l) disposés à 45° sur le pan sud de la toiture. Cela fera naitre différents espaces paysagés : au nord l’accès viaire / rue d’accès sur terre battue avec les parkings à double emplacement pour chaque unité d’habitation installés régulièrement entre les alignements de plantations de saules argenté, un archétype florale endémique caractéristique des bords de cours d’eau de la région. Au sud, les terrasses des logements seront séparées par des bambous et autres arbustes verticaux ; ces mêmes terrasses seront ouvertes sur des vergers partagés qui, tels des jardins et potagers inscrits dans des zones de développement urbaines contemporaines, permettent de définir virtuellement des zones de cultures dans un ensemble partagé ; ici, chaque logement se verra attribué entre un à trois arbres fruitiers à entretenir. Et enfin, sur le pourtour arrière et latéral, des joncs typiques des zones inondable seront plantés le long des murs de cloture. / Une technique constructive et énergétique maitrisée La technique constructive employée est éprouvée depuis plus d’un siècle. Elle a évolué pour satisfaire aux exigences de tenue dans le temps dans l’emploi de matériaux modernes. Elle réside dans la réalisation d’une structure bois à remplissage de ballots de paille standards. Les planchers, murs et toiture sont réalisés suivant ce procédé constructif afin de constituer une enveloppe étanche et isolée sans aucuns ponts thermiques. Celle-ci est disposée sur pilotis afin d’encore mieux l’isoler du sol, surtout si celui-ci présente un risque d’innondabilité. Cette technique présente un grand nombre d’avantages. En premier lieu, elle est tres économique car l’emploi de ballots de paille pour l’isolation constitue un gain financier non négligeable. D’autre part, elle utilise une filière écologique de construction car tous les matériaux sont issus du cycle naturel du carbone. De plus, elle permet une construction tres rapide et un chantier quasiment sec et donc non polluant pour les sols. Et enfin, de part son inertie et son potentiel d’isolation, elle garantie à l’ouvrage un confort thermique remarquable ne necessitant que tres peu d’énergie de chauffage, lui permettant de se classer en tête des techniques de construction de Bâtiment Basse Consommation labellisés Effinergie. Le système thermique primaire est donc assumé par la construction elle-même : en été, le raffraichissement étant assumé uniquement avec la masse et l’inertie du bâti paille et des stores déployables au sud permettront de stopper les rayonnements solaires ; en hiver les murs rempliront le rôle de stockage de l’énergie et la facade sud vitrée produira un effet de serre toute la journée et donc chauffera naturellement l’habitation. Enfin, Le système thermique secondaire viendra parfaire les nécessités de brassage d’air et de chauffage : un chauffage thermodynamique au gaz (pompe à chaleur air-eau alimentant des radiateurs) et une ventilation double-flux, récupérant les calories de l’air vicié, seront installés.

]]>
IMG/jpg/0-4.jpg IMG/jpg/1-4.jpg IMG/jpg/10.jpg IMG/jpg/2-3.jpg IMG/jpg/3-3.jpg IMG/jpg/4-3.jpg IMG/jpg/5.jpg IMG/jpg/6.jpg IMG/jpg/7.jpg IMG/jpg/8.jpg IMG/jpg/9.jpg IMG/jpg/001NAV.jpg
IMG/arton40 résidence geothermique
2005

projet de groupement de maisons d’habitation pour le développement de la Région de Vassivière_F en collaboration avec le bureau Philippe Rahm architects, Paris_F /

]]>
habiter la terre / Un air de terroir. Le projet se donne de construire une architecture profondément en relation avec la terre et le sous-sol de Vassivière. L’espace intérieur, sa qualité chimique et physique, est ici un produit du terroir, littéralement produit dans la terre. Produire la chaleur dans la terre, la cuire avec l’énergie géothermique, rafraîchir l’air au sein de l’obscurité froide du sous-sol, habiter et respirer la qualité d’un sous-sol, celui de la terre de Vassivière. Ce qui est recherché, c’est avant tout une qualité de l’air, une certaine fraîcheur, que l’on va puiser sous la terre, que l’on stocke dans l’inertie du sol, comme si nous arrivions à donner à l’air intérieur de ces maisons un goût terreux, une tonalité légèrement brunâtre. Ce que l’air aura gagné de la terre en réalité, c’est une qualité thermique, une chaleur qu’elle y aura puisée. Descendu dans le sous-sol de Vassivière, l’air se réchauffera en hiver et se rafraîchira en été. A l’architecture verticale des maisons de l’air, le projet se développe ici dans l’horizontalité de la terre, dans la succession des mouvements de l’air, du profond au surélevé, du sombre au lumineux, d’un air neuf à un air vicié. Le projet se fonde dans le sol, se construit en matériaux lourds et froids au toucher car de forte inertie thermique, reproduisant en cela le principe d’inertie de la terre elle-même. Mais le projet refuse de s’enterrer réellement. Les espaces s’ouvrent au paysage et à la lumière. La maison possède aussi des fenêtres dans les dalles de sol, donnant sur un paysage d’air de terre qui se déploie en dessous. En réalité, seul l’air a un arrière-fond de fraîcheur terreuse. Car c’est à travers les éléments invisibles de l’architecture que la relation à la terre s’établit, dans sa chaleur ou sa fraîcheur, dans la qualité de son air. La maison se construit sur un stock d’air frais et propre, contenu au sous-sol de la maison, dans l’épaisseur de la terre. C’est un paysage souterrain mais c’est aussi un climat utilisable comme l’était la cave ou la grotte où l’on conservait le vin. Comme un réservoir, ce volume est alimenté par de l’air propre qui a transité sous la terre pour se tempérer. A quelques mètres de profondeur, la terre a une température à peu près constante toute l’année d’environ 8 degrés. Avec un système de puits canadien, c’est cette tiédeur que l’on vient chercher, pour refroidir l’air en été ou au contraire le réchauffer en hiver. L’air est tiré depuis l’extérieur, à plus de 25 m de la maison. De là, il s’engouffre sous la terre, se laisse gagner par la chaleur constante de la terre, par ces 8 degrés, pour se dilater finalement dans le sous-sol de la maison. Ce qui est chauffé dans la maison, c’est seulement ce sous-sol, enterré, parfaitement isolé, dont la température sera tempérée toute l’année autour de 21° par un chauffage par le sol installé dans le sol de cette cave chaude. Alimenté par une pompe à chaleur, le chauffage diffuse donc une chaleur produite dans la terre, qui se communique à l’air du sous-sol. En hiver, ce sera un air plus chaud que l’extérieur, en été, ce sera un air plus froid. Cette masse d’air tempéré forme une sorte de coussin d’air tempéré communiquant sa chaleur par conduction aux pièces d’habitation au-dessus. L’air du sous-sol, tempéré, frais et propre est ensuite pulsé dans les pièces d’habitation. La maison s’organise dans la gestion du parcours de l’air. Elle propose un système de renouvellement d’air contrôlé qui s’organise en cascade, de l’espace nécessitant l’air le plus propre ( la chambre ) à l’espace le plus vicié ( les toilettes ). L’air communique son oxygène aux habitants et se charge en retour de CO2. Propre au départ, il passe ainsi dans la chambre, puis le séjour, puis la cuisine, puis la salle de bain, puis les toilettes avant de ressortir, vicié. La typologie de l’habitation est donc réévaluée en fonction de la distribution de l’air dans la maison, de l’espace où l’air est le plus propre à celui où il est le plus vicié. On habite alors cette qualité de l’air, on se déplace dans la maison en fonction de qualité de l’air qui est recherché. On migre entre des qualités différenciées de l’air. En cela, on répond également à la cible 13 « Qualité sanitaire de l’air » de l’association HQE en assurant à l’intérieur de la maison un renouvellement constant de l’air et en limitant ainsi les pollutions de l’air intérieur. L’ambition de ce projet est donc de construire une architecture qui entretient un lien à la fois physiologique et sensuel avec le terrain et son sous-sol, une architecture qui s’inscrit dans le lieu, dans sa géologie, à respirer. |section| Morphologie. La parcelle est organisée, du nord au sud, en une succession de bandes allongées. Elles prennent place entre la route en haut de la parcelle, et la limite des 100 m constructibles depuis le lac. Ce sont des lanières de terrain de 6 m par 66 m qui chacune forme un terroir propre à une maison. Si nous nous permettons de les appeler terroir, c’est parce que ces lanières s’organisent dans cette même alliance entre le bâti et le terrain, ce dernier devenant le lieu de production de l’énergie consommée par les habitants de la maison. La surface de chacun des terroirs est ainsi calculée en fonction des besoins en terrain nécessaire pour fournir assez d’énergie pour la maison par pompe à chaleur. Pour des collecteurs géothermiques horizontaux, cette surface de terrain doit être de 4 ou 5 fois la surface intérieure habitée, soit environ 400 m² de terrain dont 100 m² pour la maison elle-même. La forme allongée du terrain répond à la longueur du puits canadien, lequel va chercher l’air à plus de 25 mètre de la maison. Des accès en stabilisé, distribuant chacun 2 lanières, donnent en haut de la parcelle, sur le parking. Le terrain non bâti des terroirs devient une suite de champs desquels l’énergie consommée par le bâti est produite. Les maisons sont orientées d’une part au sud pour profiter du soleil et de son énergie passive ainsi que vers le lac. L’implantation dans la pente, plus lâche dans le sens du lac, permet de ménager des vues directement sur le lac. / Gestion de l’énergie. Les maisons de la terre exploitent les ressources énergétiques de la terre. La production de chaleur profite de la géothermie. Ces maisons exploitent la chaleur provenant du sous-sol ; qui est extraite du sol par un réseau de tubes dans lequel circule un fluide caloporteur qui apporte cette chaleur à une pompe à chaleur. Le sol est ainsi refroidi pendant la saison de chauffage. Il doit être réchauffé avant la saison suivante ; le sol se réchauffe naturellement pendant la saison chaude de l’été lorsque la pompe est arrêtée ; les collecteurs sont orientés au sud. Les échangeurs utilisés sont des collecteurs horizontaux. Ils sont installés horizontalement sous forme d’une nappe de tubes disposés entre 1 et 3m de profondeur dans le terrain. Un fluide contenant de l’antigel est pompé en circuit fermé et permet d’extraire l’énergie du sous-sol à l’aide d’une pompe à chaleur. La surface de capteur occupe 3 à 4 fois la surface des locaux à chauffer. La taille du jardin est fonction de la surface nécessaire au chauffage de la maison, le rapport institué entre le fonctionnement de la maison et la parcelle est direct. La pompe se trouve au sous-sol, à proximité du collecteur des tubes, qui nécessite d’être accessible. Une pompe alimente deux maisons, pour une puissance de 10 kW / h. Ce système peut assurer en partie le chauffage basse température ; le système de distribution du chauffage se fera par le sol, à l’intérieur de la dalle de sol en béton dans le sous-sol. Cet espace donne alors sa chaleur à l’air traversant pour fournir une température adéquate aux pièces de vie ; il agit comme un coussin d’air chaud, sur lequel repose le séjour et la chambre ainsi que la salle de bain et la cuisine. Il est complété par un chauffage thermique solaire, en appoint, ainsi que par un système électrique de sécurité. Du fait de ces basses températures, l’eau sanitaire ne doit pas être chauffée par le système des PAC, au risque de problèmes hygiéniques et de pertes de rendement. Pour chauffer la totalité des besoins en eau chaude sanitaire, les maisons sont couvertes de 4.5 m2 de capteurs plans vitrés, situés dans le jardin, orientés au sud et inclinés de 25°. Le stockage de l’eau chaude se fait dans un chauffe-eau solaire standard de 800 L. / Gestion de l’air. Les maisons de la terre profitent des qualités de la terre ; l’aération se fait par la mise en place de puits canadiens. Ce système de climatisation naturelle est constitué d’un réseau de tubes logés dans la terre. L’air nécessaire à la ventilation est aspiré par ces tuyaux avant d’être diffusé dans le bâtiment. L’air est pulsé et extrait par un appareil de ventilation monobloc comprenant un échangeur de chaleur, deux ventilateurs et deux filtres. Celui-ci se situe dans le sous-sol de la maison. L’aération se fait en cascade des locaux les plus propres et secs aux locaux les plus humides et viciés. Le plan linéaire de la maison découle de cette organisation de l’aération. Durant toute l’année, la température du sol, plus ou moins constante, est transmise à l’air capté. Le puits canadien rafraîchit en été et préchauffe l’air en hiver. Le système de chauffage profite des quelques degrés obtenus par le système d’aération, et il lui suffit alors de fournir l’énergie nécessaire pour parvenir à la température désirée. De plus, l’appareil de ventilation est équipé d’un système de récupération de chaleur ; l’entrée d’air neuf profite de la chaleur de l’air vicié réchauffé par son parcours dans la maison, par contact ; les deux flux ne sont pas mélangés. |section| Gestion de l’eau. La récupération de l’eau de pluie se fait à partir des 92 m² de toiture. L’eau pluviale descend selon la pesanteur par les canalisations jusqu’à une citerne de stockage en sous-sol de 6000 m². Elle sera ensuite pompée puis utilisée pour les toilettes, le jardinage, ainsi que tous les usages ne nécessitant pas d’eau potable ; ces postes nécessitent au maximum environ 57 L d’eau par jour.Les canalisations des eaux usées se raccordent au réseau préexistant sur le site. / Gestion des déchets. Chaque maison se voit fournir différentes poubelles pour un tri sélectif des déchets. Ces déchets sont centralisés à une extrémité du site, pour être collectés. Chaque maison effectuera un composte individuel, permettant de fertiliser leurs jardins. / Gestion des matériaux. Le rapport à la terre induit le choix du système constructif. Les espaces reposent sur une structure murs massifs dalles en béton. Civiliser le terrain et offrir une qualité de vie troglodyte. Le projet s’entoure de deux parois de béton distantes de 5,10 m, ménageant une excavation chauffée servant à loger les fluides ( aération, chauffage et réseau d’eau ). Les planchers s’y reposent ; d’une part composé de béton traditionnel pour les espaces centraux ( chambre et séjour ) et d’autre part en verre pour les espaces situés à l’extrémité ( sdb, cuisine ). A l’intérieur, les parois polies en parement minéral reçoivent et conduisent la lumière captée par les espaces de surface. L’isolation se fait à l’extérieur de cette masse dense en surface et un drapé de parement minéral brillant unit le projet et sa toiture. La structure en béton permet de créer l’aspect arrondi continu entre les murs et la toiture plate non accessible. Les panneaux isolants sont rainurés afin d’augmenter leur flexibilité radiale. L’isolation de la cave se fait à l’intérieur.

]]>
IMG/jpg/050700NAV.jpg IMG/jpg/050701.jpg IMG/jpg/050702.jpg IMG/jpg/050703.jpg IMG/jpg/050704.jpg IMG/jpg/050705.jpg IMG/jpg/050706.jpg IMG/jpg/050707.jpg IMG/jpg/050708.jpg IMG/jpg/050709.jpg IMG/jpg/050710.jpg IMG/jpg/050711.jpg IMG/jpg/050712.jpg IMG/jpg/050713.jpg IMG/jpg/050714.jpg IMG/jpg/050715.jpg IMG/jpg/050716.jpg IMG/jpg/050717.jpg IMG/jpg/050718.jpg IMG/jpg/050719.jpg IMG/jpg/050720.jpg IMG/jpg/050721.jpg IMG/jpg/050722.jpg IMG/jpg/050723.jpg IMG/jpg/050724.jpg IMG/jpg/050725.jpg IMG/jpg/050726.jpg IMG/jpg/050727.jpg IMG/jpg/050728.jpg IMG/jpg/050729.jpg
IMG/arton39 résidences Mollier
2005

projet de groupement de maisons d’habitation pour le développement de la Région de Vassivière_F Collaborateur du bureau Philippe Rahm architectes, Paris_F /

]]>
habiter l’humidité / Nos projets d’habitations à vocations touristiques à Vassivière dans le Limousin procèdent d’une inversion entre l’usage et la forme. Ce qui est en amont dans ces projets sont les problèmes de techniques du bâtiment liés au développement durable. Plutôt que d’adapter ces techniques à un projet d’architecture préconçu selon une symbolique ou un usage, elles sont ici au contraire à l’origine de la forme même de l’architecture. La question du taux d’humidité de l’air, sa gestion dans l’habitat, la répartition de l’air dans l’espace en fonction de la densité de sa température, définissent à travers leur qualité physique et sensible l’organisation en plan et en coupe du bâtiment. Ce sont de nouvelles typologies d’habitat qui surgissent, inattendues, qui ne sont pas basées sur une planification moderne de l’habitat, avec ses répartitions jour / nuit, intime/ public, mais selon des constituants sensuels et physiologiques émergeant du traitement des techniques du bâtiment. Des climats à habiter. / Le projet des maisons Mollier révèle et qualifie une relation invisible mais néanmoins obligée entre l’espace intérieur et l’humidité. Il cherche à transformer un problème de physique du bâtiment en une question d’architecture, jusqu’à devenir la cause efficiente de la forme. Il établit, dans les contraintes même des équipements techniques du bâtiment, des relations nouvelles, sensuelles et physiologiques, entre l’habitant et l’espace. Il veut aussi engager des liens plus étroits avec le paysage lacustre de Vassivière dans le Limousin, des liens physiques et chimiques, en se posant dans la matérialité même du territoire, dans son humidité. / En habitant un intérieur, l’occupant produit de la vapeur d’eau et cela, non pas de manière homogène, mais selon la fonction de l’espace, selon l’activité humaine pour laquelle sera destinée en priorité une chambre. La respiration naturelle des occupants et l’utilisation d’eau chaude sont à l’origine de la présence de la vapeur d’eau dans l’air et des risques de condensations et de dommages sur la construction qu’elle entraîne. Si la seule réponse à la présence excessive de la vapeur d’eau dans l’espace intérieur est aujourd’hui donnée par la banalité des systèmes techniques de ventilation, nous proposons ici de formaliser l’espace en fonction de la vapeur d’eau elle-même, comme ouverture à une relation profonde et complexe entre l’habitant, son corps et le vide selon ses caractéristiques physiques et chimiques. Ainsi, c’est à travers la variation du taux d’humidité relative que se dessine notre architecture et se formalise les espaces de l’habitation, du plus sec au plus humide, de 20% à 100% d’humidité relative. C’est dans la teneur en vapeur d’eau que prend corps la qualité de l’architecture, comme l’immersion réelle et charnelle du corps des habitants dans le corps humide et variable de l’espace. Notre projet établit une stratification spatiale du taux d’humidité. Une personne endormie produit environ 40 grammes de vapeur d’eau par heure (la chambre) tandis qu’elle produit jusqu’à 150 grammes/heure en activité (le séjour). L’utilisation d’une salle de bain dégage jusqu’à 800 grammes en 20 minutes et celle d’une cuisine 1500 grammes par heure. A la manière d’une poupée russe, l’habitation se conçoit selon le parcours du renouvellement d’air dans la maison, du plus sec au plus humide, du plus neuf au plus vicié, de la chambre à coucher à la salle de bain. Mais notre projet refuse la programmation fonctionnelle de l’espace selon des activités spécifiques. Il crée des espaces plus ou moins secs, plus où moins humides, à occuper librement, à s’approprier en fonction du temps et des saisons. / Le plan de la maison est une spatialisation du diagramme de Mollier, créant de nouvelles correspondances programmatiques, où un même espace peut accueillir des fonctions à priori séparées. Le projet amplifie aussi la stratification hygrométrique au paysage, intégrant la présence physique de l’eau du lac et l’humidité naturelle extérieure comme l’une des chambres de la maison, à 100% d’humidité. Les habitations se regroupent en ligne, se déployant sur une ancienne côte d’altitude du relief naturel, englouti sous la surface du lac artificiel. / Chambre 1 / 0% à 30% HR : séchoir, sauna Chambre 2/ 30% à 60% HR : chambre, bureau Chambre 3/ 60% à 90% HR : salle de bain, séjour, cuisine Chambre 4/ 90% 100% HR : séjour, piscine

]]>
IMG/jpg/050600NAV.jpg IMG/jpg/050601.jpg IMG/jpg/050602.jpg IMG/jpg/050603.jpg IMG/jpg/050604.jpg IMG/jpg/050605.jpg IMG/jpg/050606.jpg IMG/jpg/050607.jpg IMG/jpg/050608.jpg IMG/jpg/050609.jpg IMG/jpg/050610.jpg IMG/jpg/050611.jpg IMG/jpg/050612.jpg IMG/jpg/050613.jpg IMG/jpg/050614.jpg IMG/jpg/050615.jpg IMG/jpg/050616.jpg IMG/jpg/050617.jpg IMG/jpg/050618.jpg IMG/jpg/050619.jpg IMG/jpg/050620.jpg IMG/jpg/050621.jpg IMG/jpg/050622.jpg IMG/jpg/050623.jpg IMG/jpg/050624.jpg IMG/jpg/050625.jpg
IMG/arton38 résidences archimede
2005

projet de groupement de maisons d’habitation pour le développement de la Région de Vassivière_F Collaborateur du bureau Philippe Rahm architectes, Paris_F /

]]>
habiter l’air / Tout corps plongé dans un liquide subit une poussée verticale, dirigée de bas en haut, égale au poids du fluide déplacé et appliquée au centre de gravité de ce corps Archimède (240 av. J.C.) / Les maisons Archimède cherchent à établir une relation intrinsèque entre la maison et l’air, en spatialisant les fonctions de l’habitation (dormir, séjourner, se laver, etc…) dans la matière même de l’air, dans sa densité, sa température, ses déplacements. Il s’agit d’organiser la maison en fonction des besoins physiologiques de l’habitant en relation avec son activité corporelle et sa nudité. C’est une architecture verticale qui se structure selon le besoin spécifique en chaleur de chaque espace. En cela, il s’agit d’assurer le confort thermique de l’habitat mais aussi de projeter architecturalement des lieux où la température intérieure est adaptée à l’activité et à l’habillement des occupants. La modernité a déterminé des espaces homogènes et moyens, où la température est normalisée autour de 21°. L’ambition est ici de redonner une diversité dans le rapport que le corps entretient avec l’espace, avec sa température, de permettre des transhumances au sein même de la maison, des migrations entre le bas et le haut, le froid et le chaud, l’hiver et l’été, l’habiller et de déshabiller. Pour qu’une personne se sente à l’aise dans un local chauffé, il faut qu’il y ait un équilibre dans les échanges de chaleur se produisant par convection entre son corps et l’air ambiant. Cet équilibre est bien évidemment relatif à l’habillement, entre la nudité de la salle de bain, la protection thermique des couvertures du lit, les vêtements légers que l’on porte dans le séjour. Aujourd’hui, face à la volonté d’économiser les ressources énergétiques, la demande est d’installer pour chaque bâtiment, mais aussi chaque local, une puissance thermique précisément calculée afin de ne dépenser en énergie seulement ce qui est strictement nécessaire. La norme suisse pour la construction SIA 384/2 donne ainsi les valeurs indicatives de la température ambiante suivante : locaux de séjour 20°C, chambres à coucher 16 à 18°C, salle de bains 22°C, cuisines 18 à 20°C, corridors et wc 15 à 18°C, cages d’escalier 12°C, buanderie et séchoirs 12°C. / Le plan et la coupe de la maison se dessinent alors en fonction de la forme que prend l’air dans la toute la hauteur de la maison, selon ses déplacements verticaux en fonction de sa température et des fonctions que cette dernière suggère. L’air chaud aura tendance à monter. Il est habituel de trouver dans une pièce chauffée des différences de température entre le bas et le haut, 21° à un mètre du sol, 27° au niveau du plafond. Il en résulte bien évidemment un gaspillage d’énergie vis-à-vis de la température demandée qui est celle de 21°. Le principe de l’ascendance de l’air chaud est lié à celui de la densité. L’air chaud étant moins dense, il monte en altitude selon le principe d’Archimède. Ainsi, les différences de température se stratifient dans la hauteur de la maison, avec un rez-de-chaussée à 16°, un premier étage à 18°, un deuxième étage à 20° et un dernier étage, tout en haut, à 22°. Les fonctions prennent place ensuite de façon évidente sur cette stratification du plus froid en bas au plus chaud en haut, les WC, la buanderie au rez-de-chaussée, la chambre à coucher au 1er étage, le séjour et la cuisine au deuxième étage, la salle de bain au troisième étage. / Notre architecture est donc climatique. Elle ne présuppose d’aucun usage ni symbolique et ne s’élabore que dans sa propre matière. En ne reflétant aucun usage programmatique ni interprétation symboliques, elle rend possible des nouveaux modes d’habitation de l’espace qui surgissent du langage -même de l’architecture, dans le temps et dans l’espace.

]]>
IMG/jpg/050500NAV.jpg IMG/jpg/050501.jpg IMG/jpg/050502.jpg IMG/jpg/050503.jpg IMG/jpg/050504.jpg IMG/jpg/050505.jpg IMG/jpg/050506.jpg IMG/jpg/050507.jpg IMG/jpg/050508.jpg IMG/jpg/050509.jpg IMG/jpg/050510.jpg IMG/jpg/050511.jpg IMG/jpg/050512.jpg IMG/jpg/050513.jpg IMG/jpg/050514.jpg IMG/jpg/050515.jpg IMG/jpg/050516.jpg IMG/jpg/050517.jpg IMG/jpg/050518.jpg IMG/jpg/050519.jpg IMG/jpg/050520.jpg IMG/jpg/050521.jpg IMG/jpg/050522.jpg IMG/jpg/050523.jpg IMG/jpg/050524.jpg IMG/jpg/050525.jpg IMG/jpg/050526.jpg IMG/jpg/050527.jpg IMG/jpg/050528.jpg IMG/jpg/050529.jpg IMG/jpg/050530.jpg IMG/jpg/050531.jpg IMG/jpg/050532.jpg IMG/jpg/050533.jpg IMG/jpg/050534.jpg
IMG/arton59 dispersion vaporisation
2008

projet d’équipements flottant sur le Quai Rambaud, les Docks de Lyon_F Collaborateur du bureau Philippe Rahm architectes, Paris_F /

]]>
L’architecture comme dispersion des bordures : vaporisation de ses structures, évaporation de ses limites. Ne travailler que sur l’atmosphère, sur l’espace, sur l’air, désagréger les limites entre intérieur et extérieur, entre corps et espace, entre physiologie et météorologie, ambiance et sensualité. Ne travailler que sur le vide, sur l’air et ses mou–vements, ses pressions et dépressions, conduction, transpiration, convection. Architecture invisible, transparente, légère et claire comme le design des mouvements d’air : design des température, des taux d’humidités, des pres–sions et dépressions. Notre architecture est une conséquence plastique et poétique du développement durable appliqué au bâtiment lequel induit un développement des techniques climatiques du bâtiment avec l’objectif de diminuer par un facteur 8 le dégagement de gaz à effet de serre responsable du réchauffement climatique. Dans cette mission, c’est ef–fectivement les hiérarchies architectoniques qui se déplacent et se transforment. L’accent se place dorénavant sur la maîtrise du coefficient de transmission thermique des matériaux (isolation), de l’étanchéité à l’air de l’enveloppe, des mouvements de l’air (aération douce avec récupération de chaleur, du parcours de la vapeur d’eau, des mouve–ments de convection et de température). Un glissement du structurel vers l’atmosphérique, du plein vers le vide, du terrestre à l’aérien. Et les formes de l’architecture surgissent, selon de nouveaux rapports, de nouvelles typologies, comme un développement poétiques de ces techniques. C’est aussi une architecture de saison, qui s’habille et se déshabille en fonction des températures, qui s’effeuille, de couche en couche, de l’hiver à l’été. C’est enfin une architecture qui trouve ses programmes, ses fonctions, ses usages comme un déploiement poétique à travers les variations d’espaces produites par ces nouvelles techniques du bâtiment. Renouvellement horaire de l’air, gestion des taux d’humidité, stratification des températures, ces thématiques sont développées indépendam–ment pour les transfigurer jusqu’à en révéler les qualités plastiques et sensuelles. Et c’est finalement une relation sensuelle sans limites, entre le corps et l’espace, les sens, la peau, la respiration et le climat, la température et les variations d’humidité et de lumière. L’artiste Fabrice Hyber intervient dans chacun des projets en développant des oeuvres / produits spécifiques liés aux différentes fonctions proposées sur chaque plateforme et en accord avec leur thématique climatique particulière. Ce travail s’infiltre et se dissémine dans l’architecture, dans l’ameublement, dans le design graphique, dans les objets usuels et provoque avant tout une modification sensuelle de notre appréhension de l’espace, par l’odeur, par le toucher, par le son.|section| DISPERSION Atmosphère d’air (programme : Fitness, sport shop) L’architecture est ici le design d’un mouvement d’air comme un flux d’air habitable : une architecture comme un dessin du vent où les qualités s’expriment en termes de vitesse d’air, de volume, de pulsion et d’extraction comme une transfiguration poétique et spatiale de la question de la ventilation. Notre projet se compose à partir des exigences de la gestion de l’air (aération douce et automatique avec récupération de chaleur / Minergie, Suisse) afin de réduire par un facteur 8 l’énergie consommée dans le bâtiment. Il en thématise le sujet du taux horaire de renouvellement d’air (calculé en m3 d’air par heure). Le renouvellement de l’air intérieur se donne selon un certain taux en fonction de son usage, du nombre d’occupants et de leur activité physique : une faible occupation ou une occupation calme nécessitera un plus faible taux de renouvellement tandis qu’un espace fortement occupé ou dans lequel on a une activité physique ou sportive importante nécessitera un taux plus élevé. Le renouvellement de l’air est nécessaire pour apporter l’oxygène neuf au métabolisme et dont la consommation est multipliée par 500 lors d’un travail musculaire important. Il sert ensuite à évacuer les produits de déchet du métabolisme, H+, CO2 et lactates. De 7,5 litres par minutes environ au repos, le débit ventilatoire s’élève lors de l’activité corporelle jusqu’à 120 litres par minutes. Cette augmentation est possible grâce à une augmentation de la fréquence respiratoire qui nécessite alors une plus grande rapidité dans l’échange entre air frais et air vicié. Il y a donc une relation précise entre la forme de l’espace et la quantité d’air à y apporter et à renouveler, réactivant la question de la ventilation du bâtiment comme force efficiente principale de la forme architecturale. L’architecture se dessine ici comme un mouvement d’air continu, avec ses affluents qui viennent augmenter la quantité d’air apporté dans l’espace. Le plan se dessine alors graduellement, en cascade, entre les espaces à faible taux horaire de renouvellement d’air (moins occupé et avec une activité musculaire calme) jusqu’aux espaces au taux de renouvellement d’air horaire important (activité sportive) selon un dessin où s’additionnent les pulsions d’air pour arriver aux taux suivants : hall_4 fois/heure, magasins_10 fois/heure, toilettes_15 fois/heure, vestiaires de sport_20 fois / heure, salles de sport_25 fois/heure, douches_30 fois/heure. L’architecture se forme comme un vent, un mouvement d’air dont le débit grossit peu à peu selon l’augmentation de la fréquence respiratoire de ses occupants en fonction de leurs activités et de la quantité de vapeur d’eau dégagée. Au final, l’air est récupéré uniquement dans les douches pour passer dans un échangeur de chaleur double-flux qui extrait la chaleur de l’air vicié qui sort pour la redonner à l’air neuf qui rentre.|section| VAPORISATION Atmosphère d’eau (programme : Spa, sauna, hammam, boutiques life style, body shop) La gestion des taux d’humidité induite par le développement durable est transfigurée dans ce projet pour inventer une nouvelle typologie où l’architecture se forme comme une variation linéaire horizontale, en plan, des taux d’humidité, entre le plus sec au nord et le plus humide au sud. C’est ici la technique de l’aération douce avec récupération de chaleur double flux (Minergie, Suisse) qui est mis en place, laquelle crée un flux continu et constant entre une pulsion de l’air neuf dans les zones les plus sèches au Nord et une extraction de l’air vicié dans les zones les plus humides au Sud. Cette technique permet d’économiser jusqu’à 8 fois l’énergie dépensée dans le bâtiment parce qu’elle permet de renouveler l’air intérieur en minimisant les pertes thermiques. Verticalement, les variations de températures se stratifient en coupe en se construisant selon le principe d’Archimède, entre les couches plus froides en bas et les couches plus chaudes en haut. C’est une géographie architecturale, une géographie de la vapeur d’eau qui se crée, avec ses longitudes d’humidité relative, lesquelles se déforment pour accueillir un programme de spa, de sauna, de hammam. Le corps se déploie en sensation dans l’espace, entre les lieux les plus secs et les lieux les plus humides, entre sauna au nord et les hammams au sud, par les variations d’hydratation, par la respiration, par les différences de température perçues par l’épiderme. Ce n’est donc pas seulement un programme qui est mis en place dans l’espace, mais c’est littéralement une géographie qui se déploie, avec ses zones arides et ses zones humides, ses climats tropicaux, ses déserts, et ses zones tempérées. En été, la ventilation est naturelle, l’enveloppe de verre s’ouvre complètement pour habiter autant que possible le plein air. L’architecture, entièrement en verre, plus ou moins transparent en fonction de l’usage des espaces, apparaît depuis l’extérieur comme un entrelacement de verre où se superposent les silhouettes plus ou moins dessinées des visiteurs.

]]>
IMG/jpg/DVa0.jpg IMG/jpg/DVa1.jpg IMG/jpg/DVa2.jpg IMG/jpg/DVa3.jpg IMG/jpg/DVa4.jpg IMG/jpg/DVe0.jpg IMG/jpg/DVe1.jpg IMG/jpg/DVe2.jpg IMG/jpg/DVe3.jpg IMG/jpg/DVe5.jpg IMG/jpg/NAV-7.jpg
IMG/arton60 retrait tonique
2008

un centre de séjour diététique à Laugère / commune de Pontarion / Creuse _F appel à projet /

]]>
ici et maintenant on traverse ce que l’on ingère là, après on digère ce qui nous traverse les saisons se succèdent le corps y accède lumière, humidité et vents sèment la terre pour nous saisir la diète s’amorce puis se conjugue au temps qui se prépare s’immerger dans ce qui nous entoure habiter ce qui est à l’intérieur de notre corps enveloppé par l’exterieur un retrait tonique comme un voyage vers une dimension physiologique rééquilibrée. / Si l’écologie investie de plus en plus les moeurs de l’Homme du XXI ème siècle, c’est qu’elle traduit en premier lieu une préoccupation de saisir ses effets sur l’environnement ainsi que l’interaction qui s’y engage physiquement. Par voie de conséquence, elle augure un renouveau de notre hygiène de vie, susceptible de questionner notre équilibre nutritif. La diététique contemporaine est donc insidueusement liée à l’écologie et sa formulation provient d’une remise en question de notre consommation expansive afin de tendre vers l’essence des besoins réels voire de rythmer le quotidien de cures salvatrices. Des diètes pour une ponctuation de l’axe vital, des contextes naturels réévalués pour un retrait tonique, un voyage vers une dimension physiologique rééquilibrée.|section| UN SYSTEME GEOMORPHOLOGIQUE ET CLIMATIQUE A l’instar du minimalisme diététique envisagé, le projet consiste, en guise d’artefact, en l’élaboration d’un socle programmatique tel une concrétion géologique du territoire. Cette contraction, de part sa nature propre dégagée de tout artifice formel, énonce le processus même de sa création en tant que formation géologique éruptive. Ce socle participera à la naissance d’un paysage artificiel sous-tendant un climat maitrisé au bénéfice de ses pratiquants : un climat tempéré et tempérable dans un espace dilaté parcourant la plurialité des paysages communs au territoire habité. Telle une faille surélevée, il produira un espace longiligne se débarassant de tout conflit de mitage colonisateur avec l’ensemble du territoire conservé vierge et fertile. Les étapes de réalisation seront : a - forage au centre du territoire pour atteindre la nappe phréatique à 12m de profondeur. / mise en place d’une sonde géothermique relié à une pompe à chaleur de type eau/eau. b - création d’un socle minéral longiligne axé sud/nord épousant le relief topographique plissé. / Longueur 300m, largeur 11m c - mise en place du système hydrothermique généré par un réseau de tubulures déployées le long de la bande, et contenant de l’eau chaude à basse température créant, en hiver, un sol chauffant par rayonnement et conduction. d - recouvrement du socle par un mapping granitique cristallin renforçant l’inertie thermique du rayonnement géothermique / mise en place de fontaines et buses d’eau ponctuellement le long du socle. / UNE ENVELOPPE THERMIQUE ET ENERGÉTIQUE Les étapes de réalisation seront : a - mise en place de paroies périphériques en verre /double vitrage faiblement émissif/ afin de maitriser les dépenses énergétiques et de produire un espace habitable : une enveloppe minérale transparente renforçant lle climat intérieur par effet de serre et reproduit passivement par le socle granitique. b - mise en place d’une toiture végétalisée créant un confort thermique maximum en diminuant les pertes de chaleur sortantes en hiver et les gains de chaleur en été./ les plantes sauvages tels que les graminées s’installeront au grée des vents et semences naturelles. / UN AMÉNAGEMENT GÉO-FONCTIONNEL ET SPATIO-TEMPOREL La luminosité environnante sera traduite comme partie prenante du concept de centre de séjour. Par la disposition du corps minéral dans la géographie du territoire, une diversité nouvelle apparaitra en fonction des pourcentages luxométriques progressifs. Les 2 zones programmatiques seront : a – à l’intérieur du bâti : mise en place du programme en fonction de ses usages, de sa temporalité et de la luxométrie environnante. L’organisation interne du projet sera développé par le gradient luxométrique relatif à son zoning. 3 secteurs prendront effet dans le corps compact et longiligne : Secteur 1 : les espaces d’activité sportive + la piscine (+spa) + la salle de sport (+dépôts) / Secteur 2 : les espaces d’accueil, de restauration et de consultations + la salle à manger (+dépôts et cuisines), le bar (+dépôt), l’accueil (+bureau et dépôts), kiné, medecin, dépôts. / Secteur 3 : les espaces de repos et de délassement. b - structuration des franges végétales du projet - le paysage nutritif et luxométrique : Secteur 1 : les potagers, champs de culture et graminées / Secteur 2 : les vergers / Secteur 3 . la forêt et son sous-bois / Ainsi, ce paysage artificiel, cultivé et sauvage participera à l’établissement de pratiques immersives stimulantes et toniques. Le corps du territoire et celui de l’être humain s’y infiltrant ne feront qu’un et engageront les résidents en cure dans un réel échange. Le XXIème siècle sera celui des interfaces géologiques, des espaces physiques retraduits et des paysages anthropiques de nos modes de vie, garants de l’entropie vivifiante.

]]>
IMG/flv/RETRAIT_TONIQUE_.flv IMG/jpg/RTNAV.jpg
IMG/arton27 héliotropisme
2003

Concours pour un Etablissement Médico Social à Payerne_CH collaborateur du bureau d’architecture Décosterd & Rahm ass., Lausanne_CH /

]]>
La problématique spécifique que nous retenons pour le projet de restructuration de l’établissement médico-social " La Paix du Soir " se donne comme objet de traiter de la situation exceptionnelle du terrain à disposition et des nécessités d’un hébergement qui, pour une grande partie des résidents et des services publics offerts, a pour cadre un lieu clos. Il s’agit d’un lieu de vie, certes ouvert sur l’extérieur, mais qui assume en lui-même une possible vie sociale comme un développement positif de la nécessaire clôture induite par le programme. Comment, dans cette situation particulière, peuvent s’accepter et s’enrichir la part intime de la résidence et celle de la vie commune ? D’emblée notre projet se place dans le fil d’une série d’expériences qui, de l’utopie au logement collectif, ont répondu à la complexité de ces questions par l’unique constitution d’un bâtiment. / Une des questions préliminaires du concours porte sur le choix entre l’agrandissement du complexe existant et la constitution à neuf de la nouvelle unité. À ce propos, nous mettons un terme au principe d’agrégations successives et d’agrandissement qui a prévalu depuis quarante ans pour préférer le caractère d’un grand établissement public d’hébergement que nous souhaitons affirmer dans le développement urbain de la commune du Mont. Il nous semble plus approprié de transformer le bâtiment pour une affectation de logement en location, plus en rapport avec ses dimensions et ses espaces intérieurs. / Prioritairement, sur ce site panoramique, qui conjugue la vue et l’ensoleillement maximal, orienté sur le lac Léman autant que sur la Méditerranée, nous disposons les 78 chambres dans un luxe démocratique qui se résume en un face à face avec le soleil et les qualités de vie qui lui sont associées. Conjointement, nous proposons de répartir dans la totalité du bâtiment et sur trois niveaux, l’ensemble des 1’500 m2 de jardin clos demandé par le programme. Cette construction à l’air libre et dans le soleil, indépendante du corps principal, le dédouble à la manière d’un filtre. Elle assume un triple rôle. / Celle d’un lien social construit, un cheminement public reliant les différents lieux de vie et services offerts par le bâtiment. Sa distribution verticale rencontre celle qui est en terminaison des unités d’hébergements, permettant une totale liberté de pratiquer les espaces du bâtiment tout en contrôlant l’accès au rez-de-chaussée où sont hébergés les résidents libres de sortir. / Cette constitution en plateaux alternés s’offre par ailleurs comme régulateur thermique du bâtiment. Son interférence avec la course solaire annuelle maintient les vitrages sud à l’abri du soleil d’été et assure, au solstice d’hiver, un éclairement de l’ensemble de la chambre d’un résident. / Finalement et pour sa part la plus riche, ce filtre exaspère la condition sud du bâtiment dans les relations corporelles qu’il propose. Dans le béton, des réserves seront plantées d’une végétation méditerranéenne nécessitant un sol rocailleux et surchauffé. D’une manière plus aléatoire, le revêtement de sol présentera des zones poreuses, aptes à accueillir des graines pionnières. / Au sein de ce paysage, le parcours propose en outre deux espaces abrités non chauffés, jardin d’hiver ou orangeraie, indépendants de tout programme spécifique.

]]>
IMG/jpg/030500NAV.jpg IMG/jpg/030501.jpg IMG/jpg/030502.jpg IMG/jpg/030503.jpg IMG/jpg/030504.jpg IMG/jpg/030505.jpg IMG/jpg/030506.jpg
IMG/arton16 les pierres vives
2001

Concours pour le funériarium de Nyon_CH collaborateur du bureau d’architecture Décosterd & Rahm ass., Lausanne_CH /

]]>
Il n’y a pas de matière morte, la mort n’est qu’une apparence sous laquelle se cachent des formes de vie inconnues. Leur échelle est infinie, leurs nuances sont inépuisables. (Bruno Schulz, “ Le traité des mannequins ”, in Les boutiques de cannelle, Éd. Denoël, 1974) / Du Jura calcaire au lac Léman Le cimetière de Nyon s’oriente dans l’axe nord-sud d’un plateau qui relie le pied du Jura au lac Léman. De cette situation géographique résultent une configuration matérielle faite de roche et d’eau, une histoire naturelle propre à ces éléments et à leur influence réciproque. L’eau joue ici un rôle double et antagoniste : si les calcaires du Jura - roches sédimentaires - lui sont intimement liés par le principe même de leur formation, l’eau de pluie du Jura, de par son enrichissement en gaz carbonique, engendre la dissolution de la calcite contenue dans le calcaire. Ce phénomène est rendu visible aux lieux d’exurgence des eaux souterraines, lorsque la calcite se cristallise sous la forme de carbonate de calcium au contact de l’air libre : cette nouvelle formation rocheuse, sorte de transmutation naturelle du calcaire, est connue sous le nom de tuf. La région de Begnins, le long de la Sérine, en recèle de nombreux gisements. Le site restreint du cimetière de Nyon répond culturellement à la tradition par l’usage généralisé de la pierre. Paysage d’allées de gravier, horizon de dalles et de stèles cerclé des murs d’enceinte : autant de déclinaisons d’un même élément minéral, gagné çà et là par les mousses et les lichens. Le présent projet de centre funéraire s’attache à poursuivre la minéralisation existante du site, et à l’ancrer dans un contexte géographique plus large. / Le centre funéraire, lieu d’un conditionnement énergétique spécifique Afin d’offrir aux cryptes, à la salle de recueillement et aux couloirs du centre funéraire un éclairage naturel en même temps qu’une intimité indispensable, le programme met en place, au cœur du bâtiment, un espace clos de lumière extérieure, accessible par le regard uniquement. Les cryptes, renvoyées ainsi à l’air libre, sont rafraîchies par un ruissellement continu d’eau le long de leurs murs. Le conditionnement de l’air est assuré par un système de ventiloconvecteur qui soutire l’air frais de l’espace extérieur. Avec les années, les murs de tuf des cryptes abriteront un biotope de mousses et de lichens spontanés, propre à cette région du Jura. Ainsi, non seulement cet espace lumineux éclaire le bâtiment, mais il offre à la lumière solaire un lieu qui révèle ses qualités vitales propres. Le tuf est présent dans tous les murs du bâtiment. Massif, porteur et humide pour les cryptes, il s’ouvre à la colonisation végétale comme une matière autonome conditionnée par le rayonnement solaire : en mur intérieur, sa blancheur accroche la lumière ; en parement sec et gris clair pour les façades extérieures, sa texture permet l’attachement de quelques rares lichens. L’ensemble du bâtiment réagit aux microclimats intérieurs et extérieurs ainsi créés. L’usage de verre en pans continus conditionne la lumière et les vues : verre clair pour la façade sud, verre dépoli pour le couloir circulaire, verre pigmenté dans la masse pour la salle de recueillement, verre sablé pour la façade nord. / Le cycle du carbone, lien entre le monde minéral et le monde vivant Une compréhension laïque de la mort, et de son corollaire qui est l’apparition de la vie, passe invariablement par la connaissance scientifique des flux cycliques de matière et d’énergie entre l’inerte et le vivant. Parmi ces cycles, celui du carbone - premier composant des organismes vivants - est essentiel. Dans le monde vivant, le carbone organique forme l’ossature des molécules ; le passage du CO2 du monde inorganique au monde organique est par excellence, dans le domaine des synthèses biochimiques, la réaction génératrice de la vie sur terre. Or, inversement, le calcaire naît littéralement de la mort et de la décomposition d’organismes vivants. Dans sa forme inerte compatible avec la biosphère, le carbone minéral se rencontre sous forme d’oxydes, tels les carbonates. Dans la croûte terrestre proprement dite, les carbonates constituent la majeure partie des composés carbonés solides : le carbonate de calcium est ainsi présent dans les roches calcaires, cristallisé sous forme de calcite ou d’aragonite. La lumière occupe une place prépondérante dans la chaîne de ces transformations : la dépense énergétique permettant les échanges matériels entre les organismes et le monde minéral provient dans une large mesure de la lumière solaire par le biais de la photosynthèse.|section| Une roche calcaire particulière : le tuf La formation du tuf est analogue à celle de coraux marins : les eaux de pluie des régions calcaires ruissellent dans des réseaux souterrains où elles se saturent en carbonate ; leur retour à l’air libre, combiné avec l’activité respiratoire de mousses spécifiques (cratoneurum), provoque alors la précipitation du calcaire sous forme de roche à larges pores. Aussi l’existence de cette roche est-elle doublement liée au monde vivant : de par sa composition matérielle tout d’abord, de par son mode de formation organique ensuite. En tant que biotope particulier, le tuf saturé d’eau favorise spontanément l’apparition de mousses, de lichens et de fougères naines ainsi que de certaines fleurs, telles la salicaire et la valériane. C’est une pierre fertile, à mi-chemin entre l’inerte et le vivant. S’il a été largement utilisé dans la construction des églises - tant pour les fondations que pour les revêtements (clocher) ou les ornements (colonnes) -, le tuf est également très présent dans l’architecture profane pour ses qualités constructives : résistance à la compression (5,22 N/mm2), isolant thermique (1,69 W/m2 K) et phonique. Sa porosité capillaire le rend en outre résistant au gel en situation de ruissellement et son recyclage est garanti.

]]>
IMG/jpg/010500NAV.jpg IMG/jpg/010501.jpg IMG/jpg/010502.jpg IMG/jpg/010503.jpg IMG/jpg/010504.jpg IMG/jpg/010505.jpg IMG/jpg/010506.jpg IMG/jpg/010507.jpg
IMG/arton12 omnisport hall
2000

Concours pour une salle omnisport, Neuchatel_CH collaborateur du bureau d’architecture Décosterd & Rahm ass., Lausanne_CH Collection permanente du Musée d’Art Moderne de Paris, Centre G.Pompidou_F

]]>
/ Un urbanisme de la déformation Déplacer de la terre, amener des roches et du sable, remblayer, gagner des terrains sur le lac : voici le site des nouvelles géographies humaines, celui des territoires fabriqués. Ici, l’homme transforme le temps et l’Histoire, façonne le sol. Aux temps immémoriaux de la géologie se superpose l’action anthropique soudaine. Si l’on doit aujourd’hui ôter un peu de cette terre que l’on avait amenée au siècle passé, nous ne voudrions pas que cela soit un déplacement de matières à rebours mais plutôt une modification in-situ de la topographie. Remodeler à nouveau le territoire, lui donner une seconde forme pour lui allouer d’autres fonctions. Le projet s’établit en ce lieu comme la configuration d’un milieu artificiel. Mais ce milieu ni n’émerge ni ne se forme ex-nihilo. Immanence et matérialité, climatologie et géochimie, biologie et tectonique sont les instruments pour cette recomposition du territoire. A la prédominance de la technique et de la sémantique dans le choix matériel de l’architecture, nous privilégions quant à nous les implications sensibles entraînées physiquement par les matières choisies et les modes constructifs adoptés. Si reformulation du territoire il y a, ce sera en engagent l’ensemble de la construction dans des cycles chimiques et biologiques, faits de transpiration et de photosynthèse, de chaleur et de recyclage. L’architecture est ici une configuration étendue de matières : un remodelage écologique du territoire dans lequel l’homme prend place physiologiquement. Des terres recyclées En creusant les remblais pour y installer les niveaux souterrains du centre sportif, nous subordonnons avec violence l’altitude du sol à un usage. Mais cette violence d’excavation ne s’accompagne pas d’indifférence quant au devenir de ces terres. Si leur sort est, par convention, celui d’être reléguée dans l’arrière-pays, nous choisissons à l’inverse de les réutiliser sur place comme l’expression d’une urbanisation de la déformation plutôt que de la fabrication. Si ce fait entraîne une économie, c’est avant tout celle de tirer parti de leurs caractéristiques physiques dans un nouvel usage. Le recyclage est ici un arrangement mutuel entre un nouvel emploi du lieu et son état antérieur qui déforme le terrain mais selon des besoins neufs. Une masse pour la chaleur Nous recyclons les terres des excavations en un stock de chaleur fonctionnant selon le système de chauffage solaire convectif. L’air est chauffé dans un vide entre le verre et une surface sombre. Cet air chaud est ensuite stocké dans un compartiment isolé pour être distribué dans le bâtiment. Ainsi, à la déformation du territoire est associé un changement de fonction de la terre : on ne marche ni ne roule plus dessus, mais on utilise sa capacité d’accumulation thermique et d’inertie. La terre est érigée sur la face sud du centre sportif : masse colossale, véritable pile, générateur d’énergie, figure archaïque et monumentale de la transformation du rayonnement solaire en chaleur, elle offre au regard, derrière un vitrage, une paroi de terre sombre comme la résurgence immédiate des excavations. Les terres issues des fouilles sont triées en fonction de la dimension des agrégats : la terre et le sable, d’un calibre inférieur à 50, sont utilisés comme matériaux isolants. Compactés, érigés, ils forment cette enveloppe massive et sombre dont l’épaisseur de 3 mètre 50 est fonction d’un coefficient thermique satisfaisant. Les agrégats plus gros extraits du sol constituent quant à eux le stock de chaleur à proprement parlé. Cailloux, galets, fragments de roche et débris de briques sont regroupés au centre de la masse, offrant par leurs formes de grandes surfaces d’échanges qui permettent une bonne transmission de chaleur de l’air au stock. La chaleur ainsi produite permet de répondre entièrement aux exigences de température pour la salle de sport entre 14° et 16°. Elle contribue également au chauffage des locaux annexes en apportant un air déjà réchauffé avant une nouvelle élévation de température par le chauffage à distance.|section| Une architecture de la physiologie Il nous semble important d’élargir les échanges entre l’homme et l’architecture. Si cette dernière s’est le plus souvent limitée à répondre spatialement aux besoins de l’homme, nous pouvons, aujourd’hui, prendre en compte également les interactions chimiques qu’il existe entre l’inanimé et l’animé. En proposant d’engager la construction dans des échanges physiologiques avec l’homme, nous réévaluons les moyens et le champ d’action de l’architecture. Chaleur, transpiration et respiration deviennent ainsi les nouveaux éléments de la composition, en correspondance avec les résolutions spatiales et techniques de la construction. Mais plus qu’une simple réponse au maintien d’un climat intérieur, nous mettons en place une véritable structure permettant de réels échanges physiologiques. L’architecture traite donc des cycles chimiques. L’énergie solaire, l’eau et le carbone sont employés et recyclés partiellement sur place, engageant l’architecture dans une relation responsable bien que modeste avec le monde. Un espace pour la transpiration Quand l’homme soumet son propre corps à un effort, il transforme l’énergie chimique des substances simples assimilées par le corps pendant le processus de la digestion en énergie cinétique, mais il en perd toutefois une certaine quantité de chaleur, sueur et évaporation. Le projet donne un réponse physique à la migration de l’humidité et de la transpiration dans le bâtiment. La limite entre l’intérieur et l’extérieur s’établit sur les façades longitudinales sur une épaisseur d’air de 1 mètre qui contient la structure porteuse verticale de la salle. Définissant cette épaisseur, deux vitrages, l’un en relation avec l’intérieur de la salle, l’autre avec l’extérieur. Au contact de ce dernier, la vapeur issue de la salle se condense, provoquant l’apparition d’eau. Cette eau, combinée à l’anhydride carbonique de l’air et aux sels minéraux forme des sucres et des substances organiques. Ce processus est celui de la photosynthèse chlorophyllienne qui provoque la croissance des plantes. Ici, nous cherchons aussi à associer d’autres formes de vie dans la construction, qui puisse bénéficier de l’énergie dépensée sans objet par l’homme. Cette espace de transition entre l’intérieur et l’extérieur est également une zone tampon à température moyenne, absorbant dans son épaisseur les phénomènes de pont de froid. Un échange respiratoire. L’espace intermédiaire entre les deux vitrages devient le lieu d’apparition de la vie. Des végétaux grimpants sont plantés dans la terre et se développent dans cette épaisseur, entre les piliers de béton. Bénéficiant de la condensation de la transpiration des sportifs, ils sont ici essentiellement mis en place en relation symbiotique avec l’homme à travers les cycles respiratoires. L’anhydride carbonique rejeté par l’homme lors de la respiration est donc immédiatement consommé par les végétaux dans la photosynthèse. Ils rejettent à leur tour de l’oxygène nécessaire pour brûler les substances alimentaires dont nous avons besoin pour dégager de l’énergie. Le végétal, intégré dans l’architecture, constitue un maillon essentiel de la qualité de l’air et de notre corps.

]]>
IMG/jpg/000600NAV.jpg IMG/jpg/000601.jpg IMG/jpg/000602.jpg IMG/jpg/000603.jpg IMG/flv/omnisports.flv
IMG/arton71 The Swirling Mist
2014

A climatic landscape, a geopoetic architecture

]]>
This 18,000 m2 project of Events Palace is part of a huge complex set in a landscaped area of ​​80 hectares on the outskirts of the city of Lanxi in Zhejiang province 350 km southwest of Shanghai. The territory of building is the image of the environmental surroundings made of wooded hills and filled lakes. Registered a dam impoundment of an artificial lake in the center of the plot, the project is as a link between the two sides that a real core of the development of the territory.

The main idea of the project lies in its ability to produce a building in harmony with the environment by allowing its users to be constantly linked with it and to be immersed in the landscape, by making in part, by being infiltrated in. A building like a territory generating an allegorical writing in the landscape and a major landmark in the complex. Deployed in air, fluid and contemporary interior offering a magical place to celebrate all kinds of events. A flexible building incorporating multiple features and generating spaces connected with their environment. A green building drawing in his basement energy resources to build its internal climate and its architectural formalization .

More than producing utility functions, the architecture must orchestrate our relationship to the world, to bond with him by generating interactions between humans and the Earth as an essential condition of existence. The project aims to be the guarantor of a projection in the real and the poetic resonance of its physical constitution. An inhabited landscape, a porous territory borrowed from living footprint. If the project echoes the localized climatological events of the environmental landscape it is mostly to contain its spatio-temporal characteristics, its changing and shifting states, its masses of air travelers, its micro-climates made ​​by the invisible forces of the folds of its geology.

More than respond to contemporary environmental issues, the geological energy system of the project aims as to define and control its internal climate than produce its formal and immanent constitution. The visible outline of the project and its programmatic nature of what it offers is an emanance of the invisible and physical void of the interior space. The building distribution process of heating and cooling by blowered air is defined by ponctual event specific needs and also by changing climatic episodes such atmospheres increased by the external environment. Inhabit its spaces back to live in climate cells of world air, invisible pockets of a climatic landscape. Highlighting the project complements this episodale stratification and climate of the inhabited territory. Its luxometric characteristics suitable for use of venues reinforce the idea of an hanging and consolidated world offering its users a path in the climatic void and in the rates of its floating grounds reverbs.

At a time of globalization and technological additions of green labeled buildings, architectures should be engaged with the culture and the nature of their local constituent landscapes as allegories defining real physical interfaces and producing a sense leading architectural, human and territorial bodies in a suitable dialogue of Existence.

]]>
IMG/jpg/SOM006.jpg IMG/jpg/SOM009.jpg IMG/jpg/SOM010.jpg IMG/jpg/SOM011.jpg IMG/jpg/SOM012.jpg IMG/jpg/SOM013.jpg IMG/jpg/SOM014.jpg IMG/jpg/SOM015.jpg IMG/jpg/SOM016.jpg IMG/jpg/SOM017.jpg IMG/jpg/SOM018.jpg IMG/jpg/SOM019.jpg IMG/jpg/SOM019NAV.jpg
IMG/arton52 split time café
2007

projet de bar/restaurant à Foc Eybesfeld, Lebring_Autriche Collaborateur du bureau Philippe Rahm architectes, Paris_F /

]]>
Le projet se donne comme une division cellulaire, de ce qui, au départ, est unique, et qui, ici, se dédouble en deux temps parallèles, la nuit et le jour, mais présent en même temps. En réalité, Split time café donne la possibilité d’habiter trois temporalités : l’une naturelle, les deux autres artificielles, physiologiquement produites. Le mobilier est dessiné en conséquence, offrant ainsi une variété d’usage et d’atmosphère, à choisir librement. Le projet est ainsi une machine à traverser le temps, du jour à la nuit, du naturel à l’artificiel et l’architecture est ici littéralement l’art de la construction du temps. / La première temporalité, prise dans une enveloppe de verre clair, est celle, en temps réel, de la course solaire naturelle. Le mobilier est celui d’un café traditionnel, avec tables et chaises. / La seconde temporalité est construite avec une enveloppe en verre coloré jaune, bloquant les longueurs d’ondes de la lumière responsable de la baisse de la mélatonine dans le corps. Elle reproduit donc une nuit physiologique véritable tout en étant lumineuse. Le mobilier est ici plus proche d’un lounge, se rapprochant du sofa voir du lit. / La troisième temporalité est définie par une enveloppe de verre bleu, dont les longueurs d’onde sont celles qui bloquent la sécrétion de la mélatonine dans le corps. C’est donc une pièce d’un jour perpétuel, en action, que l’on convertit en bar, avec table haute uniquement, où l’on reste debout durant de courts séjours.

]]>
IMG/jpg/0_2-2.jpg IMG/jpg/1_2-2.jpg IMG/jpg/2_2-2.jpg IMG/jpg/3_2-2.jpg IMG/jpg/4_2-2.jpg IMG/jpg/5_2-2.jpg IMG/jpg/6_2-2.jpg IMG/jpg/070400NAV.jpg
IMG/arton44 l’entre des vitrages
2006

Concours pour un musée Tadeusz Kantor à Cracovie, Pologne, 2006 Collaborateur du bureau Philippe Rahm architectes, Paris_F Mention d’honneur

]]>
Ce projet pour un musée en Pologne est littéralement une augmentation de l’épaisseur du petit espacement de quelques millimètres entre les verres d’une fenêtre à double ou triple vitrage, jusqu’à en faire un espace habitable, de quelques mètres. À la manière précise des fenêtres contemporaines qui additionnent les couches de verres (verre simple / verre double / verre triples) pour en améliorer l’isolation en diminuant le coefficient de transmission thermique k (W/m2.K) (verre simple : k =5,6 / verre double : k = 3/ verre tripes : k = 2), notre projet additionne les strates, pour améliorer progressivement le coefficient thermique, de couche en couche, offrant ainsi une variété de températures et de luminosités. Contre l’homogénéité du climat moderne, nous proposons une diversité d’atmosphères, de lumière et de températures ouvertes à la transhumance. Selon le type d’activité, selon la saison, nous choisirons une couche plutôt qu’une autre, plus chaude ou plus au nord, plus constante dans sa température ou plus lumineuse. L’architecture trouve ici, dans son langage même, celui, invisible de la lumière et de la température, et dans les nécessités énergétiques liées au développement durable, les moyens de faire surgir des espaces interprétables, extraordinaires, librement ouverts aux comportements et aux fonctions à venir.

]]>
IMG/jpg/060700NAV.jpg IMG/jpg/060701.jpg IMG/jpg/060702.jpg IMG/jpg/060703.jpg IMG/jpg/060704.jpg IMG/jpg/060705.jpg IMG/jpg/060706.jpg IMG/jpg/060707.jpg IMG/jpg/060708.jpg IMG/jpg/060709.jpg IMG/jpg/060710.jpg
IMG/arton43 Open climates
2006

projet de pavillon programmatique scolaire de l’Ecole des Beaux Arts de Nantes_F Collaborateur du bureau Philippe Rahm architectes, Paris_F /

]]>
Notre propos est ici de se libérer de toute prédétermination de forme et de fonction. Ce que nous cherchons est de travailler sur une nouvelle organisation de l’espace où la fonction mais aussi la forme pourrait surgir spontanément de l’architecture comme un climat. Ce qui nous importe aujourd’hui est de travailler dans la matière de l’espace-même, dans la densité de l’air et l’intensité de sa lumière, d’offrir une architecture comme une géographie ou plus exactement comme une météorologie ouverte et mouvante, avec ses différents climats, ses différentes qualités atmosphériques, que l’on habite selon l’activité, selon l’heure de la journée, selon la saison, librement. Notre architecture travaille sur 2 paramètres essentiels de la qualification de l’espace, celui de la lumière et celui de la température, selon deux dimensions, horizontale et verticale. Horizontalement, le plan s’organise comme une poupée russe, de la périphérie vers le centre, entre le plus lumineux et le plus sombre, en une succession de parois de verre qui chacun filtre 25% de luminosité. / Verticalement, l’espace se dessine du bas vers le haut, du plus froid au plus chaud selon le principe d’ascendance naturelle des masses d’air en fonction de leur densité et de leur température. L’architecture se dessine ici finalement comme une combinaison de 4 luminosités par 4 températures donnant 16 climats, variant selon l’heure de la journée et que chacun peut s’approprier en fonction de son activité, de ses outils de travail, de son désir. 16 pièces d’une même surface mais comme autant de climats différents, qui se déroulent en plan et se déploient en altitude. Le choix se fait alors librement, les lieux plus frais où l’on peut être plus actif, les lumières plus faibles et plus homogènes comme celle du peintre du 19ème, le noir complet au centre, pour y travailler les images vidéos ; autant de comportements et d’atmosphères à découvrir, à s’approprier ou au contraire à y succomber.

]]>
IMG/jpg/060500NAV.jpg IMG/jpg/060501.jpg IMG/jpg/060502.jpg IMG/jpg/060503.jpg IMG/jpg/060504.jpg IMG/jpg/060505.jpg IMG/jpg/060506.jpg IMG/jpg/060507.jpg IMG/jpg/060508.jpg IMG/jpg/060509.jpg
IMG/arton42 house dilation
2006

projet de maison/lieu de séjour pour artistes à Grizedale, Grizedale Arts _Eng collaborateur de Philippe Rahm Architectes, Paris_F /

]]>
Dilater la maison sur le site, disperser ses chambres et son programme sur l’ensemble du terrain, choisir différents endroits comme autant de climats singuliers. La maison n’est plus alors cet objet compact et clos : elle éclate, disséminant son programme et ses espaces çà et là sur le site, multipliant les vues, les situations, les lieux d’implantations, les atmosphères, les climats. / On raconte que Georges Perec aurait un jour évoquer ce possible que nous traduisons de mémoire ainsi : avoir son salon dans le quartier latin, son bureau près des Champs-Élysées, sa chambre à coucher à Montmartre et sa salle de bain, sur l’île de la cité. C’est ici l’idée qu’un appartement puisse se disséminer dans toute la ville de Paris, que l’on trouve ses chambres dans différents lieux, selon les heures de la journée, selon l’ambiance du quartier, selon les envies du moment et pourquoi pas de la saison. Les seuils entre deux chambres, ces pas-de-porte normalement d’une épaisseur de quelques centimètres, se dilatent alors sur des centaines de mètres. L’appartement ne fait plus 50 mètres carrés mais un ou deux kilomètres carrés. Et l’habitant habite cet espace dilaté à l’échelle d’une ville, d’un territoire. C’est souvent ces mêmes raisons qui déterminent le choix d’un café d’un côté ou de l’autre de la rue selon l’heure de la journée. En hiver à Paris, on choisira le matin le café situé du côté Ouest de la rue et l’après-midi celui du côté Est, afin de toujours pouvoir profiter pleinement du soleil. / Les différentes fonctions qui constituent l’ensemble d’un programme sont habituellement réunies dans un même bâtiment, « sous un même toit ». C’est ainsi que l’on trouve rassemblées dans un unique bloc (la maison), les pièces qui composent le programme d’une habitation. Chambres à coucher, cuisine, salle de bain, séjour, sont autant de morceaux d’espace, comme autant de fonctions, qu’il s’agit d’agglomérer, d’assembler, de compresser les unes contre les autres, entre 4 murs jusqu’à former un tout, plus ou moins compact, plus ou moins haut selon l’architecture choisie. Un tout qui aura un centre et des côtés, au Nord, au Sud, à l’Est ou à l’Ouest vers lesquels s’orienteront les fonctions. Par exemple, la chambre à coucher est plutôt située au nord de la maison, parce qu’on n’y a pas besoin de beaucoup de lumière. Le séjour est plutôt du côté sud, vers le soleil de l’après-midi. Mais c’est aussi la vue qui déterminera l’implantation des fonctions : le salon donnera sur la belle vue, la chambre à coucher se contentera de donner sur la cour. La maison adapte donc son plan en fonction des qualités extérieures du site. Elle hiérarchise les fonctions, compose une figure qui s’ouvre sur un côté au moins, sur les quatre côtés au mieux. / Notre projet pour Grizedale se donne de travailler sur l’ensemble du site. Il dilate les fonctions dans différents lieux, dans différents climats, dans différentes qualités de lumières, de température et d’humidité, à définir selon les instants de la journée ou les saisons. En réalité, l’architecture se dépouille ici d’une dernière peau, de l’ultime strate de son enveloppe extérieure et c’est l’environnement alors qui acquiert ce rôle, en devenant cette dernière peau, filtrant plus ou moins la lumière, contenant plus ou moins l’humidité, réchauffant ou rafraîchissant selon le lieu et le moment de la journée. Trois sites sont choisis (dans le pré, en lisière, dans la forêt) qui chacun se détermine par rapport à des qualités climatiques spécifiques, en fonction de l’obscurité et de l’humidité créées par les arbres. Selon l’heure de la journée et la saison, la qualité intérieure des chambres variera et ce sera, selon l’activité, un certain type de climat qui sera recherché, la chaleur de la forêt nocturne, la chaleur du pré en hiver durant la journée, la fraîcheur de la lisière au printemps.

]]>
IMG/jpg/060300NAV.jpg IMG/jpg/060301.jpg IMG/jpg/060302.jpg IMG/jpg/060303.jpg IMG/jpg/060304.jpg IMG/jpg/060305.jpg
IMG/arton34 hydracafé
2004

Appel à projet pour la nouvelle cafétériat des Beaux-Arts de Paris en collaboration avec le bureau d’architecture Décosterd & Rahm ass., Lausanne_CH /

]]>
La salle humide. Notre projet est une formulation architecturale immédiate de la fonction initiale de la cafétéria : un espace de réhydratation. C’est à ce niveau infra fonctionnel que nous aimerions travailler, dans la matière même de l’espace et de sa relation au corps. Il s’agit de donner forme à un programme et cela non plus seulement selon des dimensions de représentations visibles, extérieures ou métriques, mais dans le corps même de l’espace et de l’homme : spatialiser la fonction, faire corps avec cette nécessité de se réhydrater, habiter cette humidité, à 75%. / Le corps est constitué pour une majeure partie d’eau. Elle représente 75 % du poids d’un enfant, et seulement 46 % du poids d’une personne âgée. Il y a une perte d’eau estimée à environ 2,5 litres par jour. Cette perte se décompose en 1,5 litre par jour par l’urine, le reste l’étant par l’air expiré et par la peau, par évaporation au niveau des glandes sudoripares. Chaque jour, cette perte doit constamment être équilibré par un apport d’eau et de sel. Créer le lieu de cet apport, faire de la cafétéria le lieu de cette réhydratation, boire mais aussi s’asseoir dans l’humidité, être dans un milieu médian entre l’intérieur et l’extérieur, l’humidité du corps et celle de l’espace. / Notre volonté est de travailler sur un parcours de l’eau, depuis sa diffusion jusqu’à son absorption, en utilisant ses différentes qualités physiques et chimiques, dans son rapport à l’environnement d’abord, au corps ensuite. Le projet se condense à l’expression d’un programme et d’un climat, dans un environnement existant simplement contenu ou dilaté en fonction des saisons. / L’eau est ainsi tout d’abord utilisée pour ses propriétés thermiques, sa capacité à absorber les infrarouges de la lumière solaire, permettant ainsi d’éviter l’échauffement des surfaces vitrées en été. Nous proposons ainsi de couvrir la totalité de la cour d’une surface homogène de verre, comme une surface d’eau, une mince couche d’eau en suspension, une couche d’eau sous laquelle nous habiterions. Sous cette toiture de verre, nous disposons le programme, comme un mobilier simplement déposé, sans toucher ni aux murs existants, ni au sol. L’ouverture angle de la cour, au sud-ouest, est fermée par deux pans de verre coulissant, permettant d’ouvrir totalement l’angle en été. Au centre de la cour, une ligne de 10 mètres de longueur, en diagonal, traverse l’espace. Cette ligne est déterminée au plafond par une série de brumisateur qui diffuse une fumée de vapeur d’eau à 20° C qui tombe comme une légère brume. Au sol, on retrouve une ligne de drain de la même longueur, récupérant l’eau. L’intensité de la vapeur d’eau diffusée est calculée afin d’atteindre un taux d’humidité relatif dans l’ensemble de l’espace de 75%. / En continu, l’eau se répand sur la toiture, entre deux couches de verres étanches. L’eau crée un filtre bloquant les infrarouges. En hiver, la déperdition de chaleur en toiture est ainsi limitée par cette couche d’eau. De même en été, le système s’inverse et c’est au contraire la surchauffe de la lumière solaire qui est limitée à l’intérieur de la cafétéria. Ce filtre d’eau qui s’écoule sur la totalité de la surface de la toiture, modifie constamment la qualité de la lumière à l’intérieur de la cafétéria, qui miroite alors, projetant ces vagues et ses dépressions dans la totalité de l’espace intérieur. Le soir, une lumière artificielle située au-dessus de la toiture, fixée sur les 4 murs de la cour, prolonge cette atmosphère mouvante et humide. C’est un peu comme si nous habitions au fond de la piscine, mais l’eau n’est ici présente qu’à 75% . / En produisant un climat humide, nous cherchons à rendre extérieur ce qui est intérieur, à exprimer spatialement l’humidité du corps, à retrousser le milieu aqueux de notre organisme dans l’espace ambiant. La cafétéria devient le lieu où l’on se réhydrate de l’intérieur, en buvant, mais aussi le lieu d’une réhydratation extérieure, par cette immersion du corps et de sa peau dans l’humidité ambiante. C’est un rôle dermatologique qui s’ensuit, contre la perte de l’élasticité de la peau, le pli cutané. L’humidité de l’espace se dépose ainsi sur la peau, apportant sa part aqueuse au film hydrolipidique, cette émulsion naturelle d’eau et de lipide qui recouvre la surface de la peau. L’une des fonctions essentielles du film hydrolipidique, constitué à la fois de l’eau dermique qui monte dans l’épiderme et de l’eau de l’atmosphère qui se dépose sur la peau, est de retenir l’eau à la surface de la peau, empêchant ainsi sa déshydratation. Il protège les cornéocytes des agressions mécaniques et caustiques ; il maintient l’eau à l’intérieur des cornéocytes et s’oppose à la perte insensible d’eau (perspiration) venant de la profondeur.|section| Afin d’éviter la corrosion ou la rouille, l’ensemble du mobilier est en matériau étanche, de type plastique, comme une étanchéité de piscine. C’est une gamme de meuble, allant du tapis à la table, en passant par le tabouret, la chaise qui est proposée, comme une variation en camaïeu de grandeurs et de bleus. Le meuble de distribution est un peu plus gros. Un réseau libre de tuyaux se terminant par un robinet irrigue l’espace, traînant sur le sol, comme un ensemble de perfusion à disposition des consommateurs. / Le projet pourrait s’inscrire dans une certaine tradition de la fontaine urbaine parisienne, tel que l’on en trouve encore à Paris, chemin de l’arbre sec par exemple. Il s’agit ici de travailler sur une architecture climatique, offrir en été un lieu frais, ombragé où l’on se réhydrate, offrir en hiver l’espace chaud de la réhydratation.

]]>
IMG/jpg/040900NAV.jpg IMG/jpg/040901.jpg IMG/jpg/040902.jpg IMG/jpg/040903.jpg IMG/jpg/040904.jpg IMG/jpg/040905.jpg IMG/jpg/040906.jpg IMG/jpg/040907.jpg IMG/jpg/040908.jpg IMG/jpg/040909.jpg IMG/flv/hydra_cafe.flv
IMG/arton26 net weather
2003

Appel à projet pour la galerie d’art contemporain Makintosh, Lausanne_CH en collaboration avec le bureau d’architecture Décosterd & Rahm ass., Lausanne_CH /

]]>
L’air moderne est contrôlé, climatisé, normalisé. Il nous semble important aujourd’hui de modeler cette masse thermique en tant qu’architecture et expression d’un programme, de la distordre comme une météorologie, générer des turbulences, des dépressions en fonction d’une situation spécifique, de l’activité physique d’un moment, selon un désir d’espace. Concentrer la chaleur, la diluer, générer des climats localisés, des complexités thermiques, des transhumances, des contractions plus ou moins chaudes de l’espace comme une météorologie architectonique, à traverser, à habiter. / Notre proposition est de définir l’espace par nuance de chaleur, de qualifier par endroits le vide lui-même en influençant sa température et ainsi, générer différentes zones et différentes fonctions : travailler assis à 21° C, visiter l’exposition en marchant à 19° C, stocker les œuvres d’art à 16 °C. L’espace est vide. Nous y glissons un réseau tubulaire d’eau chaude, alternativement froide, qui se déploie dans l’espace, se compressant ici, se dilatant là, offrant une variété de conditions, d’espaces, de températures. Selon qu’il est au repos ou en mouvement, le corps nécessite plus ou moins d’un apport de chaleur extérieur. Ce réseau est un circuit d’eau chaude en hiver, un circuit d’eau froide en été. Par convection, il réchauffe et alternativement rafraîchit l’air qu’il traverse. La chaleur se déploie dans l’air qu’elle pénètre pour s’attiédir progressivement avec l’éloignement. Le travail architectural n’est pas réellement géométrique ici mais plutôt thermique. Donner forme à l’espace par radiation, cloisonner par conduction, agencer par convection. L’organisation du plan est une gradation, entre 21° et 16°. Le circuit se développe dans l’espace, il se contracte pour densifier la chaleur, esquisse un sol, une paroi, un plafond, mais aussi une table, un banc, un comptoir. Il génère à partir de lui-même l’espace autour et l’influence selon les besoins sans jamais le contenir, ni le refermer.

]]>
IMG/jpg/030400NAV.jpg IMG/jpg/030401.jpg IMG/jpg/030402.jpg IMG/jpg/030403.jpg IMG/jpg/030404.jpg IMG/jpg/030405.jpg IMG/jpg/030406.jpg IMG/jpg/030407.jpg IMG/jpg/030408.jpg IMG/jpg/030409.jpg IMG/jpg/030410.jpg IMG/flv/galerie_macintosh.flv
IMG/arton21 radio hill
2002

Concours pour le Parc de la Liberté à Soweto_SA en partenariat avec le bureau d’architecture Décosterd & Rahm ass., Lausanne_CH

]]>
Trois strates, trois couches, trois sphères. D’abord la strate géologique, apparue il y a des milliards d’années : une strate permanente, qui forme notre terre. Puis, la strate superficielle, celle plus éphémère, plus changeante, du végétale et de la vie, qui y pousse, qui y croît, qui y meure. Et finalement cette dernière strate, celle des ondes électromagnétiques, de la télévision, de la radio, des télécommunications. Invisible, apparue il y a 100 ans, elle est celle de l’information, l’espace invisible où circulent les mots et les sons, la culture et la musique, la politique et l’éthique. Et son contraire. Elle est la dernière strate de notre globe. Artificielle, elle est celle de l’homme uniquement et c’est ici que se situe la liberté, celle de l’information, celle de la communication. Notre projet est écologique, il préserve les deux premières strates naturelles. Dans la strate géologique, nous y incrustons le musée. Dans la strate végétale, nous y dessinons quelques chemins, et nous aidons la végétation spontanée à y croître naturellement dans la richesse et la diversité d’un écosystème naturel. C’est dans la strate électromagnétique que nous intervenons en matérialisant dans le son ou dans son absence les ondes radios et de télécommunications. Un émetteur capte toutes les radios possibles du monde entier. De multiples haut-parleurs parsèment la colline, dessinant une carte invisible du monde. On déambule sur la colline, et l’on entend, plus ou moins fortement les paroles, les musiques, les bruits, venus du monde entier et réunit sur la colline, comme un globe déployée, avec ses continents de musiques, ses océans de silence, ses campagnes de murmures, ses régions de paroles. / Le Museum est un objet incrusté dans la géologie de la colline. Entièrement recouvert d’une grille en cuivre d’une trame de 30 cm, il est une cage de Faradet, dans laquelle les ondes radios ne peuvent pénétrer. C’est un lieu d’intimité sur l’Histoire de l’Afrique du Sud. / Le Mémorial constitue le socle de l’antenne de réception radio. De forme conique, il est le lien physique entre les trois strates. En bas, il prend racine dans la géologie de la colline, traverse la strate végétale et finit dans la strate électromagnétique en tant qu’antenne. Il forme également une cage de Faradet, mais la trame de cuivre, d’un maillage de 3 cm, ne permet ni aux ondes radios, ni à celles des téléphones portables d’y pénétrer. C’est un lieu de recueillement dans le silence.

]]>
IMG/jpg/020600NAV.jpg IMG/jpg/020601.jpg IMG/jpg/020602.jpg IMG/jpg/020603.jpg IMG/jpg/020604.jpg IMG/jpg/020605.jpg IMG/jpg/020606.jpg IMG/jpg/020607.jpg
IMG/arton20 entre parenthèses
2002

Concours pour le Musée Lapidaire de l’Amphitéatre romain de Nyon_CH en collaboration avec le bureau d’architecture Décosterd & Rahm ass., Lausanne_CH 2ème prix

]]>
Notre projet est de l’ordre du dévoilement par le génie civil et la fouille archéologique : creuser, contenir, mettre à jour. Presque pas d’architecture, peu de signes viennent se surajouter à la ruine elle-même : on révèle simplement la figure élégante de l’amphithéâtre en repoussant le contexte urbain et géologique. Notre projet est constitué de 3 murs de soutènement, trois ouvrages de génie civil qui se cambrent pour mettre à l’écart l’environnement et protéger les ruines. Les ruines ont aujourd’hui perdu autant leurs fonctions sociales que techniques : la courbure de l’amphithéâtre qui autrefois reprenait la poussée des versants a perdu son utilité dans le dévoilement archéologique. Déchaussées, à vif, les ruines sont aujourd’hui des objets fragiles de la mémoire, sur un lit de sable, homogène, presque abstrait, protéger simplement des intempéries par une fine couverture de verre. Travailler les infrastructures nous relie au génie romain, plus proche de l’ingénierie que des arts plastiques. Ainsi, les 3 murs sont des œuvres de génie civil actuel en béton armé ; les quelques salles muséales que nous imaginons comme des lieux d’exposition lapidaire et de projection vidéo se relient à la technique d’ancrage des murs de soutènement : elles s’enfoncent perpendiculairement au mur, dans la colline, sous la ville. / Ce que nous voulons offrir à la ville, c’est un vide réflexif, entre la terre et le ciel, entre la ville et la géologie, une parenthèse d’histoire, en creux.

]]>
IMG/jpg/020500NAV.jpg IMG/jpg/020501.jpg IMG/jpg/020502.jpg IMG/jpg/020503.jpg IMG/jpg/020504.jpg
IMG/arton5 réalités filtrées
2008

projet d’équipements flottant en rive droite de la Seine à Paris_F Collaborateur du bureau Philippe Rahm architectes, Paris_F /

]]>
L’architecture est aujourd’hui confrontée de façon la plus évidente au délitement voire au renversement complet de l’ordonnancement traditionnel de ses catégories et de ses équilibres entre intérieur et extérieur, artificiel et naturel, fermé et ouvert à cause de la pollution et du réchauffement climatique. Si l’environnement extérieur, en dehors de l’architecture, n’est plus naturel, alors pourrions-nous faire l’hypothèse d’une « naturalisation » de l’espace intérieur ? L’architecture pourrait-elle se reconfigurer à travers les enjeux du développement durable et de ses techniques non plus comme le lieu de l’artifice mais de celui du naturel ? Une nature seconde, géologique, chimique où la nature ne serait donc plus en dehors de l’architecture mais en dedans. / La réalité des enjeux du bâtiment liés au développement durable, leur gestion précise, génère la forme architecturale du bâtiment, son organisation fonctionnelle, mais aussi sa poétique spatiale. Elle constitue des thématiques dont nous amplifions le potentiel jusqu’à inventer de nouvelles typologies architecturales. C’est donc la gestion de l’air dans le bâtiment qui génère la forme et la poétique spatiale du bâtiment de l’antenne parisienne des Voies navigables de France. / Notre projet recompose un terroir en intérieur, dans la nécessité des techniques du bâtiment, gestion de l’air, aération avec récupération de chaleur, gestion de l’eau, récupération des eaux de pluie, chauffage de l’eau chaude sanitaire par panneaux solaires, épuration. Ce seront des terroirs naturels mais intérieurs caractérisés par une nature du sol et d’un sous-sol, un climat, une exposition, qui donneront ses parfums et son goût à l’air et à l’eau. La pierre calcaire, de différentes sortes extraites des sols traversés par la Seine de sa source jusqu’à la mer, donnera son goût à l’air, tandis que le verre, le polyéthylène et l’acier inoxydable, resteront chimiquement neutres dans cette composition architecturale, olfactive et gustative. / RENOUVELEMENT D’AIR Notre projet se compose ici à partir des exigences de la gestion de l’air (aération douce et automatique avec récupération de chaleur / Minergie, Suisse) afin de réduire par un facteur 4 l’énergie consommée dans le bâtiment. Notre projet thématise cet apport de l’air pulsé dans le bâtiment, en transformant un problème technique de gaine interne et d’acheminement de l’air dans les pièces en principe architectonique, spatial et poétique. La taille de la gaine de ventilation de l’air pulsée est augmentée jusqu’à devenir un espace habitable qui se glisse, se déforme, se compresse et se détend sur toute la longueur du bâtiment. Plutôt qu’en tôle d’acier galvanisé, ce conduit est construit en pierre calcaire massive porteuse, reprenant sur la longueur, d’Ouest en Est, le parcours géologique de la Seine, de la mer au bassin parisien, du Havre à Paris, reproduit en miniature. La qualité architecturale que nous proposons est celle d’une atmosphère, d’une odeur, d’un parfum, d’un air, un air de Paris, venant de la mer, de l’Ouest qui se chargera, au cœur du bâtiment, de l’odeur fine de calcaire. Quelques chênes sont plantés dans ce parcours, ajoutant par leur présence une touche végétale dans la composition de ce parfum d’air.

]]>
IMG/jpg/RF11.jpg IMG/jpg/RF12.jpg IMG/jpg/RF13.jpg IMG/jpg/RF14.jpg IMG/jpg/RF15.jpg IMG/jpg/RF16.jpg IMG/jpg/RFNAV.jpg IMG/jpg/RF01.jpg IMG/jpg/RF02.jpg IMG/jpg/RF03.jpg IMG/jpg/RF04.jpg IMG/jpg/RF05.jpg IMG/jpg/RF06.jpg IMG/jpg/RF07.jpg IMG/jpg/RF08.jpg IMG/jpg/RF09.jpg IMG/jpg/RF10.jpg
IMG/arton47 tetto
2006

projet d’extension et restructuration de la maison paroissiale di Sant Abbondio Gentilino Montagnola (TI-Suisse) 2ème prix Concours / en partenariat avec le bureau Kunz & Molo, Lugano (suisse italienne) /

]]>
La maison paroissiale est libérée de la fonction publique et est destinée uniquement à demeure du paroissien, avec la possibilité de recevoir des personnes. La nouvelle salle polyvalente avec les services auxiliaires détient au contraire d’une fonction publique et devient donc un élément indépendant de la maison du paroissien. / La construction de la nouvelle salle n’affecte pas le complexe monumental et l’équilibre entre ses parties : l’église, la tour, la maison de paroisse et les voies d’accès. Il est situé dans un corps indépendant, accessible à partir du parvis, qui s’insère sur le côté ouest, le long d’une paroi située entre la pelouse existante en face du parvis et le vignoble plus bas. Un grand toit suspendu entre la pelouse et le vignoble délimite un espace qui s’ouvre sur la nature environnante et possède les caractéristiques d’un nouvel aménagement paysager plutôt que d’un bâtiment réel : un pavillon dans la nature. L’achèvement de la vigne d’un côté et la présence de l’herbe de l’autre, le parvis clôturé voit sa présence dans le paysage renforcée. / Le visiteur pénètre dans le monument par l’une des deux voies. Pour aller à la salle polyvalente à travers un passage dans le mur de la cour qui mène à un escalier. L’échelle va le long d’un mur de pierre entre les vignobles en aval et la prairie en amont. Une haie le long de la paroi définit un espace intime et introverti, qui prépare à la rencontre et à la méditation. Les services, les dépôts et la cuisine sont situés dans l’épaisseur de la paroi. Pour conclure la réunion, le visiteur revient au parvis, d’un point central de la composition territoriale. / La maison paroissiale a été élargie à l’égard de la structure et comme un élément intégré dans le mur d’enceinte parvis. À l’extérieur on simplifie le corps. L’intérieur est disposé horizontalement : * au rez-de-chaussée à la cave est ajoutée à un corps qui devient la maison de la collaboratrice de la famille, avec accès indépendant. * le bureau au premier étage et le salon qui ouvre sur la terrasse créée par le nouvel corps ajouté. * au premier étage se trouve la partie privée du curé avec une petite bibliothèque.

]]>
IMG/jpg/tetto001.jpg IMG/jpg/tetto002.jpg IMG/jpg/tetto003.jpg IMG/jpg/tetto004.jpg IMG/jpg/tetto001NAV.jpg
IMG/arton51 air labyrinthe
2006

projet du Ministère de l’Intérieur Allemand à Berlin Concours En collaboration avec l’architecte Barbara Kösler, G

]]>
Un air de roses Wir denken, Projekte sollen nicht nur von der bestehenden städtischen Matrix profitieren und deren Energie verbrauchen, sondern sich auch in das Stadtgefüge einordnen, es akzentuieren und neue Energie erzeugen. / Der Lebensraum des geplanten Ministeriums Es liegt in einer Kuhle, geschützt von dem Bahndamm, dem Alt-Moabiter Werder, der Kastanienrampe und der Mauer des Band des Bundes. Seine Nachbarn sind der zukünftige Berliner Hauptbahnhof, das Regierungsviertel, die Spree, der Tiergarten und das Viertel Moabit. An der Grundstücksgrenze verläuft ein unsichtbarer Zaun. Wir konstruieren ein Gebäude aus Glas, von Licht und Luft gespeist. Es ist transparent und gleichzeitig sicher. Das Innere ist geschützt. Benutzt von den Mitarbeitern des Innenministeriums, den Staatssekretären und dem Minister wird es zu einem Organismus, der über den Ort hinaus strahlt und reflektiert - eingebettet in den Ort, geschliffen vom Ort, geschützt vom Ort, wie ein Schatz, der Kraft hat und Stärke verleiht. Der Blick des Passanten fliegt darüber hinweg zu oben genannten Nachbarn. Der öffentliche Bereich, der Zugang zum Ministerium liegt westlich der Kastanienrampe, an der fußläufigen Verbindung zwischen Lehrter Bahnhof und Spree. Die Protokollzufahrt erfolgt über die Kastanienrampe zur Ingeborg-Drewitz Allee. Die Anlieferung erfolgt über eine Rampe von der Strasse Alt-Moabit – ebenso der Weg zur Tiefgarage. Beide Funktionen liegen unter dem Gebäude. Die beiden Grundstücke östlich der Kastanienrampe werden über die Elisabeth-Abegg Straße erschlossen, am Beispiel der bestehenden Polizei- und Feuerwache. Die dafür geplanten Gebäude sind in Form und Anordnung den dort wachsenden Bäumen ähnlich. / Das BMI und seine Erweiterung Ein riesiges flaches Gebäude - außen scharf geschnitten, im inneren dekomponiert in verschiedene Teile - sitzt unter Blättern von Bäumen, in Referenz zur Erde und der den Ort umgebenden Topographie (Viadukt, Kastanienrampe, Alt-Moabiter Werder, Band des Bundes). Über eine grosse helle Halle betritt man das Innere. Über eine einladende Treppenanlage gelangt man in die Welt des Innenministeriums : Ein großzügiges unterirdisches Foyer dient als Verteiler zu den einzelnen Abteilungen, öffentlichen Einrichtungen und dem Parkdeck darunter. Es ist von der Aussenwelt abgeschlossen und sicher. Über Treppen- und Liftkerne gelangen die Mitarbeiter in ihre „Häuser“.In jedem Teil des grossen Gebäudes ist eine Abteilung untergebracht. Somit hat jede Abteilung ihr eigenes Haus : Jeweils ein ganzheitlicher Raum, keine kabinettartige, spezialisierende Teilung. Sowie es Abteilungen gibt, gibt es auch die öffentlicheren Häuser, wie Bibliothek, Kantine, Konferenzräume. Die Stimmung im Ort : Zusammenhalt der Abteilungen untereinander, Fürsorge für die öffentlicheren Häuser, Verantwortung fürs eigene Haus, Identität mit dem Ort. Die Wege, die die Häuser umgeben, dienen der Belichtung, Belüftung und als Fluchtwege. Informelle Gärten können entstehen. Aus der das Gebäude umgebenden Bepflanzung wird Luft angesaugt und im Gebäude verteilt. Dieses geothermische Ventilationsystem, an die Treppenkerne gekoppelt, beliefert die einzelnen Ebenen der Häuser mit frischer, duftender Luft. Sie streichelt die Glasfassaden , fällt ab und steigt auf – sie kühlt im Sommer und wärmt im Winter. In den Häusern jedoch herrscht je nach Funktion eine eigene Atmosphäre. Das Tageslicht dringt seitlich durch die Wände aus geschichtetem Glas. Durch das Dach glimmt die Sonne den ganzen Tag. Das Arbeiten stimmt die Beschäftigten fröhlich und erfüllt sie mit Stolz an diesem Ort wirken zu können. Aus dem grossen „Fenster“ - darin sitzt die Eingangshalle - können wir die alten Kastanienbäume und im Hintergrund das Kanzleramt sehen. Als Kontrast haben wir die beiden anderen Grundstücke mit Büro bzw. Wohnhäusern im Wald frei komponiert. Das Ergebnis ist eine Neuinterpretation der vorgefundenen städtischen Landschaft auf einem Grundstück in der Mitte Berlins. Das gläserne Dorf als Ort für1350 Mitarbeiter des BMI, die in einem neuen Klima arbeiten, kontrolliert durch die Erde, offen zur Umgebung, in einem gekreuztem Wind von Luft, einer Luft parfümiert von speziellen Pflanzen.

]]>
IMG/jpg/0-3.jpg IMG/jpg/003.jpg IMG/jpg/008.jpg IMG/jpg/017.jpg IMG/jpg/018.jpg IMG/jpg/PLAN.jpg IMG/jpg/airNAV.jpg
IMG/arton23 güc
2002

Appel à projet pour un Jardin d’enfants à Hanoï_Vietnam en partenariat avec le bureau d’architecture Décosterd & Rahm ass., Lausanne_CH /

]]>
Un territoire en transformation Nous prenons connaissance de Bac Ninh, ville actuellement en grand développement au nord-est de Hanoï. A l’est du centre historique de la ville, les nouveaux boulevards se construisent au rythme accéléré et imprévisible du développement urbain qui est celui du Vietnam aujourd’hui. Ce quartier regroupant des services publics prend le pas sur les terres fertiles de ce qui était, il y a peu encore, la campagne : la parcelle qui accueillera le jardin d’enfants est actuellement occupée par une rizière. La prédominance des terres agricoles, fertilisées par les alluvions du Fleuve Rouge signe le caractère de la région de Bac Ninh qui, depuis le nord de Hanoï, s’étend jusqu’à la frontière chinoise. Dans ce paysage, la terre rouge argileuse et le vert des cultures sont liés par la présence de l’eau ; substance sacrée et hautement symbolique autant que réseau des principes limoneux du territoire, l’eau impose son horizontalité fluide au paysage. Moussons, crues, purifications, rizières, canaux, égouts, viviers : tout s’y ramène. L’urbanisme pressé des villes à croissance rapide nivelle littéralement cette richesse du territoire en édifiant des terre-pleins au-dessus du niveau inondable. Ce comblement par îlotage préfigure une avancée de la ville contre le lien nourricier du sol où la dernière couche l’emporte sur celles qui préexistaient. Nous souhaitons nous affranchir de cette fatalité d’une destination univoque du sol. Si nous admettons une urbanisation par superposition de couches horizontales, telle qu’elle se pratique ici, nous ne saurions nous satisfaire de la simple addition de remblais techniques. / Un urbanisme de strates matérielles Dans le projet de jardin d’enfants à Bac Ninh, nous consacrons la stratification matérielle du territoire dans un principe de constitution du projet : un niveau d’eau, un niveau de terre cuite et un niveau de culture maraîchère. Entre ces nappes horizontales se disposent les pratiques sociales dans des climats d’ombre et d’eau évaporée. Dans un premier temps, nous définissons une strate d’eau, un réseau à ciel ouvert qui collectera l’eau de pluie des bâtiments, délimitera les espaces extérieurs propres aux différents âges des enfants et sera relié au niveau d’irrigation des rizières actuelles. Ce réseau drainant doit pouvoir absorber les fortes pluies des moussons et contribuer, pendant la saison sèche, à la régulation thermique des différents espaces du jardin d’enfants. Il remplit par ailleurs un rôle alimentaire puisqu’il sert également de vivier pour des carpes. Nous établissons ensuite un sol praticable de terre cuite, restituant la terre rouge de la région sous une forme manufacturée traditionnelle au Vietnam. Ce sol traverse les rez-de-chaussée des bâtiments et se prolonge à l’extérieur, dans les différentes cours, d’un canal d’irrigation à l’autre. Finalement, à trois mètres du sol, nous déployons une nappe de culture maraîchère en treille ; les fruits de gùhc sont cultivés ainsi traditionnellement. / Les bâtiments d’un écosystème Pour leur part, les bâtiments sont constitués de deux parties distinctes : une partie en dur construite en béton armé abrite les lieux de repos. Détachée du sol par des piliers, elle constitue l’étage des trois bâtiments d’accueil réservés aux enfants. Ces masses surélevées émergent de la nappe de culture en treille qui recouvre l’ensemble du site. Conjointement et sous le volume de l’étage se trouvent, au rez-de-chaussée, les lieux de vie et d’activités collectives, séparés des cours ombragées par de grands claustras de bois qui permettent d’ouvrir à volonté ces espaces sur l’extérieur. L’avant-toit en saillie de l’étage abrite les circulations extérieures tandis qu’à l’arrière du bâtiment, la toiture en pente déverse l’eau de pluie dans le circuit d’eau du vivier des carpes. D’un point de vue programmatique, nous proposons d’adjoindre aux trois bâtiments d’accueil privé un bâtiment sur un niveau le long du boulevard, abritant des services à vocation publiques telles la bibliothèque de quartier et l’infirmerie. Ce bâtiment réunit également les parties communes du jardin d’enfants, soit le réfectoire et ses cuisines ainsi que la partie administrative. Notre volonté pour ce centre de vie enfantine est de constituer un large écosystème réunissant les différents flux humains, végétaux et animaux et les cycles énergétiques liés au carbone et à l’eau. Si la ville est le lieu du corps social, elle est bien sûr celui du corps individuel lié à un organisme plus vaste : un corps-territoire. Il appartient à notre temps de le réaffirmer et de le transmettre.

]]>
IMG/jpg/020800NAV.jpg IMG/jpg/020801.jpg IMG/jpg/020802.jpg IMG/jpg/020803.jpg IMG/jpg/020804.jpg IMG/jpg/020805.jpg IMG/jpg/020806.jpg IMG/jpg/020807.jpg IMG/jpg/020808.jpg IMG/jpg/020809.jpg IMG/jpg/020810.jpg
IMG/arton69 trans-for-matrice
2002

projet de centre administratif et logements _Lausanne (Suisse) Concours Europan /

]]>
une usine verte / STOCKAGE EN AQUIFÈRE ET PHYTOREMÉDIATION Le projet se place dans un contexte d’avenir d’une zone urbaine industrielle en passe de devenir un lieu d’expérimentation de nouvelles pratiques liées à la gestion des déchets. Un territoire dont le sous-sol reste encore en partie pollué du fait de l’exercice industriel passé. La prise en compte du sol en tant que territoire d’édification semble manifestement un donnée majeure quant à la qualité environnementale à proposer pour le futur. Le territoire d’étude fait apparaître clairement des zones spécifiques en regard à leur disponibilité dans le temps. Néanmoins, chaque zone pourrait se situer dans une reconquête progressive de l’ensemble de façon indépendante et autonome. Le choix du territoire du projet présenté propose un possible proche dans le temps car dénué de structures bâties : une zone en friche le long des voies ferrées et postée le long d’un futur raccordement routier. Le projet s’inscrit dans cette voie d’avenir en soumettant un possible d’usine verte habitable capable de générer et de stocker une partie de son énergie dans son sous-sol tout en en prenant soin. A l’instar du programme Énergie 2000, le principe énergétique est un stockage saisonnier de chaleur et de froid en aquifère. Les données géologiques et hydrologiques du sous-sol permettraient cette option. Quant à la gestion de la pollution résiduelle de surface et en profondeur, le principe serait la phytoremédiation, procédé biologique de nettoyage des sous-sols pollués par les plantes hyper accumulatrices à croissance rapide. / UNE MASSE VÉGÉTALISÉE Cette usine verte prend la forme d’une masse végétalisée et construite de plus de 400 m de long sur 40 m de large et 35 m de haut. Des massifs boisés composés de saules argentés s’inscrivent dans les entre-deux des barres/tours de logements et bureaux. Celles-ci sont disposées sur des fondations en micro-pieux ne nécessitant aucune excavation. Leurs façades sont entièrement composées de verre et chaque plateau offre près de 400 m2 de surface utile. Au sommet de chaque édifice, une toiture en pente orientée plein sud est comosée en totalité de panneaux thermo-solaires capables de chauffer l’eau du réseau puis, par un principe de pompage/puslage d’être insuflé dans la nappe phréatique : un stockage énergétique très économique géré par une mini-centrale en aval s’affairant du flux hydrologique en boucle. La mase ainsi constituée est immergée dans une végétation de prairie semi-maigre agrémentée d’espèces pionnières ainsi que d’espèces plantées (moutarde indienne, chanvre, alysse, ibéris, tabacs, tournesols,…) participant à la phytoremédiation de la zone non saturée du territoire.

]]>
IMG/jpg/NAV-8.jpg IMG/jpg/TR01.jpg IMG/jpg/TR02.jpg
IMG/arton17 terrain
2001

Concours pour le Centre International du Sport à Lausanne_CH collaborateur du bureau d’architecture Décosterd & Rahm ass., Lausanne_CH /

]]>
La définition d’un terrain Un monument en creux : la simple définition d’un périmètre dans le paysage comme l’expression d’un lieu de convergence collective : un vrai terrain aux dimensions d’un terrain de sport, de près de 50 mètres par 25 mètres où concourent les regards, où la multiplicité et l’individualité se rassemblent. Nous choisissons la délimitation d’un vide comme image de la Maison du Sport Internationale de Lausanne. Peu d’architecture mais un terrain, ouvert au ciel qui rassemble les différentes fédérations sportives, offrant ainsi une unité de lieu et de vie à la diversité des résidents et des activités. Seul émerge dans la pente le pavillon d’accueil, que surplombe la cafétéria, belvédère de détente ouvert sur le paysage lointain, du lac et des montagnes. / Des espaces ouverts Le bâtiment propose de vastes plateaux totalement libres et clairs. La structure porteuse est ponctuelle et régulière. Toutes les cloisons sont modulables, leurs emplacements étant à définir avec chacune des fédérations. Les sols sont en parquets de bois clair. Les cloisons sont en verre plus ou moins transparent selon l’organisation des bureaux. / Un gazon Les espaces extérieurs sont entièrement couvert d’un gazon. Seuls les cheminements piétons et carrossables sont en enrobé blanc. Au cœur de la Maison du Sport Internationale de Lausanne, nous trouvons, en creux, un terrain de terre battue ou de gazon, reprenant une œuvre des artistes suisses Lang / Baumann de 1999 proposée initialement au Wankdorf de Berne.

]]>
IMG/jpg/010600NAV.jpg IMG/jpg/010601.jpg IMG/jpg/010602.jpg IMG/jpg/010603.jpg IMG/jpg/010604.jpg IMG/jpg/010605.jpg
IMG/arton13 sur le chemin de l’école
2001

projet d’Ecole primaire à Villars_CH Concours / collaborateur du bureau d’architecture Décosterd & Rahm ass., Lausanne_CH /

]]>
Un chemin dans la montagne. C’est avant tout un chemin que nous créons, une sente dans la montagne, traversant d’abord la forêt, à flanc de coteau ensuite, d’en bas jusqu’en haut. Un chemin qui suit la pente, accepte ses mouvements, une inclinaison plus douce qui se raidit parfois. On marche sans jamais perdre le sol, l’architecture se déploie sur le terrain, un seul niveau. Les classes sont comme des maisons : leurs portes donnent sur le chemin. De l’autre côté du mur, les classes s’ouvrent sur l’aval et le lointain. L’école est un lieu de vie, elle n’est pas réellement un bâtiment, mais plutôt un morceau de village qui se développe le long d’une rue. L’école est un lien entre le bas -où l’on arrive à pied- et le haut -où l’on arrive en voiture. Le chemin est en pierre dans le paysage, s’ouvrant à l’ouest, au sud, au nord et à l’est au fil de l’ascension. Des lumières différentes, des paysages différents, proximité et lointain, les herbes, des lieux de détente, des moments d’empressement, des étapes, des rencontres, entre le haut et le bas. / Une ligne dans le paysage. Notre architecture relève du paysage. Une ligne, comme un chemin dans la pente, qui se casse dans son ascension. Basse, prise dans la terre, une ligne de terrain soulevée et recomposée. Une intervention à la fois forte et furtive, prise dans le sol, parfois invisible, s’inscrivant dans les remblais des tennis, en contrebas : un socle remodelé. Dans les montagnes, nous cherchons la forme d’un programme important. A côté des petits volumes épars des chalets, nous choisissons de développer une typologie urbaine, basse, et de ne pas grossir une volumétrie. Envers l’importance volumétrique des nouveaux programmes, nous choisissons la tempérance. Étendre une architecture, qui se tapie au sol, la ligne affirmée d’un mouvement de vie mais soucieuse du préalable. Un mur de pierre se déploie dans la pente : il est la colonne vertébrale de l’école, sa structure intérieure. La toiture est en terre. Elle est couverte de neige en hiver. / Une architecture solaire de bois, de pierre et de verre.L’école se présente comme un long corps de bois surmonté d’un toit de terre et de prairie. La structure porteuse, les façades et la toiture sont en bois, en sapin. Au milieu du bâtiment, comme une épine dorsale, un mur en pierre sombre appareillé partage l’espace de l’école. D’un côté, les classes s’ouvrent en aval sur le paysage. Leur sol est en bois. De l’autre côté, le chemin est en dallage de roche métamorphique, riche en éclats brillants de mica biotite et muscovite, ouvert à la lumière du sud. Le chemin est totalement vitré au sud, constituant un système climatique solaire passif. Le mur de 80 cm d’épaisseur, au coeur de l’école, est un volant thermique : il amasse dans la journée une quantité importante de calories qu’il restitue en cas d’absence de soleil ou en fin d’après-midi. Le dallage de pierre accumule également la chaleur qu’il restitue par inertie. Ainsi, ce chemin n’a pas un climat constant. Nous acceptons ses variations de température et d’ambiance comme l’expression d’un lieu de passage entre l’extérieur et l’intérieur, un entre-deux poreux, sensible aux heures de la journée et aux saisons dont la température varie de 15° à 25°.

]]>
IMG/jpg/010204.jpg IMG/jpg/010205.jpg IMG/jpg/010206.jpg IMG/jpg/010207.jpg IMG/jpg/010208.jpg IMG/jpg/010209.jpg IMG/jpg/010210.jpg IMG/jpg/010211.jpg IMG/jpg/010212.jpg IMG/jpg/010213.jpg IMG/jpg/1-3.jpg IMG/jpg/00.jpg IMG/jpg/0102NAV.jpg
IMG/arton3 vitaville
2007

projet de nouveau quartier de ville /habitation et services/ à Reims_F Concours / Collaborateur José Silva, Madrid_E /

]]>
Le projet présente une réponse radicale à la problématique mis en débat par cette 9ème édition d’EUROPAN. Il s’agit ici de tendre vers cette nouvelle urbanité de l’habitat entremélant ville et nature dans une dynamique de mobilité. Celle-ci est portée par les instances de coulée verte urbaine, gage de bien-être et de découverte. Le projet à pour ambition de produire un cadre de connection pour l’espace public tendant à se fondre avec l’espace privé par les enjeux des possibles. La notion très contemporaine du loisir dégage des ingrédients plus que favorable à la mise en place de structures urbaine mélant habitat, nature et détente. Le projet propose de prendre effet sur la coulée verte en place et de l’étendre vers la ville plus que l’inverse. Il s’agit là plus d’une invasion inversée profitant d’un secteur en quasi abandon urbain, coupé par une voie rapide. Cette prise de territoire inversée sous-tend l’idée que la ville à tout intérêt à se construire sur un élan de la nature vers son tissu plus que le contraire. En effet, la prise de la ville ne peut être convaincante que si elle offre de l’espace à la nature pour après s’y développer. L’actualité est d’autant plus féconde en la matière qu’elle dégage des besoins d’espace de loisir au sein même de la ville. Les promoteurs privés ainsi que les pouvoirs publics s’orientent de plus en plus dans cette voie pour le moins pertinente. Il reste à l’urbanisme de garantir un certain espace dillué. L’espace public contemporain s’oriente vers l’interactivité et par là même se doit de dégager un potentiel plus large que celui du vide ou de l’espace polyvalent. Il s’agit d’offrir véritablement une réelle qualité de vie dans ces espaces et de donner envie aux citadins d’y passer du temps. Le corps devient également de plus en plus central dans les besoins humains. Vitaville ambitionne de créer de la porosité et de l’échange au sein d’un paysage fertil et porteur de vie. C’est aussi un cadre pour l’appropriation, cause inéluctable si l’en ai pour l’identification d’un territoire. Cette ville jardinière entretient les notions de biodiversité et pose les jalons d’un nouvelle forme d’agriculture urbaine cadrée par un parcours de loisir et de transit. Ce projet s’oriente donc vers une relecture du potentiel urbain et à ses espaces verts tendant à s’étendre vers les anciens quartiers de ville. Ces derniers n’offrant en général que des espaces délaissés mais marqués par le sceau de cultures maraîchères passées, offrent l’opportunité majeure d’entremêler la nature à la ville dans une orientation plus contemporaine et donc plus dynamique. Il tend à édifier des lieux entre croisant un tissu urbain fonctionnel avec les attirances actuelles des citadins qui choisissent de moins en moins de s’extraire de la ville pour gagner la campagne, mais plutôt de trouver intra-muros les qualités d’une ruralité urbaine en prise avec la célérité contemporaine de nos besoins. / Vitaville est un projet de développement urbain disposant une structure territoriale et paysagère dirigée vers le bien être et la vitalité. Son langage croisant habitat, espace public et réseau de circulation, génère une concrétion spatiale et fonctionnelle gérée par la mobilité, offrant par là-même aux citadins un cadre de vie fertile et stimulant. Vitaville est avant tout un projet de parcours de loisir et de détente, reconnectant le quartier Saint Anne avec la Vesle et la coulée verte jouxtant ses abords. Ce parcours public accessible depuis le réseau viaire du quartier jusqu’aux berges du canal constitue un véritable territoire suspendu prennant la forme d’une passerelle géante articulant des cheminements dans un cadre arboré de cultures fruitières requalifiant l’identité contextuelle du site, marquée à ce jour par la présence de jardins maraîchers. Outre un délassement statique ou une simple promenade, ce parcours en terrasse propose un programme d’entraînement sportif garantissant l’entretien physique du corps : une quinzaine de postes étalés successivement sur le parcours couvrant près de 2 Km et 80 m de dénivellation, offrent la pratique d’exercices rythmés selon un programme d’entraînement bien précis. L’ancienne autoroute rendue boulevard en passant à 2x2 voies est également plantée d’arbres et franchie par le parcours. Le réseau viaire est conservé et enrichi afin de distribuer le quartier ; il est également connecté au boulevard créant par là-même un carrefour offrant la double orientation et le double accès au site.|section| Le programme proposé sur le site du quartier Saint Anne s’oriente vers des ensembles d’habitations convenant également à des locaux associatifs ou ateliers. Ceux-ci sont disposés sous le parcours et y sont directement connectés. L’espace public est issu de la forme architecturale qui le supporte et renvoie à une idée d’espace aux multiples activités se déroulant dans un cadre paysagé marqué par la diversité. Les multiples vergers constituent une véritable forêt fruitière accroissant par là-même les échanges et pratiques interactives possibles. Le gabarit volumétrique des habitations s’étend à la verticale, les mettant en relation constante avec le sol naturel et le sol suspendu. Les espaces de parking s’intercalent dans les plis des constructions offrant un accès aux logements depuis le parc arboré. Le territoire projeté offre ainsi une possibilité étendue aux habitations dans leur accès à un extérieur plongé constamment dans l’arboretum. Au sein du territoire de la Coulée Verte, un programme d’hôtellerie et plus précisément d’équipement qualifie le territoire disposé sur le flanc nord-ouest du site et proche du départ et de l’arrivée du parcours, eux-même connectés au canal et qualifiant un envisageable arrêt de bateau/transport public. / Quatre typologies d’habitations individuelles groupées sont proposées ; elles disposent d’une volumétrie généreuse connectée horizontalement aux vergers et verticalement au parcours.

]]>
IMG/jpg/070200NAV.jpg IMG/jpg/070201.jpg IMG/jpg/070202.jpg IMG/jpg/070203.jpg IMG/jpg/070204.jpg IMG/jpg/070205.jpg IMG/jpg/070206.jpg IMG/jpg/070207.jpg IMG/jpg/070208.jpg IMG/jpg/070209.jpg IMG/jpg/070210.jpg IMG/jpg/070211.jpg IMG/jpg/070212.jpg IMG/jpg/PARCOURS.jpg
IMG/arton46 immersion subtropicale
2005

Appel à projet pour la restructuration paysagère du Parc botanique de l’Isola de Brisago, Ticino (Suisse italienne) En partenariat avec le bureau Oficina del Paisagio_Lugano /

]]>
Immersione subtropicale in una dimora storica Un’ isola è sempre una destinazione idilliaca, anzi affascinante. Al nuovo arrivato viene proposto di sperimentare una situazione insulare, e dunque di esperire un mondo chiaramente delimitato, che potrà dominare nella sua totalità. / La carta come oggetto di accompagnamento all’esplorazione dell’ Isola, intende suggerire l’idea di scoperta di un territorio, della sua segretezza, del suo mistero… La lettura corretta della carta permetterà di accedere a molteplici conoscenze, e dovrebbe tenere lontana la paura ‘del perdersi’. Approdare sull’Isola, è già conquistare un nuovo mondo, un nuovo territorio, una nuova conoscenza. Inoltre la particolarità di quest’Isola è il suo giardino botanico le cui storia e aneddoti partecipano all’identità dell’Isola stessa. / Quest’avventura botanica iniziata grazie alle virtù di un clima atipico, è sorta da un connubio piuttosto felice tra la media di soleggiamento, di precipitazioni, e di temperature annuali particolarmente elevate. Una particolarità climatologica che senz’altro ricorda quella di lattitudini mediterranee caraterrizzate dalla presenza di specie subtropicali. / L’insieme di questi elementi ci portano a pensare che l’idea di un ‘altrove’ geoclimatico preesista nell’identità stessa dell’Isola e che si tratterebbe quindi di accentuarlo, al fine di immegere il visitatore veritabilmente in quest’altro mondo. Insisteremo così sul lato introspettivo dell’Isola… Per coltivare questa immersione in giardino subtropicale, proponiamo un cammino radicale, attento anche ai dettagli, al fine di permettere realmente uno spaesamento in questo luogo sovra-naturale, sovra-territorializzato ; in un luogo dove l’antropia approfittando dei processi naturali ha fatto nascere un ‘eden’ naturalmente approdato da lontano. / Al fine di presentare questo territorio sotto una veste pedagogica e scientifica, abbiamo pensato che la nuova disposizione delle piante e dei percorsi dovevano nascere dalle potenzialità geoclimatiche del luogo stesso, che vanno così a delineare grandi zone denominate Biomi. All’interno di questi biomi si delineano un insieme di ecosistemi, che verrebbero attraversati dal visitatore, immergendolo così in una flora esotica sorprendente. La pressante sensazione fisica e la bellezza dell’emozione di ogni ecosistema porterà allora il visitatore alla voglia di conoscenza e all’interesse più strettamente botanico. / Infine, il carattere ‘privato’ della Villa, completa il senso di questo luogo subtropicale. Abbiamo nella proposta voluto mantenere questa peculiarità, volendo offrire a tutti la possibilità di penetrare nell’intimità di un giadino privato, rendendolo così ancora più esclusivo, prezioso, raro, e dunque da rispettare.

]]>
IMG/jpg/01NAV.jpg IMG/jpg/0-2.jpg
IMG/arton14 Les franges de l’immersion
2001

Concours pour le réaménagement des berges de Lugano_CH Mémoire et projet /TPFE du Diplôme d’Architecte /

]]>
L’histoire du sentiment du Sublime sera l’histoire de la capture de la limite ; une limite qui n’est plus circonférence, mais ligne de transgression, frontière. Mobile, fuyante, provisoire, cette limite est, malgré cela, le fondement de toute expérience, le point de départ de toute aventure. Hippocrate / Le présent mémoire dresse le glossaire d’une attitude et de sa projection face à la reconquête d’une ville en contact avec un milieu naturel, en l’occurrence la ville et le lac de Lugano au Tessin. Une ville qui, au cours du XIXème siècle, façonna ses rives comme un déambulatoire romantique voué à l’exercice de la contemplation et du prestige.Le réaménagement d’une frange urbaine et son expansion implique une reflexion délicate sur le rapport qui s’engage et sur ce qu’il préfigure. Le fondement de ce rapport est sous-tendu par l’idée du lien selon qu’il s’établisse par l’intermédiaire de prolongements saisissables. Une frange est le territoire privilégié des prolongements dans la mesure où elle ne les condamne pas à l’absence ou ne les réduisent à une esthétique. Sa porosité permet de générer l’échange et non la rupture selon qu’elle insuffle des pratiques et athmosphères nouvelles en rapport avec son milieu environnant : des interconnexions pour la souveraineté du vivant. / USAGE DES RIVAGES Au travers et au-delà d’une suite de recommandations pratiques, et notamment de tabous, c’est en effet toute une attitude de l’Homme envers les choses et l’environnement que caractérise le Sakutei-ki. Un thème domine : respecter la nature, la suivre. La Nature, c’est ce qui, dans les choses de l’environnement, va de soi-même, ce qui est natif, inné. / Au cours des âges et de l’Histoire, les villes aux bords des lacs ont chronologiquement tenu et défini des attitudes différentes quant à l’usage et l’échange qu’elles engageaient avec cette présence naturelle si particulière. Après en avoir fait le dépôt des eaux souillées, de l’avoir utiliser comme force motrice et comme réceptacle de pompage, elles s’engagèrent vers l’utilisation de ses vertus curatives et de son pouvoir de dépaysement. Au XIXème siècle, le tourisme devint l’écho premier de la présence du lac, ce qui prévalut à l’aménagement des rives et la construction des hôtels, ce qui chassa les industries et l’artisanat des zones centrales. Quand dans les années 60, survint l’hédonisme, les pratiques s’accélérèrent et le lac devint le refuge de tous les abandons. Toutes sortes d’équipements vinrent à nouveau façonner un visage troublé à la présence du milieu naturel. De nos jours, la plupart de ces bords de lac urbains restent muets à un dialogue plus ouvert. Quelles relations nouvelles peuvent être profilées dans un contexte où l’écologie prend de plus en plus de place ? Quelles pratiques peuvent être engagées et sous quelle forme ? En tant que frontière sensible entre milieu stable et milieu dynamique, quelles interpénétrations peuvent en être issues ? Entre promesse de précarité et sollicitation mobile invitant au voyage, cette limite peut-elle assumer une dualité autre que rupture défensive ou promontoire des regards ? Quel nouveau territoire peut-il être engendré dans l’émulsion de l’échange et du partage ? C’est précisément cette situation d’indéfinition, de contraste et de dualité qui permet bien souvent de bouleverser les habitudes d’une discipline, de rompre avec un système afin d’impulser des réponses sous-tendues par des forces dissemblables et donc de conférer un caractère expérimental aux projets. Porter à considérer ces bordures sensibles comme des milieux épidermiques dotés de pores respiratoires, agissant entre milieu dynamique et milieu stable, pourra peut-être nous conduire à faire émerger de nouvelles situations. |section| PRISE EXISTENTIELLE L’histoire ne prend chair qu’à travers le milieu. En se combinant ils structurent l’existence sociale, de laquelle l’existence humaine ne peut s’abstraire ; car le moi ne prend conscience de lui-même qu’en tant que relation interpersonnelle.Augustin Berque // Nous reflétons notre relation envers le monde nous reflétant et reflétant nos corps dans le miroir de la Terre.Foucault / Nous apprenons en connaissant le terrain dans lequel on vit. Nous construisons en traçant ce terrain. L’architecture est une manière de nous faire réaliser notre situation dans ce terrain, et la manière avec laquelle nous élaboront nos espaces propres. La question est de savoir de quelle manière l’architecture peut se cristalliser ou contribuer à transformer nos villes en des paysages qui nous libèrent de par leur "beauté" et de par leur potentiel d’exploration, de la même manière que l’air libérerait la ville. Anthony Giddens, sociologue et économiste anglais, avance que nous sommes tous continuellement en train de nous construire nous-même. Toute notre existence, en tant qu’êtres humains, est orientée à nous recréer nous-même moyennant la construction d’un intérieur en relation avec l’extérieur, essayant de trouver le chemin que nous devons suivre dans le monde et de nous définir moyennant la création d’une structure plus ou moins stable. Ceci n’est pas seulement une activité ayant trait au solipsisme. C’est le tracé et la construction d’un paysage d’action qui permettent que cette relation du moi (terme emprunté à Aaron Betsky) puisse émerger. Platon concluait déjà que la tâche la plus difficile consiste à se connaître soi-même. L’homme ne peut échapper à l’emprise de sa propre culture, qui atteint jusqu’aux racines mêmes de son système nerveux et façonne sa perception du monde. L’Homme et ses extensions ne constituent qu’un seul et même système. C’est une erreur de traiter l’Homme à part comme s’il constituait une réalité distincte de ses villes et de son environnement. L’étude proxémique rend la profondeur des contacts humains plutôt que leur détachement. Sa perception de l’espace est dynamique parcequ’elle est liée à l’action, à ce qui peut être accompli dans un espace donné, plutôt qu’à ce qui peut être vu dans une contemplation passive. Les espaces hétérotopes sont ces mondes flottants de réconciliation et de défi qui nous permettent de comprendre commment l’on vit dans le terrain qui nous entoure. La construction de tels paysages alternatifs nous situe entre l’absolu de la nature et l’absolu de l’artifice humain comme des modulateurs et des révélateurs du paysage, qui nous fait à mesure que nous le faisons lui. En 1970 Charles Simonds expérimente la relation qu’entretient le corps de l’Homme avec la Terre. Le point nodal en est la métaphore de l’être qui naît de la Terre et se transforme en paysage urbain et architectural. Ainsi s’accomplissent l’anéantissement et la renaissance d’un corps qui se fait plateau ou mesa, scène ou se joue le récit et la fable, incarnés par des acteurs-images-architectures. Se mouvoir dans ce paysage spectaculaire de mesa, ou scène de l’oeuvre d’art, revient à parcourir les interstices du corps humain avec leurs poils et fluides, qui se dilatent à la taille de l’environnement architectural et urbain. Le corps ne fait qu’un avec la ville, et sa chair est un matériau architectural. La ville, comme l’art, est un lieu de rencontres, et tous deux prétendent s’ouvrir sur la vie réelle. Cet enregistrement et cette inscription mènent à la reconnaissance d’une symbiose, celui d’un corps et d’une construction confondus. Ensemble ils donnent forme à la ville en tant qu’organisme vivant avec son anatomie et sa corporalité. Dans une telle vision, le cérémonial de la construction, qu’il s’agissent d’une ville ou simplement d’architecture, retourne aux sources humaines de la vie. Un processus organique et physique l’exprime, qui n’est plus tourné vers une abstraction idéale, religieuse ou conceptuelle, mais vers la pratique naturelle de la vie. Pour parvenir à cette osmose, Simonds ne cesse de proposer l’art comme un espace à remplir, comme une architecture qui soit un récit spatialisé, et où seraient aspirés les mondes de l’individu et de la collectivité, du citadin et de son milieu. Il s’agit donc de l’exploration de possibles scènes d’action, des possibilités et des rôles que nous pouvons jouer dans un contexte et de nous réaliser dans ce monde. Fixer des scènes qui nous enracinent dans le moi et dans le lieu, et qui nous permettent d’explorer de nouveaux territoires, semble être l’enjeu de la continuation sociale et consciente de l’acte de construction du moi. Penser en échange, à une architecture qui permette d’instaurer une relation claire avec ce terrain. Une ouverture, au lieu d’une défense, qui nous aide à nous construire dans le monde du réel.|section| INFILTRATION PARTAGEE "En fait la Terre nous parle en termes de forces, de liens et d’interactions, et cela suffit à faire un contrat."//"Autant la nature donne à l’Homme, autant celui-ci doit rendre à celle-là, devenue sujet de droit" Michel Serres. / Qu’est-ce que la nature ? D’abord l’ensemble des conditions de la nature humaine elle-même, ses contraintes globales de renaissance et d’extinction, l’hôtel qui lui donne logement, chauffage et table. Elle conditionne la nature humaine qui, désormais, la conditionne à son tour. La nature se conduit comme un sujet de droit. Le premier objet du droit fut la corde, le lien, celui que nous lisons qu’abstraitement dans les termes d’obligation et d’alliance, mais plus concrètement dans celui d’attachement, cordon qui matérialise nos rapports ou change nos relations en choses ; si nos rapports fluctuent, cette solidification les fixes. Par les contrats exclusivement sociaux, nous avons laissé le lien qui nous rattache au monde, celui qui relie le temps qui passe et coule au temps qu’il fait. Nous ne pouvons plus le négliger. Tenir des particularités géographiques du territoire investi revient à le préserver. Concevoir une architecture qui lui est résonance, acceptant sans a priori les spécificités d’un climat, d’une exposition géographique ou d’une géologie et en tirer profit. Sans être favorable aux établissements humains, chaque lieu offre une étendue propre à une occupation naturelle particulière. En lieu et place d’un relevé topographique, il y a le repérage des chaînes alimentaires et des échanges énergétiques. L’urbanisme se fait sans les briser. Il y a là une reconnaissance de la richesse écologique d’un milieu et sa préservation. Le projet est celui de ne plus exclure mais au contraire de permettre aux choses de vivre ensemble. À contre-pied d’un aménagement global où l’esprit et l’économie investissent le territoire et l’architecture jusqu’aux confins de ses définitions, envisageons d’accorder une étendue à l’indéfini. Épargner un espace, se retirer et le laisser à lui-même. L’aménagement résultera d’une coalition, d’une synergie : une architecture en syntonie avec le paysage, une architecture devenue présence dissoute, fondue, transgresseuse mais non lacérante, désinvolte, insolite, résolument artificiel mais non arrogante, positive mais non imposante. L’aménagement peut permettre de revitaliser son contexte en constituant une imprégnation réciproque. Plus qu’une imbrication, une infiltration partagée qui induit un nouveau tissu urbain riche d’inclusion au lieu d’exclusions. Un aménagement stimulé par la possibilité d’incorporer, de renforcer et de reformuler la présence de la nature. Un aménagement qui puisse enrichir la nature plus que la préserver. |section| PAYSAGE TRANSCENDÉ Si la libre disposition du sol était assurée dans des conditions vraiment démocratiques, l’architecture résulterait authentiquement de la topographie, les paysages ne seraient pas supports mais éléments d’architecture. F.L. WRIGH /"Il goûtait la contingence des feuilles épandues par la force naturelle des vents" Gûnzensei /"Il est préférable de recomposer le rapport territorialisé de l’Homme au monde, son identité, en reliant d’une part le passé et l’avenir , d’autre part la culture, l’écologie et l’économie." Alain Touraine / La genèse de l’artefact en tant qu’entité paysagère prend corps dans une analyse et une conservation inventives. Cela consiste à dépasser l’ignorance première, en vue d’approcher le site dans sa singularité et ses potentialités ainsi que de produire un territoire par un projet de paysage. Adopter une "attention flottante" signifie d’étirer le réel, de le prolonger. S’imprégner, déceler les micro-paysages, les perspectives, les densités, les us, bref analyser l’existant, c’est aussi découvrir dans l’usage même des lieux ce qui a été occulté. c’est amener au visible les traces de nouvelles pratiques, non encore identifiées. Porter le non visible au visible puis à l’évident. Ébaucher l’inflexus du projet c’est mettre l’accent sur une démarche paysagère comme inflexion d’un processus révélé par cette analyse et infléchi par les orientations qu’elle a également suggérées. Les nouveaux éléments s’y entrelacent progressivement en un mouvement non répétitif quis’apparente à une évolution. Cette démarche paysagère conduit à l’inflexion d’un processus, celui de l’évolution ordinaire des lieux. Cette problématique d’aménagement chemine vers un art de la transformation. De même la conservation inventive est un mode de pensée de l’aménagement de l’espace privilégiant à la fois la conservation d’éléments concrets du paysage pour des raisons historiques, écologiques, économiques, symboliques voir esthétiques tout en lui octroyant une nouvelle fonction, un nouvel usage. Les structures paysagères valorisées et permanentes que forment un lac, des monuments de rives et les formes végétales établies sont facilement identifiables. Un projet de paysage peut faire la part des formes durables et éphémères en montrant les conditions dans lesquelles les acteurs sociaux les produisent et pourraient les produire différemment en tenant compte de l’intérêt général. Le substrat constitue donc ce maintient des potentialités du lieu, de tout ce qui peut en surgir. Le processus conduira à mettre en parallèle ce patrimoine dynamique et les hypothèses d’activités choisies. De définir ce qu’il est nécessaire de creuser ou d’élever à nouveau. Alors le support pourra émerger dans la perspective de ce que ces lieux ont déjà suscité par leurs divers vécus et par ce qu’ils vont susciter à l’avenir. De façon immanente l’apport conduira à émettre une marge aux possibles. Une manière d’approcher le réel dans sa complexité fluide, de dresser une topographie de l’aléa et de l’incertain. D’apposer une fois de plus le sceau de la raison du sensible. |section| LES PRISMES DE L’EXCROISSANCE "Nous nous sommes engagés sur la glace glissante où manque la friction, donc où les conditions sont idéales en un certain sens, mais où en revanche, à cause de cela, nous ne pouvons marcher ; nous avons besoin de marcher ; nous avons alors besoin de friction. Retournons au sol raboteux." L. Wittgenstein in Tracttacus logico-philosophicus suivi de Investigations philosophiques / "La façade s’est faite lisse et pure... Les oppositions se sont durcies, ont disparu les médiations multiples qui font de la page du livre s’effolier mille autres pages et du lieu des multiples espaces." Gaudin / La porosité est irrégularité, elle convoite les plis, les infractuosité, les creux du monde où la vie se dépose G. Deleuze / L’excroissance n’est pas qu’une métaphore, c’est avant tout l’exacerbation physique du sens d’un prolongement. C’est le poil qui défie l’imberbe et rend son droit à l’évolution d’un corps dans ce qu’il a de vivant. C’est la mise au jour d’un nouveau rapport qui élargit le spectre d’un corps préexistant, une "impureté" qui transfigure l’espace du visible, une information qui médiatise une identité, une appropriation. L’excroissance est un signe, un événement mais avant tout, une adaptation : une disposition sujette à l’élaboration d’un échange avec un environnement en contact. Car plus que d’étirer un milieu vers un autre, l’excroissance comme interface peut engager un dialogue précis avec sa proximité : un événement dans l’avènement. Ainsi, un tel dispositif peut tendre à insuffler de nouvelles pratiques par captation et retransmission, par infiltration partagée. Tel un plongeoir liquide, l’excroissance est un élément résonnant du milieu infiltré, un transfert de données du topos. Et c’est dans ce sens que peut être envisagé une réelle identification, comme l’écho, la médiance de l’écoumène à la gloire de l’érème : les sillons de l’inclusion. / / Notre relation au monde est en pleine mouvance, elle nous engage progressivement vers une reconquête du réel. Sortant d’un post-modernisme décadent prônant l’artifice du simulacre, l’enjeu semble s’orienter vers un recours à la Terre plus qu’à son retour (Pierre Rahbi). Nous devons donc établir ces liens afin que l’Homme occidental s’engage à nouveau vers la reconquête de son territoire. D’un Homme connecté à son milieu grâce à des lieux le supportant, des lieux de coexistence gratifiant la nature comme sujet et non plus comme objet, des lieux qui mettent le corps en pratique afin de mieux l’exposer à son existence première.

]]>
IMG/jpg/1-2.jpg IMG/jpg/2-2.jpg IMG/jpg/3-2.jpg IMG/jpg/4-2.jpg IMG/jpg/NAV.jpg IMG/flv/amp_.flv
IMG/arton8 les jardins physiologiques
2000

réaménagement des jardins du Chateau du Shlossberg, Commune de Neuchatel_Suisse concours 2ème prix / collaborateur du bureau Décosterd & Rahm, Lausanne_CH /

]]>
Des jardins joyeux, des jardins vénéneux Il est du ressort du jardin de mettre en rapport l’homme et la plante, par les couleurs, par les senteurs, par l’immersion de notre corps dans le corps de la nature. Plus qu’une forme symbolique, nous aimerions que le jardin soit un lieu d’expériences, sensuelles d’abord, physiologiques ensuite : un lieu où l’on découvre la nature en même temps que notre nature, la scène d’une interaction, par les sens, par l’organisme. S’immerger dans la nature, par la peau, par la respiration, par l’alimentation, par la médication, ne plus restreindre, mais au contraire étendre le lien entre la plante et nous-même, multiplier les interfaces, du superficiel au plus pénétrant, du simple contact sur la peau jusqu’aux réactions chimiques cérébrales, accroître les émotions, du plaisir à la répulsion, de la satisfaction à la perdition, du bonheur au traumatisme. Du jardin d’Eden à celui, moins univoque et parfois plus dangereux, du monde. Quatre jardins, quatre relations entre notre corps et la plante, quatre expériences, "attractives, interactives, dynamiques, voire ludiques", quatre "parcours initiatiques", entre le plus domestique et le plus sauvage, entre le plus agréable et le plus dangereux, du bienfaisant au toxique, de l’harmonie jusqu’à l’inconciliable, du sensuel au physiologique. Notre jardin est un jardin des sens, mais avec une dimension contemporaine, celle de la connaissance des mécanismes chimiques entre notre organisme et les substances actives des plantes. Nous ne voulons pas limiter la relation entre la plante et notre corps à une relation superficielle qui se limiterait au sens. Nous voulons prolonger l’immersion jusqu’à une modification du métabolisme, jusqu’à une altération chimique de l’organisme, provoquer des interactions physiologiques entre la plante et notre corps, de la bouche jusqu’à l’estomac, de la peau au sang, du nez au cerveau. Les quatre jardins s’enchaînent l’un après l’autre, du plus extérieur au plus intérieur, du plus superficiel (la peau) au plus profond (le cerveau), du plus clair au plus sombre, de l’Est au Nord. Notre intervention s’installe dans la couronne extérieure du périmètre du château, actuellement sans réelle définition, laissant intact le coeur moyenâgeux et les interventions paysagères du XIXème siècle. Montrer et vivre la diversité des relations entre l’homme et les plantes, entre symbiose et parasitisme, accommodement et prédation, relations vénéneuses autant que heureuses, une figure de la vie.|section| Dans la peau Toucher du plus velouté au plus urticant. Premier jardin, première immersion du corps, de la peau dans les plantes, de l’épiderme contre le limbe. Un parcours du plus doux au plus blessant. Une entrée dans la douceur cotonneuse des graines de saules, le moelleux de l’arbre à perruque, les feuilles duveteuses, le plaisir de caresser, de se faire caresser. Puis des plantes râpeuses qui s’accrochent comme la benoîte commune, puis les plantes qui griffent, des ronces, le chardon. Des plantes qui enveniment comme l’ortie, qui pénètrent dans la peau, jusqu’à l’insupportable. Ici, séparé, sans plus de contact possible entre la plante et l’homme, la Berce du Caucase, Heracleum mantegazzianum, provoquant des réactions phototoxiques définitives, éruption érythémateuse, vésiculo-bulleuse, voire phlyctènulaire, urticaire, eczéma, aspect lichénifié, purpurique. Le parcours est accompagné de parois de verre transparent de hauteur humaine, qui accompagnent le corps, le contractent et le détendent, le poussent et le repoussent vers les plantes jusqu’à la passerelle en cul de sac qui surplombent la Berce du Caucase, inaccessible. Toucher la plante devient nocif. / Dans le nez Sentir du plus parfumé au plus nauséeux. Deuxième jardin, léger, de l’air, des parfums dans la prairie, des champs de fleurs d’abord, de lis, de roses, des treilles, des pergolas de verre couvertes de mimosa, de jasmin, harmonie des odeurs que le vent entraîne et diffuse, légèreté qui s’étendent dans le nez, qui embaument, enivrent le corps de plaisir. Ce ne sont ensuite que des graines légères comme les fruits de la Dryade qui s’envolent dans le vent. Puis les odeurs deviennent plus complexe, de moins en moins agréable, douteuse comme celle de la Rue avant de devenir franchement puante. Hellébore Fétide, Petit-dragon, l’Eucomis à l’odeur de viande avariée. Les pergolas s’abaissent progressivement, pour restreindre la liberté de l’air, écraser petit à petit, plaquer l’air jusqu’à l’étouffement, jusqu’à la rencontre impossible avec l’Ambroisie, cette plante dont le pollen provoque de graves allergies. Rhinite, éternuements en salve, rhinorrhée aqueuse, obstruction nasale, prurit nasal, hyposmie, voire épistaxis, rhino conjonctivite, larmoiement, prurit oculaire, conjonctivite et chémosis, asthme, sinusite, otite muqueuse. Ici, le sens de l’odorat fait place à une relation allergène avec la plante, par le nez. La plante est sous bulle, un verre la sépare de l’homme, empêchant tout échange respiratoire. Sentir la plante devient dangereux. / Dans la bouche Goûter du plus délicieux au plus infâme. Troisième jardin, moins extérieur, plus intime, plus volontaire, prendre dans la bouche, goûter, avec plaisir d’abord, le sucre des fraises, des baies fruitées cultivées sur les terrasses, comparer, aimer. Ressentir sensuellement le plaisir de l’alimentaire. Puis les fruits se font sans goût avant de devenir âpres, acides, toujours comestibles mais infâmes. Les murs se referment, le verre devient opaque, on n’est plus dans les plantes, on est autour, elles sont au centre, on se concentre, on les mange, baie après baie. D’abord par le goût, la relation à la plante se fait alimentaire avant de devenir toxique : la Belladone qui empoisonne. Syndrome anticholinergique, action antispasmodique au niveau des fibres musculaires lisses du tube digestif et des voies biliaires et urinaires, ralentissant la vidange gastrique et diminuant les sécrétions gastriques, salivaires et lacrymales, sudorales. Bouche sèche, constipation, abolition des bruits intestinaux, mydriase, troubles de l’accommodation, élévation de la pression intra-oculaire, diminution de la sécrétion lacrymale, tachycardie, risque de rétention urinaire, et de glaucome aigu en cas de glaucome à angle fermé. Inaccessible, la plante et l’homme sont ici séparés par une fosse. Manger la plante devient toxique. / Dans le cerveau Ingérer du plus apaisant au plus angoissant. Quatrième et dernier jardin, au Nord, le plus intérieur, un jardin presque psychique, le plus abstrait aussi, qui s’enfonce dans l’épaisseur de la terre, se sépare de l’extérieur et se concentre sur lui-même. Des plantes médicinales, calmantes, réconfortantes, qui font du bien, un jardin qui agit sur l’humeur. La relation physiologique entre les plantes et notre corps devient quasi psychologique. Aubépine, verveine, cultivées à l’extérieur puis l’on descend dans la terre et l’on découvre une succession de trois salles fermée dans lesquelles la seule lumière est celle qui tombe sur la plante exposée, des plantes qui agissent de façon de plus en plus ambigu sur le système nerveux, légèrement euphorisant tel le cannabis d’abord jusqu’à provoquer délire et hallucination comme la Datura jusqu’à un empoisonnement total, jusqu’à la mort. La grande Ciguë est ici totalement écartée de nous-mêmes, isolé, sans aucune possibilité de rencontre. Troubles neurologiques, céphalées, vertiges, somnolence, fasciculations, photophobie, troubles de l’accommodation, mydriase, amaurose, convulsions avec rhabdomyolyse, troubles neuro-musculaires, paresthésie et paralysie musculaire progressive ascendante avec risque d’apnée et d’asphyxie. Ici, ingérer la plante peut s’avérer mortelle.

]]>
IMG/jpg/000200NAV.jpg IMG/jpg/01_plan_masse.jpg IMG/jpg/02_coupe.jpg IMG/jpg/03_plan.jpg IMG/jpg/10_toucher.jpg IMG/jpg/11_plan_toucher.jpg IMG/jpg/20_sentir.jpg IMG/jpg/21_plan_sentir.jpg IMG/jpg/30_ingerer.jpg IMG/jpg/31_plan_manger-10.jpg IMG/jpg/40_absorber.jpg